Nouveau-Mexique, au pays des Indiens pueblos

Sur les traces d’une civilisation méconnue au Nouveau-Mexique

Sur les traces d’une civilisation méconnue au Nouveau-Mexique
Chaco Canyon - Claude Hervé-Bazin

Ce voyage commence au milieu de nulle part, au bout de pistes entrecoupées de « tôle ondulée », à Chaco Canyon, quelque part dans le grand nord-ouest du Nouveau-Mexique.

La sensation de vide est tenace sur ces terres aux buissons secs. Au loin, de longues mesas (plateaux rocheux) surplombent l’horizon, sous un ciel immense, où s’élèvent par moments des tourbillons de poussière.

On ne vient pas à Chaco Canyon par hasard. Aujourd’hui loin de tout, le site fut entre 850 et 1200 un grand centre de peuplement – et même, le plus grand centre précolombien au nord du Mexique !

Les ruines d’habitations et d’ensembles à vocation religieuse, classées au Patrimoine mondial de l’Unesco, témoignent d’une agglomération éparpillée de plusieurs milliers de résidents, comptant des dizaines de great houses.

Bâtis selon des orientations astronomiques, ces édifices, aux pierres précisément ajustées et aux portes légèrement trapézoïdales, atteignaient 4 à 5 étages. Ils pouvaient regrouper des centaines de petites pièces accolées.

Qui étaient ses habitants ? Les historiens ont longtemps désigné les Anasazis, peuple « mystérieusement » disparu vers le 13e siècle. À écouter les tribus de la région, le mystère s’éclaircit : ces « anciens Pueblos », comme on les appelle désormais, ne seraient autres que les ancêtres des Zunis, Hopis et autres ethnies pueblos contemporaines – qui migrèrent vers le sud, probablement poussées par la sécheresse ou des attaques ennemies.

 

Texte : Claude Hervé-Bazin

Mise en ligne :

États-Unis Les articles à lire

Voyage États-Unis

Bons Plans Voyage

Services voyage