Centenaire de la découverte du Machu Picchu

Centenaire de la découverte du Machu Picchu
CARLOS SALA / PromPerú

Il y a 100 ans, l’archéologue américain Bingham découvrait l’un des plus fascinants vestiges au monde : le spectaculaire site précolombien du Machu Picchu… Depuis, ce haut lieu du tourisme, emblème du Pérou et de son passé inca, n’a cessé d’émerveiller les visiteurs, mais aussi de les troubler. En 2011, à l’occasion du centenaire de cette découverte fabuleuse, le Pérou organise une semaine culturelle hautement festive et rend ainsi hommage à la civilisation inca.

Une découverte (in)attendue

L’obstination paie parfois. Il y a 100 ans, Hiram Bingham, un archéologue et universitaire américain, est persuadé de l’existence d’une cité perdue inca quelque part dans les Andes. Pendant de longues années, il ne trouve aucun indice, mais ne perd pas espoir. Il s’entoure de membres de la population locale, un fermier et un sergent péruviens, et se lance courageusement, malgré les fortes pluies, à la recherche du site.

Ensemble, ils quittent la ville de Cuzco, suivent le cours des rivières Vilcanota et Urubamba, grimpent les monts et les collines, rencontrent les fermiers qui leur indiquent le chemin… Et finalement, les efforts de Bingham sont récompensés. Ensevelis sous la végétation, les murs de la solennelle construction inca se dressent devant lui le 24 juillet 1911.

A vrai dire, Bingham n’est pas le premier à avoir découvert les vestiges. Quelques autres aventuriers solitaires pénétrèrent précédemment dans ce bâtiment auguste au cours du XIXe siècle et griffonnèrent leurs noms sur ses murs. Mais c’est néanmoins grâce à l’archéologue américain que les fouilles scientifiques débutent et que des milliers d’objets historiques trouvent un nouvel abri sous les toits du musée Peabody, à Yale.

Le site a pu ensuite ouvrir ses portes au grand public. Aujourd’hui, le Pérou est conscient de l’importance du joyau architectural qu’il possède et essaie de récupérer les nombreux objets de valeur disséminés à travers le monde. Ainsi, l’établissement de Yale devra bientôt dire au revoir à son « héritage » inca… Toutefois, devant le succès touristique du site, l’UNESCO a récemment exprimé ses préoccupations sur l’état de conservation de la citadelle inca, qui pourrait se retrouver sur la liste du patrimoine en péril.

Les mystères du Machu Picchu

Quel était le véritable rôle du Machu Picchu ? Etait-ce un sanctuaire ou bien le lieu de résidence de l’empereur ? Un lieu de culte consacré au Soleil ou un palais de villégiature estivale pour l’élite inca ? Une forteresse somptueuse ou une ville administrative ? Un endroit de pèlerinage, un observatoire astronomique ou tout ceci à la fois ?

Nombreuses sont les suppositions alimentant l’imagination contemporaine, mais nul ne saurait dire avec exactitude quelle était la fonction primordiale du Machu Picchu. Le gigantisme du site laisse deviner son importance pour les incas. Niché entre le Huayna Picchu, qui signifie en langue quechua « jeune montagne », et le Machu Picchu, « vieille montagne », le monument aurait été construit au cours du XVe siècle par le neuvième empereur inca, Pachacútec. Près de 1 500 personnes pourraient y avoir résidé aux temps de sa splendeur.

Dans le calme parfait des Andes, à plus de 2 000 m d’altitude, le site du Machu Picchu, parfaitement invisible depuis la vallée, surgit de la nature sauvage et luxuriante, entouré de pics vertigineux, arrosé par des pluies abondantes. Comme si, en passant par là, un géant l’avait par hasard laissé tomber de sa poche.

Le choix de l’emplacement n’a pourtant rien d’accidentel. Tous les 24 juin, apparaît sur la colline de l’Intihuatana un triangle ensoleillé pointant vers le Machu Picchu. Les Incas ont lu dans les rayons de soleil un signe divin. Ainsi, conscient du déroulement du temps et du cycle des astres, ce peuple savait exactement où bâtir ses murs, ses escaliers cyclopéens, ses champs et ses terrasses symétriques. Mythes, fables et légendes ? Depuis sa découverte, les vestiges sont sujets à maintes recherches scientifiques, cependant leur mystère demeure encore de nos jours.

Les célébrations du centenaire

Danses, chants, concerts, défilés et autres célébrations sont au programme pour le centenaire de la découverte du Machu Picchu, du 3 au 8 juillet 2011. Le point culminant de la semaine festive péruvienne reste néanmoins le 7 juillet, avec deux événements phares. Tout d’abord, de 9 h à 18 h, Cuzco organise un festival artistique et culturel, avec une programmation riche sur les places principales de la ville.

Dans un second temps, de 18h à 20h, le sanctuaire du Machu Picchu propose un spectacle de son et de lumière, accompagné par l’Orchestre andin et l’Orchestre symphonique de Cuzco (pour davantage d’informations sur les autres manifestations culturelles liées au centenaire, voir notre agenda Pérou).

Pour en savoir plus

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Pérou.

Office du tourisme péruvien

Comment y aller ?

Air France vient d'ouvrir un vol direct Paris-Lima à raison de cinq rotations hebdomadaires. C'est la seule desserte sans correspondance du Pérou au départ de la France.

Trouvez votre hôtel à Cuzco et au Pérou inca.

Une visite virtuelle du Machu Picchu

Attention ! Le Machu Picchu est menacé en raison du trop grand nombre de touristes. Le 19 juillet, le nombre maximum de touristes acceptés sur le site sera de 2 500 par jour. Réservation plus que conseillée sur le site www.machupicchu.gob.pe.

Texte : Aja Barbo Gruden

Mise en ligne :

Pérou Les articles à lire

Services voyage