Drapeau Sicile

Géographie Sicile

La Sicile semble géographiquement marquée par le chiffre 3 : 3 pointes (d'où sa forme de triangle), 3 principales chaînes de montagnes, 3 régions historiques appelées « vallées » au temps des Arabes et... 3 km de détroit séparant le sud de la botte italienne (continentale) et l'île.

Pour les Arabes, l'île était divisée en 3 grandes zones, improprement appelées vallées :

  • le val de Mazara à l'ouest ;
  • le val Demone au nord-est ;
  • le val de Noto au sud-est.

Les noms sont en partie restés mais ce découpage n'a plus cours.

Dans la province de Palerme, quelques sommets atteignent les 1 600 m, mais c'est principalement vers l'est que la montagne marque le plus les paysages puisque, entre Messine et Termini Imerese, 3 massifs s'enchaînent : les monts Peloritani, les Nebrodi et les Madonie, ces derniers étant les plus élevés (pic Carbonara, 1 979 m). Bien entendu, ce sont des nains à côté de l'Etna, le plus haut volcan d'Europe, qui domine la plaine de Catane (la plus grande de l'île et l'une des rares plaines en Sicile) de ses 3 350 m. La montagne reprend ses droits plus au sud, dans les monts Iblei.

Une grande partie de la Sicile centrale est constituée d'un plateau d'où émergent des pitons rocheux sur lesquels se sont construites des villes de moyenne importance, comme Enna. Sur les côtes s'étendent quelques plaines.

Peu de rivières, encore moins de fleuves : comme ailleurs dans le Bassin méditerranéen, les rivières se transforment en torrents au moment des pluies et s'assèchent vite, dès le printemps. Seul le Salso, le fleuve le plus long de Sicile, se démarque par ses crues ravageuses en hiver. On trouve tout de même, dans les plateaux de Sicile centrale, quelques lacs dont celui de Pergusa.

La Sicile, avec ses 25 500 km² et ses 2 200 km² d’îles satellites, est la plus grande île de Méditerranée et la plus grande des régions italiennes. Sa volonté d’autonomie par rapport à la péninsule remonte d’ailleurs à la fin du Tertiaire, car elle s’en est détachée et éloignée de 3 km il y a 600 000 ans, ce qui a donné le détroit de Messine.

Cela s’explique en fait par sa localisation, à la rencontre de la plaque eurasienne et de la plaque africaine, d’où son exposition aux tremblements de terre. On peut alors voir la trace de l’appartenance de la Sicile à la Botte lorsque l’on regarde le relief de l’île, avec l’Apennin sicilien, prolongement de l’Apennin calabrais. Cette succession montagneuse de la Sicile, culminant parfois à 2 000 m, s’articule alors dans le Nord, principalement autour des monti Peloritaini, monti Nebrodi et les Madonie.

L’Altopiano Solfitero, qui comprend le cœur de l’île et s’étendant jusqu’à la côte sud-est, constitue une zone de collines, avec à son côté, englobant tout le sud-est de la Sicile, une région de plateaux, aux canyons résultant de l’érosion de l’écoulement des fleuves, dont les plus hauts plateaux sont formés par les monti Iblei.
Enfin, dans la région de Catane, se trouve la très fertile piana di Catania, plaine vaste de 430 km².

Mais il ne faut pas oublier les grandes formations volcaniques, dont les deux principales, marquant l’île, sont les monti Iblei et l’Etna, au nord, qui est elle la principale attraction géologique et symbole de la Sicile. Il faut aussi compter les Éoliennes, avec le monte Sant’Angelo, Vulcano et le Stromboli, puis le canal de Sicile, avec des volcans sous-marins, dont le Giulia.

Les îles Éoliennes sont situées au nord de la Sicile, tout comme l’île d’Ustica. Quant aux îles Égades, elles se trouvent à l’ouest, l’île Pantelleria au sud-ouest et les îles Pelagie (avec Lampedusa) au sud.

