Nouveau-Mexique, au pays des Indiens pueblos

Jour de fête à Ohkay Owingeh

Jour de fête à Ohkay Owingeh
Petroglyph National Monument - Claude Hervé-Bazin

La plupart des villages pueblos interdisent photos, dessins et même téléphones portables pour conserver leur caractère sacré aux festivités. Toutefois, quelques-uns permettent d’y assister, à condition de respecter des règles partout identiques : ne pas parler, ne pas applaudir et, bien sûr, ne pas tenter de ramener la moindre image – sous peine d’éjection manu militari…

La plupart des festivités associent le cycle des saisons et des cultures au saint patron de la paroisse. Ainsi, au fil de l’année, sont célébrées les semailles du maïs, les récoltes, puis la chasse en hiver – l’occasion de voir des danses du bison, de l’aigle, du wapiti et du daim.

À Noël, ce sont les matachines qui débarquent, des personnages masqués aux oreilles de plumes, portant bâillon, dont la signification se perd dans les limbes du temps.

Dans les rues poussiéreuses d’Ohkay Owingeh (San Juan), le chant du tambour s’élève, en rythme lent et cadencé. Des personnages s’approchent doucement, coiffés d’un masque blanc à bec, affublés de simulacres d’ailes – en authentiques plumes d’aigles. Avançant par petits pas, ils déploient leur ramage, tournoient dans des airs imaginaires.

Plus tard, vient une longue file d’hommes appuyés sur leurs cannes, se déhanchant en écho aux tambours, les grelots accrochés à leurs chevilles résonnant à chaque pas. Sur leur tête, des ramures de cerfs.

Plusieurs minutes s’écoulent. Soudain, la musique lancinante s’arrête. Un coup de feu retentit et les danseurs s’évaporent instantanément dans la foule avant de se faire attraper.

Texte : Claude Hervé-Bazin

Mise en ligne :

États-Unis Les articles à lire

Voyage États-Unis

Bons Plans Voyage

Services voyage