Canton, le dragon de la Chine du Sud

Kaiping, patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco

Kaiping, patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco
© Ivan Giovanelli

À 140 km au sud-ouest de Canton, la région de Kaiping est entrée dans l’histoire grâce au classement au patrimoine mondial de l’humanité de l’Unesco de milliers de tours-forteresses à l’architecture exceptionnelle.

Sur les 3 000 tours recensées à la grande époque, il en reste encore 1 833 en bon état, réparties dans plusieurs villages. Les plus belles se visitent.

Pourquoi ces tours défensives (diaolou) dans cette campagne éloignée ? Dans les années 1920, des bandes armées attaquaient parfois les villages pour piller les habitants. C’était l’époque des seigneurs de la guerre ! Pour remédier à cette insécurité, les Chinois de la diaspora entreprirent la construction de ces étranges demeures, à la fois maisons d’habitation, forteresses et emblèmes de leur réussite sociale.

Les plus belles tours du Kaiping

Le style de certaines évoque le Rajasthan ou la Perse : échauguettes médiévales, pavillons maures, arcades à l’italienne, véranda à colonnes et terrasses sur le toit... Le spectacle est captivant du haut de ces donjons altiers, dominant le paysage verdoyant des rizières de Kaiping.

La tour du clan Fang est la plus belle du village de Zili (Zilicun). Les membres du clan Fang ont émigré aux États-Unis (San Francisco, Chicago…) et en Australie. Quand leurs descendants reviennent à Zili, l’émotion est forte, ils joignent souvent le chèque au sentiment, pour l’entretien des maisons ancestrales.

La tour Ruishi Lou à Jinjiangli  est une des plus étonnantes tours-forteresses de la région, avec ses 9 étages et sa toiture de style byzantin. Au village de Ma Jianlong, d’autres mystérieuses tours hérissent la vallée au crépuscule comme dans un paysage légendaire d’estampes chinoises  ou de conte des Mille et Une Nuits.

Texte : Olivier Page

Mise en ligne :

Chine Les articles à lire

Voyage Chine

Bons Plans Voyage

Services voyage