La Crète orientale, une terre de légendes

La Crète orientale, une terre de légendes
© Eric Milet

La Crète est l’île la plus grande et la plus fertile de l’archipel méditerranéen. À un peu plus de 3 h d’avion de la France, ce n’est pas encore l’Afrique, mais plus tout à fait l’Europe. Terre de Minos, d’Icare, de Thésée et du Minotaure, elle fut le théâtre de bien des épopées mythologiques.

Il faut dire qu’en Crète, et plus particulièrement en Crète orientale, la limite entre le réel et la fiction est ténue. Les hippopotames et les éléphants nains, qui peuplaient les lacs au bord desquels vivaient les hommes au paléolithique, côtoyaient des rongeurs géants… Et c’est sans compter les dinosaures qui batifolaient dans la région quelque 100 millions d’années plus tôt. Des os de géants aux grottes habitées par des cyclopes, il n’y a qu’un pas…

Ajoutons à cela des marins naufragés recueillis par une civilisation techniquement plus avancée, des palais labyrinthiques dont on ressort ivre de résiné, des taureaux ensanglantés, des naïades chichement vêtues aux cheveux embaumés de parfum, des décoctions d’herbes qui guérissent tous les maux… Autant de personnages et de faits extraordinaires qui ont inspiré les auteurs de l’Antiquité…

De cette histoire singulière, mêlée à une géologie prise au sens étymologique du terme, à savoir « le discours de la terre », la Crète orientale a gardé les stigmates : des pics, des failles, des grottes et de larges dépressions devenues maraîchères, d’où émergent çà et là les ruines des palais à jamais disparus.

Un vrai pays de randonneurs, en somme...

Texte : Eric Milet

Mise en ligne :

Crète Les articles à lire

Services voyage