Le Licancabur, au-dessous du volcan

Au royaume des vigognes et des flamants

Au royaume des vigognes et des flamants
Bénédicte Bazaille

S’il y en a pour se moquer des frontières, ce sont bien les animaux qui foisonnent dans la région, indifférents (pour combien de temps encore ?) au trafic des voitures. Des espèces très résistantes, bien sûr, puisqu’ils sont capables de survivre à 4 000 m et plus.

Le lama, malgré sa mauvaise réputation, crache rarement à la tête du premier venu. Au contraire, c’est un animal domestiqué, plutôt nonchalant, qui se laisse facilement approcher. Il fait finalement un peu rustre, comparé à sa gracieuse cousine, la vigogne. Restée à l’état sauvage, un temps menacée d’extinction, elle fait aujourd’hui partie des espèces protégées. Elle est donc chez elle ici, ce qui lui permet de traverser la route en toute impunité. Mais elle est farouche, et si vous tentez de mettre un pied dehors, elle détale ! Une vraie biche andine, gracile et fine, dotée d’un pelage très fin, caramel et blanc. On en croise quelques-unes dans le Sud Lípez, plus encore aux abords du Salinas Grandes et du Paso de Jama. Bien malin celui qui pourra dire si elles sont argentines, boliviennes ou chiliennes !

Même doute sur l’identité des flamants qui bullent et déambulent dans la région du Licancabur. Sur la Laguna Colorada, ainsi que sur le Salar d’Atacama, cohabitent trois espèces : le flamant des Andes (bec jaune et noir, plumage rosé, pattes jaunes), le flamant du Chili (bec blanc à bout noir, plumage saumon), et le flamant de James (bec jaune et noir, pattes rouge foncé). Des jumelles ou un bon téléobjectif sont souvent indispensables pour les différencier, mais, même à l’œil nu, le ballet des tutus roses est, à l’image de la région, fascinant...

Texte : Bénédicte Bazaille

Mise en ligne :

Chili Les articles à lire

Voyage Chili

Bons Plans Voyage

Services voyage