Plaisirs dominicains
Catherine Bardon

Omniprésente, la musique fait partie du quotidien. On danse beaucoup, partout, et pas seulement le week-end. Le merengue est depuis peu détrôné par la bachata, qui se danse en ondulant des hanches, collé très serré. Le reggaeton est le rythme préféré des plus jeunes. Pour vous initier, rien de tel qu’un samedi soir dans une rancheta ou un car wash, où toutes les générations se côtoient.

Hérité des traditions espagnoles, le carnaval marque l’apothéose de la fête. Durant tout le mois de février, il fait régner une atmosphère électrique dans le pays. Rythmes effrénés, tambours rustiques, trompettes, sifflets, masques et costumes traditionnels (maures, diables cornus, poules et coqs), rappellent le métissage du pays. Si vous êtes dans la région du Cibao en février, ne manquez pas le carnaval de La Vega (photo), le plus réputé du pays.

Côté alcools, la bière, Presidente de préférence, est la boisson nationale. On la boit glacée à tout moment de la journée et de la nuit. La "trilogie des 3 B", Barcelo, Brugal et Bermudez, domine le rhum, à consommer pur ou en cocktails, Cuba Libre et Santo Libre (sprite et rhum) en tête du hit parade.

Plus doux et plus suave que son rival cubain, le cigare est devenu l’or brun du pays depuis que Davidoff a rompu son contrat avec Cuba pour y concentrer sa production. La région de Santiago est au cœur de l’activité.

Vous pourrez y visiter des plantations avec leurs séchoirs à tabac, de petits ateliers ou de grandes manufactures, et vous familiariser avec la cape, la tripe et les étapes de fabrication. Si vous êtes amateur, sachez que certaines petites productions locales sont excellentes.

Texte : Catherine Bardon

Mise en ligne :

République dominicaine Les articles à lire

Voyage République dominicaine

Bons Plans Voyage

Services voyage