Le meilleur de la Géorgie

Le meilleur de la Géorgie : Koutaïssi, Batoumi et villes de Géorgie

Villes, villages et campagnes à découvrir en Géorgie.

Batoumi et la mer Noire

Batoumi et la mer Noire
Batoumi © IgorZh - stock.adobe.com

Petite sœur d’Odessa, Batoumi regorge de caractère. Sans rien d’extraordinaire en particulier, la capitale d’Adjarie combine les charmes d’une station balnéaire à ceux d’une ville à la fois historique et portuaire.

Dans le cœur historique, la place Europa convoque Médée pour célébrer l’antique Géorgie néo-colchidienne. 

La vieille ville et ses abords en damier conservent de belles demeures et immeubles. Dans de paisibles rues à l’écart, le regard se glisse dans les arrière-cours. Désirs d’y arrêter le temps....

Farniente, épicurisme et distraction. L'ancienne station balnéaire soviétique est fière de ses nouvelles et généreuses promenades en front de mer. D’un côté les galets striés de chemins de planches. De l’autre, la silhouette des palmiers distrait du regard les verticales de verre et de béton. Très animée en été, Batoumi abonde en bars, restos, et vie nocturne.

Festonné de collines en arrière-plan, où parfois le couchant étale sa toison d’or, le port jouxte la ville à l’est. Il accueille notamment les ferries d’Odessa.

Luxuriants, les environs de Batoumi incitent à l’excursion. À la sortie de la ville, le parc botanique,créé par un aventurier français en 1881 sur le modèle de la Riviera, rassemble un nombre impressionnant de grands arbres du monde entier et s’enorgueillit de superbes panoramas sur la mer Noire.  En contrebas, la voie ferrée transperce l’éblouissant Cap Vert.

Au nord de Batoumi, les plages passent du galet au sable gris, magnétique et thérapeutique à Ureki (!), entrecoupées de forêts et marécages côtiers

Dans les terres, le parc de Mtirala porte bien son nom de « Montagne qui pleure ».  Capturant les nuages de la mer Noire, la zone la plus humide de l'ancienne URSS est quasi tropicale : 4,5 m de pluie par an ! Sur la petite route rejoignant Tbilissi via Akhaltsikhé, de gracieux ponts médiévaux, une route des vins et le vieux téléphérique de Khulo composent une belle journée d’excursion.

Le charme des petites villes et campagnes géorgiennes

Le charme des petites villes et campagnes géorgiennes
Vardzia © VitalyTitov - stock.adobe.com

Petites villes et campagnes géorgiennes sont intimement liées.

Sur la berge du fleuve Mtkvari, 25 km en amont de Tbilissi, l’ancienne capitale Mtskheta impose l’excursion pour son église, sa vieille ville pavée et le monastère Jvari.

50 km à l’ouest de Mtskheta, Gori est célèbre pour son musée consacré à Staline, le petit père des peuples étant également le plus illustre de ses enfants ! Son wagon personnel, la maison où il naquit, ses photos et de nombreux documents sont commentés par de bons guides, avec un recul savamment dosé. À 10 km, la cité troglodyte d’Ouplistsikhé remonte à 2000 av. J.-C. Offrant des panoramas d’un contraste aveuglant sur l’aridité de cette dernière, la vallée enchantée d’Ateni sinue, saturée de vignes, jusqu’à son monastère homonyme.

130 km au sud-ouest de Gori, une citadelle reconstruite, plus enthousiaste que fidèle, garde la petite ville d’Akhaltsikhé, la « nouvelle forteresse ». 30 km à l’est, la cité troglodyte de Vardzia est incontournable, couplée avec d’autres visites, dont celle du monastère de Sapara, serti dans les pentes boisées du Petit Caucase.

Koutaïssi, une belle qui se réveille

Koutaïssi, une belle qui se réveille
© charkselianicom - stock.adobe.com

À 100 km de la mer Noire et 230 km de Tbilissi, Koutaïssi s’est réveillée, titillée par le souvenir de son élégance et l’importance de son rôle de capitale, autrefois royale et aujourd’hui provinciale, d’Imérétie.

Sur son lit de rochers blancs érodés, la coquette rivière Rioni borde la petite mais attachante vieille ville. Au menu : musée provincial, parc, bars et restos sympas, terrasses.

L’ancienne capitale occupait les pentes de la rive opposée pour leur protection naturelle. On franchit les vestiges de ses murailles en montant vers la cathédrale royale de Bagrati, édifiée en 1003 et quasi -détruite par les Turcs au 17e s.

 La controverse attachée à sa reconstruction, commencée dans les années 50 et achevée en 2009, a poussé l’Unesco à lui retirer sa citation au patrimoine de l’humanité, partagée avec le monastère Ghélati. Pas de quoi diminuer l’amour que vouent les habitants à leur cathédrale, ni ruiner le joli panorama qu’elle commande sur une ville  revendiquant 3 400 ans d’histoire...

Pour une belle promenade, dépasser la cathédrale, descendre au parc botanique, franchir la Rioni au niveau du barrage et traverser suivre l’ancien quartier juif jusqu’à la vieille ville.  

À quelques kilomètres de la ville par de superbes lacets, les monastères de Ghélati et Motsameta confirment que les sites sacrés ne sont pas choisis par hasard.

En excursion alentour, combiner l’impressionnante grotte de Prométhée et le canyon d’Okatse, occasion d’une marche de 4 km A/R, pimentée par une vertigineuse passerelle de 800 m de long.

Texte : Dominique Roland

Voyage Géorgie

Bons Plans Voyage

Éruption ! Cap vers l’Islande - 5 jours

Éruption ! Cap vers l’Islande - 5 jours

Circuits Dès 2400€
Besoin d'évasion ? Réservez votre hébergement dès à présent

Besoin d'évasion ? Réservez votre hébergement dès à présent

Hôtels
HomeExchange - Echange de maison et d’appartements : inscription gratuite

HomeExchange - Echange de maison et d’appartements : inscription gratuite

Echange de maisons

Services voyage