Dormir chez l'habitant

Dormir chez l'habitant
© Rido - Shutterstock

Les plates-formes de couchsurfing, échanges de maisons ou locations entre particuliers, explosent sur le Net, à croire qu’Antoine de Maximy n’est plus le seul à vouloir s’incruster chez les autres le temps d’une nuit. 

Dormir chez l’habitant, c’est désormais un business, et ça s’organise plutôt bien, au point de faire trembler les professionnels de l’hôtellerie. L’industrie classique voit d’un mauvais œil cette concurrence déloyale (les particuliers ne sont pas soumis à la même réglementation) et fait pression pour que la situation soit clarifiée, du moins en ce qui concerne la sous-location. En mai dernier, un New Yorkais a été condamné à une amende de 2 400 $ pour avoir enfreint la loi municipale sur les hôtels illégaux ! 

En attendant, le flou juridique permet aux loueurs d’arrondir leurs fins de mois et aux voyageurs de profiter de bonnes affaires, aux quatre coins du monde.

Voici tout ce qu’il faut savoir sur ce phénomène en plein boom.

Texte : Carine Keyvan

Les articles à lire

La série vedette de TF1 Demain nous appartient n’est pas la seule à utiliser Sète comme...

Bons Plans Voyage