Nouveau-Mexique, au pays des Indiens pueblos

Les villages pueblos aujourd’hui

Les villages pueblos aujourd’hui
Taos Pueblo - Claude Hervé-Bazin

Le mot prête à confusion : « pueblo » désigne à la fois les villages indiens et la culture même de leurs habitants.

À y regarder de plus près, pourtant, les Pueblos ne forment pas une tribu unique, mais un conglomérat de peuples apparentés. Ils célèbrent des rites semblables, mais parlent des langues différentes et entretiennent des rapports inégaux au monde extérieur.

Ainsi, chacun des 19 pueblos pueblos (!) du Nouveau-Mexique est gouverné par son propre conseil tribal édictant ses propres lois. Certains sont connus pour leur poterie (noire et superbe à San Ildefonso), d’autres pour leurs bijoux. Certains, comme Jemez, interdisent ou découragent les visites, là où d’autres les tolèrent.

À 3 km tout juste de la ville de Taos, Taos Pueblo (Tuah Tah de son vrai nom) est de ceux-là. C’est le plus connu, peut-être, des villages indiens de la région, mais aussi l’un des mieux préservés : habité depuis un millénaire, il a conservé ses habitations étagées soudées les unes aux autres – une particularité qui lui a valu d’être classé au Patrimoine mondial.

Au sud-ouest d’Albuquerque, Acoma, alias Sky City, s’accroche, lui, depuis huit siècles au sommet d’un court plateau gardé par une cohorte de gros rochers. On n’y pénètre qu’au gré d’une visite guidée bien encadrée.

À l’intérieur, le visiteur découvre ruelles de terre battue, maisons de pierre sèche, kivas et fours à bois. Bâtie vers 1640, l’attachante église San Esteban del Rey abrite de simples bancs latéraux et des murs roses symbolisant la Terre-Mère.

Texte : Claude Hervé-Bazin

Mise en ligne :

États-Unis Les articles à lire

Voyage États-Unis

Bons Plans Voyage

Services voyage