Tel Aviv, 5 raisons d'y aller

Tel Aviv, 5 raisons d'y aller
Alexey Protasov - Fotolia.com

Du soleil, des plages, des musées et galeries, une architecture entre Orient et Occident, et des bars qui vibrent jusqu’au bout de la nuit… Pour toutes ces raisons, Tel Aviv est devenue une destination de choix pour un city-break. Et, cerise sur le gâteau, des vols low cost relient désormais la ville blanche à la France. On y va !

Immersion Bauhaus

Fondée en 1909, la ville s’est développée lors du protectorat britannique, mais c’est le style Bauhaus né en Allemagne qui prédomine à partir des années 1920-1930, sous l’impulsion des migrants en provenance d’Europe.

Tel Aviv, classée au Patrimoine mondial de l’Unesco, possède aujourd’hui la plus grande concentration au monde d’édifices de ce style (4 000 en tout), reconnaissables par la sobriété de leurs lignes, leur fonctionnalité et l'asymétrie de leurs formes géométriques.

Tel Aviv est une pionnière du genre, et même si les architectes ne sont pas issus des mêmes écoles, il se dégage une certaine unité dans ce qu’on appelle désormais « la ville blanche ».

Près de 400 immeubles immaculés, bordés de balcons, sont plantés dans le quartier de Dizengoff. Les plus beaux se trouvent sur les rues Rothschild, Bialik, Sheinkin et autour de la place Dizengoff (hôtel Cinema).

Pour en savoir plus ou faire un tour guidé : www.bauhaus-center.com

Musées, galeries et vie culturelle

Incontournable, le musée d’art possède une formidable collection d’art moderne comptant des dizaines de Marc Chagall, Fernand Léger, Pablo Picasso. Ce musée a aussi récemment ouvert une aile contemporaine qui mérite un coup d’œil.

Tel Aviv est le coeur de la vie culturelle contemporaine en Israël. Pour s’immerger dans la scène actuelle, rien ne vaut un tour dans les galeries situées entre Ben Yehuda et Dizengoff et dans Neve Tzedek. Les fans de street art iront faire un tour du côté de Florentine.

À voir aussi, le musée de la diaspora juive et le musée de Tel Aviv-Jaffa (Bialik St 27) pour tenter de mieux comprendre ce pays souvent troublé par l’actualité.

Plages et dolce vita

Avec une moyenne de 300 jours de soleil par an, on peut dire que c’est un endroit où il fait bon vivre !

Comme Rio, Miami ou Barcelone, Tel Aviv fait partie des villes dotées d’un petit supplément d’âme grâce à son bord de mer.

Six kilomètres de plages où s’adonner, d’avril à novembre, au farniente, mais aussi au beach volley, au jet ski, au jogging ou à la drague, sport hautement pratiqué !

Chaque plage à son ambiance, religieuse, pet-friendly, gay, familiale… Vous trouverez certainement la vôtre.

Gastronomie et vie nocturne

On dit qu’elle ne dort jamais. Pas faux ! Destination gay par excellence, Tel Aviv regorge de clubs où danser jusqu’au bout de la nuit, et plus tard encore. Hip-hop, techno, transe, tous les styles sont représentés.

Bonne nouvelle pour ceux qui ne sont pas des oiseaux de nuit, l’ambiance festive s’installe tôt. Dès la fin de journée, les terrasses des nombreux cafés sont prises d’assaut pour l’apéro. Allez vous balader du côté de Rothschild pour prendre le pouls de la ville. La concentration de restaurants, de bars et de boîtes est incroyable !

Hédoniste à souhait, elle fait la part belle à la gastronomie, des falafels au sushi, en passant par la cuisine italienne, on trouve de tout. Profitez-en pour déguster toute la palette de la cuisine israélienne, un succulent patchwork hérité des gastronomies de la diaspora.

Un quartier sympa : Neve Tsedek. Ce berceau de Tel Aviv a gardé ses airs de village aux rues plantées d’orangers et de citronniers. Faites une halte dans l’un des cafés de la rue Shabazi, avant d’aller chiner dans les galeries et magasins de l’ancienne gare de Jaffa.

Old Jaffa, la mémoire d'Israël

Cette vieille ville, qui fait partie de la même municipalité, est un peu l’antithèse de Tel Aviv, fondée il y a un peu plus de 100 ans.

Ses ruelles pavées, ses immeubles en vieille pierre, son horloge qui veille sur la ville, son petit port de pêche nous plongent en Orient.

Ville biblique, Jaffa, qui fut longtemps le port de Jérusalem, a vu se succéder bien des peuples.  Le Vieux Jaffa actuel date toutefois de la période ottomane.

Ici, on prend son temps, on flâne dans le dédale du Flea Market, le marché aux puces, avant de casser la croûte au Puah Café, une institution décorée de bric et de broc. Une halte privilégiée, avant de replonger dans le tourbillon de la dynamique « ville blanche ».

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Israël, Palestine
Office national de tourisme d'Israël (en français)

Lire notre reportage Jérusalem/Tel Aviv : si loin, si proche

Y aller :

Transavia dessert Tel Aviv au départ de Paris-Orly et Lyon. Vols également avec Air France, El Al, et EasyJet au départ de Paris CDG, Marseille et Nice. Réservez votre billet d'avion pour Tel Aviv.

Où dormir ?

Trouver un hôtel à Tel Aviv

Où manger ?

Dr. Shakshouka : 3, Beit Eshel, à Jaffa, à 20 m de la tour de l’Horloge. Dans le marché aux puces, une institution de la ville connue pour sa cuisine séfarade, avec couscous et shakshouka (ratatouille épicée aux œufs). Compter 100 Shk (20 €).
Miznon : 23, rehov Ibn Gabirol. On fait la queue pour commander une pita farcie, dans un joyeux brouhaha. Excellents produits pour un fast-food haut de gamme. Il y a également une annexe à Paris (rue des Écouffes, 4e arr.).
-Nanuchka : 30, rehov Lilienblum. Resto-bar géorgien à la déco et l’atmosphère chaleureuse et colorée. Jusqu’à 2-3 h du matin.

Où sortir à Tel Aviv ?

Cafe 12 : 12, dereck Rothschild Sur le boulevard, une terrasse sympa. À l’arrière du bâtiment, se cache une salle de concert rock, R&B, salsa… Beaucoup de monde.
Radio EPGB : 7, rehov Shadal. Bar musical plutôt underground. Très bonne programmation musicale.

Tours guidés de Tel Aviv by Night

Shopping : Le marché de Hacarmel. L’endroit idéal pour acheter son huile d’olive ou manger une assiette de houmos.

3 galeries incontournables : Noga, Sommer et Dvir

Si vous avez le temps de sortir de la ville, le Design Museum de la star de l’architecture Ron Arad, situé à Holon et ouvert en 2010 pour 13 millions d’euros, vaut le coup d’œil.

Texte : Carine Keyvan

Mise en ligne :

Israël, Palestine Les articles à lire

Services voyage