Chypre, l'île d'Aphrodite

Et la Vierge remplaça la déesse...

Et la Vierge remplaça la déesse...
Anne-Marie Minvielle

Pas moins de dix églises byzantines sont classées au Patrimoine mondial de l’Unesco dans les monts du Troodos. Qui pourrait deviner que ces très modestes bâtisses, ressemblant plutôt à des granges, renferment de véritables trésors ?

Réfugiés dans ces vallées aux VIIe-VIIIe siècles pour y abriter leurs icônes et leurs manuscrits loin des incursions arabes, les moines byzantins y imposèrent petit à petit le culte de la Vierge. Une richesse inouïe d’icônes, d’orfèvreries et de fresques en décore l’intérieur, ce qui explique qu’elles sont soigneusement fermées. Leur accès, souvent au bout de petites routes, n’est pas ouvert aux cars et il faut parfois demander la clef au pope du village.

Trois vallées autour de Troodos sont à visiter pour ces merveilles de l’art byzantin : celle de Pitsilia avec Stavros tou Agiasmati, Sotiros, Timios Stavros et Panagia tou Araka ; celle de Solea avec Agios Nikolaos, Panagia Podithou et Panagia Asinou ; celle de Marathasa avec Agios Ionnis Lambadistis, Panagia tou Moutoulla et l’église de l’archange Gabriel.

Parmi les plus belles et les plus faciles, celle d’Agios Nikolaos tis Stegis, située à cinq kilomètres du beau village de Kakopetria, est entièrement décorée de peintures murales des XIe et XVIIe siècles, dont le martyr de saint Sébastien (notre photo) et ses quarante compagnons à la conception picturale très moderne ainsi que le cheval de saint Georges. Voisine, à Galata, l’église de Panagia Podithou cache sous un humble toit, des peintures de style italo-byzantin de la fin du XVe siècle. On remarquera les donateurs français, seigneurs de Lusignan, au pied de la Vierge. Comptez au moins deux jours si vous voulez toutes les voir. Les photographies intérieures sont interdites.

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Chypre Les articles à lire

Services voyage