Où partir à Pâques et en avril ?

Où partir à Pâques ? Europe et bassin méditerranéen

Voir les tulipes du Keukenhof, vibrer avec les Andalous pendant la Semaine sainte, explorer le sud de la Tunisie… parmi nos idées de destinations pour avril et Pâques.

Pays-Bas, au pays de la tulipe

Pays-Bas, au pays de la tulipe
Keukenhof © Eagle2308 - Adobe Stock

Si on nous demande de citer un symbole des Pays-Bas, on pense d’office à la tulipe. Originaire de Turquie, elle s’épanouit depuis le 17e siècle dans les sols sablonneux et humides de la Hollande (qui, au passage, n’est qu’une petite partie des Pays-Bas). C’est bien sûr au printemps qu’il faut venir pour admirer les champs de tulipes : des milliers d’hectares, qui s’apparentent à un magnifique patchwork (encore plus époustouflant vu du ciel). La pleine floraison a lieu entre mi-avril et début mai. On en voit véritablement partout (il suffit de prendre la route), mais le temple de la tulipe, c’est bien sûr le Keukenhof. Ce parc floral emblématique aux 7 millions de fleurs abrite quelque 800 sortes de tulipes. Certaines sont bicolores, comme la « tulipe Rembrandt ».

D’ailleurs, en parlant de Rembrandt, 2019 marque le 350e anniversaire de la mort du célèbre peintre néerlandais (1606-1669). Pour l’occasion, le Rijksmuseum d’Amsterdam organise plusieurs événements importants. Du 15 février au 10 juin, il exposera pour la première fois toutes les œuvres de la collection de l’artiste (peintures, dessins, gravures). En juillet 2019, le musée entreprendra aussi la restauration de la plus célèbre de ses toiles : la « Ronde de nuit », en public et en ligne. 

Séville et l’Andalousie : la ferveur de la Semana Santa

Séville et l’Andalousie : la ferveur de la Semana Santa
Semana Santa à Séville © ivanjimenezfoto - stock.adobe.com

À Pâques, toute l’Espagne s’anime à l’occasion de la Semana Santa, la semaine sainte. Ce n’est pas Séville, la capitale andalouse, qui dira le contraire ! C’est là qu’ont lieu les festivités les plus importantes : dans les rues, piétonnes pour l’occasion, les processions sont incroyables. Le moment phare reste la « Madruga », dans la nuit du jeudi au vendredi, quand les statues les plus vénérées sont de sortie, telle la Macarena. Bien sûr, la fête bat également son plein à Cordoue et à Grenade, deux villes au patrimoine culturel exceptionnel, à découvrir absolument. Côté nature, l’Andalousie nous gâte aussi. La région de l’Alpujarra offre de magnifiques paysages de montagnes, parsemés d’adorables villages tout blancs (Pampaneira, Capileira...). Autre joyau andalou : le parc naturel de Cabo de Gata et ses plages aux allures de paradis sur terre. La playa de los Muertos, pour ne citer qu’elle…

Lire notre article Andalousie nos 10 coups de cœur

La Méditerranée, séductrice au printemps

La Méditerranée, séductrice au printemps
Matera © JFL Photography - stock.adobe.com

Italie, Grèce, Croatie… voilà des destinations magnifiques, mais très prisées l’été. Pour échapper à la foule (mais aussi aux températures assommantes !), on profite du printemps. C’est le moment idéal pour découvrir l’Italie du Sud et notamment la région des Pouilles, quand les oliviers et les trulli (ces fameuses maisons blanches au toit conique) ont les pieds dans les coquelicots. Un vrai tableau ! Dans la région voisine de la Basilicate, on ne manque pas Matera, élue capitale européenne de la culture en 2019. Tout à fait au sud de la botte, la Calabre offre quant à elle de magnifiques paysages verdoyants et des plages à tomber (Capo Vaticano !), rien qu’à nous en cette période de l’année.

C’est aussi la bonne saison pour découvrir la Croatie, avant le flux touristique de l’été. L’incroyable ville de Split (dans l’enceinte d’un palais romain du 3e siècle), le parc national des lacs de Plitvice (aux eaux turquoise) et l’île de Hvar (aux plages de rêve !) font partie des musts du pays.

Autres destinations : Sicile, Malte, Grèce (attention, durant la Pâques orthodoxe, tout est fermé).

