Chypre, l'île d'Aphrodite

Plaisirs de bouche

Plaisirs de bouche
Anne-Marie Minvielle

Ouzo et mezzés irrésistibles, la cuisine chypriote évoque celles de la Grèce et du Liban, avec un art consommé des épices et de la fraîcheur. Après ou avant un verre d’ouzo de Palmito, le meilleur, on ne peut résister au défilé de la vingtaine de plats du mezzé, à la viande ou au poisson. Un conseil, gardez votre appétit pour la fin et ne vous jetez pas tout de suite sur le pain chaud craquant ou pitta, ni sur la salade de roquette et les premiers hors-d’œuvre. Cela va crescendo et vous ne tiendrez pas jusqu’aux pâtisseries aux amandes et au miel.

Blasés, une autre fois vous pourrez alors goûter à la traditionnelle moussaka, et attaquer les innombrables recettes de la cuisine chypriote. Ainsi les boulettes de veau à l’origan kefthedes sta karvouna, le porc mariné au vin afelia, les crépinettes de viande sheftalia ou les gâteaux de semoule vanillée aux amandes shiamali et les fruits confits glyko.

La culture de la vigne existe à Chypre depuis l’Antiquité, normal avec Dionysos… Les vins sont très honnêtes, avec une préférence pour le cépage blanc Xynistéri et la cuvée Aphrodite. Plus puissant et sucré, à base de raisin noir Mavro, le rouge de La Commandaria A.O.C. qu’exportèrent déjà les Templiers, est produit sur les versants sud des monts Troodos. Le Mouskato ou muscat, l’Oftarmo et le Spourtiko rivalisent sur la table avec un rapport qualité-prix assez élevé. Les énormes jarres en terre cuite à fond conique, utilisées en décoration, étaient destinées à la vinification. Et pour finir, demandez un café chypriote et surtout pas turc, bien que cela soit le même… dans la tasse.

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Chypre Les articles à lire

Services voyage