Russie : dans les rues de Moscou

Descente dans le métro de Moscou

Descente dans le métro de Moscou
Marina Skalova

Conçu par Staline dans les années 1930, le métro moscovite est enfoui à plus de 70 m de profondeur, auxquels on accède par des escalators vertigineux. Il fut édifié par près de 10 000 travailleurs, qui gravèrent ainsi le rêve communiste dans la pierre.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, les femmes et les enfants furent appelés à se réfugier dans ce nouvel abri antiaérien dès les premières attaques des allemands. Ce véritable monde souterrain a inspiré le roman post-apocalyptique Métro 2033 de Dmitri Gloukhovski.

Ode à l’école néoclassique, le métro moscovite nous plonge dans un dédale de galeries prestigieuses, couloirs en marbres et lustres hautains, le tout parsemé de gravures et statues, en l’honneur de la révolution ouvrière.

Tout au centre, la station Plochad Revolyoutsii s’ouvre sur une galerie de 76 sculptures de bronze, représentant le peuple lors de la révolution : ouvriers, soldats, paysans sont incarnés avec un réalisme impressionnant. De là, un passage mène directement vers Teatralnaya, ornée de personnages de porcelaine vêtus de costumes traditionnels, à l’image de sept républiques soviétiques.

Non loin, la station Maïakovskaya, en l’honneur du grand peintre et poète Vladimir Maïakovski, a remporté le grand prix de l’Exposition universelle de 1938 avec ses plafonds constellés de mosaïques.

Sur la ligne circulaire, la prestigieuse Komsomolskaya, en hommage aux jeunesses communistes, impressionne avec ses panneaux de mosaïque de style byzantin, à l’effigie des héros militaires russes.  Et enfin, la plus belle de toutes, Kievskaya avait été conçue comme emblème de l’amitié des peuples russes et ukrainiens. On en a froid dans le dos aujourd’hui…

Texte : Marina Skalova

Mise en ligne :

Russie Les articles à lire

Trois balades dans Moscou pour s’imprégner de l’âme russe, passionnée, romantique,...

Voyage Russie

Bons Plans Voyage

Services voyage