Les hôtels mythiques

Saint-Paul-de-Vence - La Colombe d’or

Saint-Paul-de-Vence - La Colombe d’or
© La Colombe d'or

Il demeure de l’ancienne guinguette un certain esprit. Paul Roux, le propriétaire des années 1920 s’exerce alors l’œil auprès des peintres venus poser là leur chevalet : Dufy, Signac, Dunoyer de Segonzac… On trouve pire modèle ! Bientôt il annonce la couleur : « Ici on loge à cheval, à pied ou en peinture ».

Matisse vient en limousine et, fatigué, y prend le thé sans se lever. D’autres visiteurs signent le livre d’or : Braque, Léger, Miró, Chagall. Entre autres. Les poulets au thym embaument l’auberge. Ducs, comtesses, milliardaires, tous se croisent à la Colombe d’or. Jacques Prévert et sa bande s’invitent en salle, Carné y tourne Les visiteurs d’un soir, la voix d’Arletty résonne. Soutine, Léger, Picasso passent de temps à autre.

Chaque pièce a une histoire, de la terrasse construite avec les pierres d’un vieux château racheté en ruines à la cheminée, marquée des empreintes des architectes de l’endroit. Francis Roux, le fils, prend la suite, devient ami avec Montand, Ventura, Reggiani… quand son père discute à l’ombre avec Aimé Maeght, qui créera la célèbre fondation d’art contemporain. La légende est en marche. Le peintre-sculpteur Calder s’invite à son tour, dessinant après chaque séjour une gouache qu’il envoie… par la poste !

C’est ici qu’Yves Montand succombera aux charmes de Simone Signoret lors d’une visite à son ami Prévert, plus tard BHL et Arielle Dombasle s’y marieront. La piscine en mosaïques bleu-vert est protégée par les cyprès et un mobile de Calder. Autrefois Bardot venait y plonger une tête ; on s’y amuse, encore et toujours, on y mange carré d’agneau, rougets, daurades, tomates provençales. La fête continue !

A consulter

Le site de l'hôtel www.la-colombe-dor.com.
Notre guide de voyage en ligne Côte d'Azur.

Texte : Gavin's Clemente-Ruiz

Bons Plans Voyage

Articles à lire