Turquie : la Lycie, terre de lumière

Fethiye et la voie Lycienne

Fethiye et la voie Lycienne
Eric Milet

Le golfe de Fethiye est lové au pied du mont Mendos. Il sert d’écrin à l’antique Telmessos, dont il ne reste aujourd’hui que quelques sarcophages et tombes monumentales enkystées dans la falaise. Le port de Fethiye, où il n’est pas rare de voir de superbes yachts au mouillage, est très prisé des plaisanciers. Dans les environs, on trouve de belles plages naturelles, telles celles de çaliş ou de Karagözler. Les plus sauvages ne sont accessibles qu’en bateau, à la faveur d’une journée de mer. Dans ces petits paradis, les criques aux eaux cristallines émergent d’un camaïeu de vert tendre où se mêlent les pins, les pistachiers et les genévriers à encens.

Fethiye est le point de départ de la voie lycienne (photo). Longue de 509 kilomètres, la Lycian Way, déclarée comme l’un des plus beaux treks du monde par le très sérieux Sunday Times, fait la liaison entre les sites antiques de la région jusqu’à Antalya. Il faut compter cinq bonnes semaines pour la parcourir dans son intégralité. Bien balisée, elle chemine tantôt à l’intérieur des terres, tantôt en bordure du littoral. C’est un véritable parcours nature qui permet d’allier découverte culturelle et approche de la faune et de la flore.

Aujourd’hui, nombreuses sont les petites auberges qui ont éclos le long de son tracé. Les meilleurs mois pour envisager cette randonnée sont avril, mai et octobre, car en plein été la température est vraiment insupportable. Au printemps, l’altitude tempère agréablement l’ardeur du soleil et le paysage, avec les cimes enneigées des montagnes tranchant sur le bleu du ciel, est de toute beauté.

Texte : Eric Milet

Mise en ligne :

Turquie Les articles à lire

Services voyage