Les paysages siciliens étant très variés, il est difficile d’attribuer un climat homogène à l’ensemble de l’île, mais de manière générale on parle d’un climat méditerranéen. Ainsi, on rencontre la garrigue dans les collines arides et les plateaux semi-désertiques, qui contraste avec les zones plus en altitude, recouvertes de forêts, ou même les cultures d’oliviers, d’agrumes, des figuiers de Barbarie ou des vignes...

Environnement

Les paysages siciliens ont été fortement modifiés par l’homme, notamment par le biais de la mutation des systèmes de production, c’est-à-dire par les besoins croissants de l’industrie et de l’agriculture, ainsi que par la progression du front d’urbanisation.

Ces modifications, comme la construction croissante de routes en bitume, ont pour conséquence directe la fragilisation des sols et des versants. Du coup, le sol de l’île étant déjà en grande partie calcaire, donc imperméable, est encore plus sujet aux risques liés aux coulées de boue, puisque l’eau, lors des grandes pluies, n’a pas le temps de s’infiltrer dans la terre et s’écoule directement vers la mer.
Alors, lorsque surviennent des aléas tels que des séismes ou des éruptions volcaniques, les risques sont accrus étant donné les abus du secteur immobilier, entre autres, qui bétonne à tout-va et sans respecter les normes antisismique.

Ajouté à cela, il se trouve que, très souvent, les nouvelles constructions ne sont pas immédiatement rattachées à un réseau de distribution d’eau ou de traitement des déchets, ce qui a tendance à accentuer certains problèmes de pollution, comme la question de la qualité de l’eau. L’eau étant justement une denrée rare, elle en pâtit alors sur le long terme, d’autant plus qu’elle fait encore trop souvent l’objet de mauvaise gestion et de détournement.

L’exemple des côtes siciliennes est parlant : elles ont été défigurées par une politique irresponsable, qui a pénalisé ce qui devrait être l’une des principales ressources de l’île, le tourisme. Ainsi, on estime à pas moins de 160 000 les constructions illégales ou abusives disséminées sur les côtes.
On a inventé dans les années 1980 le concept de « construction illégale par nécessité », le droit au logement prévalant sur l’obtention du permis de construire. En raison de quoi on a pu construire n’importe quoi n’importe où, comme à Agrigente dans la vallée des Temples. Les autorités locales et régionales ont toujours couvert ces constructions sauvages, populaires puisque court-circuitant l’État et ses contraintes.

Néanmoins, la sensibilité des citoyens face aux problèmes d’environnement grandit au fil des années.




On en parle sur le forum Sicile

> Tous les messages Climat Sicile

SUJET dernier
  Sicile climat vers 20/09 (2 réponses) 19/07/2014
  Fin octobre en Sicile (1 réponse) 30/06/2014
  Climat fin Mars début Avril en Sicile (1 réponse) 08/02/2014
  Une semaine en Sicile debut mars (3 réponses) 20/01/2014
  Stromboli, avril ou mai (8 réponses) 17/01/2014
  La Sicile en février (2 réponses) 16/01/2014
  Quelle region de Sicile visiter fin avril (3 réponses) 14/12/2013
  La sicile en septembre (1 réponse) 29/08/2013
  Météo Lipari et Syracuse à la Toussaint (2 réponses) 16/08/2013
  Baignade Fin Avril Début Mai en Sicile (3 réponses) 10/07/2013
Accéder au forum Sicile
Drapeau sejours week end Sicile

Partir en Sicile

  • Réserver votre week-end
  • Réservez un trek ou une randonnée
  • Réservez votre séjour à la carte
  • Réservez un hôtel
  • Trouver un billet d'avion
  • Louer une voiture
  • Trouvez une location
  • Location de voiture en Sicile
  • Réserver en camping et mobil home
  • Réservez un ferry
  • Réservez une auberge de jeunesse
  • Se loger chez l'habitant