Lire notre article Le meilleur de la Croatie

Madère et les Canaries, entre fleurs et randos

Madère et les Canaries, entre fleurs et randos
Madère © Jan - stock.adobe.com

Quelle plus belle saison que le printemps pour découvrir l’Île aux fleurs ? Madère leur réserve pour l’occasion une grande fête : la Festa da flor (fête de la fleur). Mais pas la peine de l'attendre pour admirer la nature sur l'île. On en profite pour aller se balader dans le Jardim Botanico et le Jardim tropical Monte Palace, deux jardins incontournables de la capitale. Et il y a tant d’autres choses à faire, à Madère, entre petits ports de pêcheurs (Camara de Lobos, Seixal…), piscines naturelles (à Porto Moniz), randonnées (un must : Ponta de São Lourenço) ou encore farniente à la Praia Dourada, magnifique plage sur l’île de Porto Santo.

Après les îles portugaises, place aux espagnoles : les Canaries, au large des côtes marocaines. On aurait tort de croire qu’il n’y a que du bétonné : le pic du Teide, sur l’île de Tenerife, est là pour nous le prouver. Il promet aux marcheurs des paysages volcaniques grandioses. Dépaysement garanti également sur les autres îles : Lanzarote et ses paysages lunaires, Fuerteventura et son désert...

Bulgarie, allons voir si la rose…

Bulgarie, allons voir si la rose…
Vallée des roses © Deyan Georgiev - Fotolia

Au printemps, la Bulgarie se recouvre de rose. Littéralement, car le pays est le premier producteur au monde d’essence de rose ! Une fleur qui symbolise ici la jeunesse, la santé et la beauté. Pour les admirer, cap sur la vallée des Roses et sa capitale, Kazanlak, qui abrite un musée de la rose. Privilégiez la fin avril.... Grâce à un hiver doux et à un printemps précoce et pluvieux, le coin est propice à leur culture. Justement, fin mai-début juin, alors qu’elles sont en pleine floraison, la petite ville leur dédie un festival, riche de folklore et de traditions : élection de la reine de la rose, cérémonie de la cueillette, chants et danses. Sans oublier le grand défilé de chars, durant lequel les spectateurs sont (volontiers !) aspergés d’eau de rose. Dans les environs, on ne manque pas d’admirer les nombreux tombeaux des Thraces (civilisation antique), appelés « tumulus ».

Maroc et Tunisie, sous le soleil exactement

Maroc et Tunisie, sous le soleil exactement
Essaouira © martin2014 - stock.adobe.com

À l’arrivée du printemps, il est déjà un peu tard pour envisager une excursion dans le désert du Sahara… En revanche, c’est la saison idéale pour découvrir l’une des plus belles vallées de l’Atlas marocain : la vallée des Roses. La nature est encore verdoyante et les roses, en pleine floraison (de fin avril à début juin). Elles servent à fabriquer la fameuse eau de rose. Au mois de mai, la ville de Kelaat M'Gouna organise pour l’occasion une grande fête (danses, chants, artisanat…), qui attire des milliers de visiteurs. Sur la côte, on s’adonne volontiers à un city break dans la petite ville portuaire d’Essaouira, agréable en toute saison. Flâner dans les souks de la médina fait partie des musts. Le début du printemps est également idéal pour visiter les oasis du sud de la Tunisie.

Israël : Jérusalem et Tel-Aviv, city breaks intenses

Israël : Jérusalem et Tel-Aviv, city breaks intenses
Jérusalem © VanderWolf Images - Fotolia

Visiter Israël au moment de Pâques promet une expérience véritablement unique. Nombreux sont les juifs du monde entier à venir en pèlerinage à Jérusalem pour célébrer la « Pessa’h » (Pâque juive). Emprunter la « Via Dolorosa » (chemin de croix) prend alors tout son sens : c’est cette rue de la vieille ville que Jésus a emprunté avant sa crucifixion… On profite de son séjour pour aller visiter la résolument plus moderne Tel-Aviv, sur la côte (Tel-Aviv Museum of Art, le vieux Jaffa…). Pendant les sept jours de la Pessa’h, il faut s’attendre à une Israël au ralenti ; la majorité des commerces ferment pour l’occasion, plus particulièrement le premier et le dernier jour, qui sont chômés. Pendant cette période, les restaurants ne servent pas d’aliment contenant du levain (on mange du fameux pain azyme appelé « matza »), à part dans les environs de Tel-Aviv, où les règles sont devenues moins strictes.

Texte : Aurélie Michel

Articles à lire