Budapest : 5 expériences à vivre

Budapest : 5 expériences à vivre
© luciano mortula - Fotolia

Budapest ? Une ville majeure d’Europe centrale, mais aussi des expériences typiques et uniques à vivre dans la capitale hongroise. Du goulasch aux ruin pubs, en passant par les fameux bains, voici quelques idées d'activités pour un séjour 100 % made in Budapest, et de nulle part ailleurs !

Lire aussi notre idée week-end Trois jours à Budapest

Se relaxer dans un bain

Se relaxer dans un bain
Bains Szechenyi © Jean-Philippe Damiani

L’un des musts de tout séjour à Budapest, capitale hongroise, mais aussi thermale. Été comme hiver, on peut prendre un bain dans l’une des 123 sources thermales d’eau chaude entre 21 et 78 °C, riches en minéraux (magnésium, calcium, sodium…) et aux vertus thérapeutiques. Une tradition qui remonte à l’époque ottomane, même si certaines sources ont été découvertes par les Romains.

Pas la peine de s’inscrire à un séjour de thalasso, les bains sont ouverts à tout le monde, tous les jours et à un prix relativement modique (en moyenne 2000-6000 forints, soit 7-20 €). Ce sont des lieux de relaxation et de socialisation, plus que des centres de cure. On y vient pour se reposer après une dure journée, bavarder entre amis, voire jouer aux échecs, comme aux célèbres bains Szechenyi. La plupart sont mixtes (maillot de bain obligatoire et bonnet pour la piscine), tandis que certains, comme les bains Rudas, ont des plages horaires non-mixtes (maillot de bain superflu).

Les équipements varient selon les établissements. En général, on  y trouve des  bassins thermaux couverts ou en extérieur, aux températures variables, mais aussi des hammams, saunas et des salles de massage. Plusieurs options de services sont envisageables et les tarifs sont clairement indiqués à l’entrée. On vous conseille d’apporter une serviette pour vous sécher (location chère).

Certains établissements se distinguent par leur somptueux décor, comme les bains Gellért (à Buda), chef-d’œuvre d’architecture Art nouveau du début du 20e siècle.  Construits à la même époque, les bains Szechenyi (Pest) évoquent un palais néo-Renaissance, avec pas moins d’une douzaine de bains thermaux et une grande piscine en plein air où l’on peut barboter en plein hiver dans une eau à 38 °C !

Autre établissement remarquable, les bains Rudas (Buda), construits au 16e siècle, ont conservé leur architecture ottomane, avec leur bassin octogonal sous une coupole en forme de dôme percée d’oculi. Dans la même veine, les bains Kiraly (Buda) évoquent les bains turcs, mais ils sont plutôt vétustes (et moins fréquentés par les touristes).

Ruin pubs et sparties, jusqu’au bout de la nuit

Ruin pubs et sparties, jusqu’au bout de la nuit
Szimpla-kert © Jean-Philippe Damiani

Söröző (bars à bières) et borozó (bars à vins) pour la couleur locale, pubs ou bars branchés au design contemporain, bar en plein air de type Biergarten aux beaux jours, bars musicaux, cafés-concerts, clubs de jazz et boîtes… Budapest est une ville festive. La vie nocturne locale, qui draine des jeunes (et moins jeunes) venus de toute l’Europe, est, à elle seule, une excellente raison de s’envoler pour la capitale hongroise.

Budapest doit notamment sa (bonne) réputation aux ruin pubs, qui sont les hauts lieux de la nuit, la plupart concentrés dans le quartier juif (6e arrdt). Des sortes de bars-squats qui ont poussé dans d'anciens entrepôts désaffectés, bâtiments de l'époque communiste, voire des cours d’immeubles (les kerts). Ambiance destroy et alternative à tous les étages, entre décadence branchée à la berlinoise et décontraction Erasmus. Les ruins pubs sont réputés pour leur déco foutraque composée d’un bric-à-brac d’objets de récup les plus hétéroclites.

Au Szimpla-kert (Kazinczy u.), on prend, par exemple, un verre attablé à une vieille Trabant ;  ­à l'Anker't (Paulay Ede u. 33), on peut littéralement danser au milieu des ruines de façades aux murs éventrés et dans des salles déglinguées. On compte une vingtaine de ruin pubs à Budapest, où l’on peut prendre un verre, écouter un concert live ou danser au son des DJs. Plus d’infos sur http://ruinpubs.com/

Autre expérience nocturne typique, les sparties, des soirées technos qui ont lieu dans les bains, où l’on danse en maillot de bain toute la nuit. Celles des bains Széchenyi sont les plus populaires !

Des balades architecturales en tous genres

Des balades architecturales en tous genres
Palais Gresham © Jean-Philippe Damiani

Une grande partie de Budapest a été construite au tournant du 20e siècle (surtout du côté Pest), suivant le modèle haussmannien, afin de glorifier l’identité hongroise. En 1896, la capitale célébrait le millénaire de l’arrivée des Magyars en grand pompe : c’est de cette époque que datent, entre autres, l’imposante basilique Saint-Etienne, la place des Héros et le superbe Parlement, qui évoque à la fois Westminster et un palais vénitien.

Surnommée le « Paris de l’Est », Budapest possède un patrimoine architectural d’une richesse époustouflante, mais aussi des plus hétéroclites. Pétrie d’influences divers, cette métropole entre Orient et Occident ressemble à un conservatoire vivant  de tous les styles d’Europe : la baroque dans les rues de Buda, le néo-classique dans le quartier administratif de Belvaros, mais aussi le Bauhaus ou l’Art nouveau, avec le splendide palais Gresham ou les édifices audacieux d’Odön Lechner (le Gaudí hongrois) comme l’ancienne Caisse d’Épargne ou le musée des Arts décoratifs. La ligne de tramway n°2  qui longe le Danube côté Pest permet, par exemple, d'avoir un bel aperçu de la diversité architecturale des deux rives du fleuve, sans trop se fatiguer.

Sorte de Champs-Élysées hongrois, l’avenue Andrassy, bordée de splendides hôtels particuliers des 19e et 20e s, est même classée au Patrimoine mondial de l’Unesco pour la richesse de son patrimoine architectural, avec le quartier du château de Buda et les rives du Danube. À proximité, le quartier juif présente aussi un concentré d’architecture de la fin du 19e s, tous styles confondus, même si certains immeubles sont délabrés. D’inspiration byzantine, la superbe Grande Synagogue est la 2e plus importante du monde en termes de superficie.

Dans un tout autre genre – nettement moins séduisant –, Budapest a conservé des vestiges de l’architecture collectiviste de l’ère soviétique, notamment dans le quartier d’Obuda (3e arrdt). Les fans d’histoire apprécieront peut-être… Les amateurs d’architecture contemporaine, quant à eux, n’auront rien à se mettre sous la dent, hormis les centres culturels Balna et Müpa, au sud de Pest.

Musique !

Musique !
Opéra © Jean-Philippe Damiani

Malgré un contexte difficile, Budapest fait preuve de dynamisme culturel, avec de nombreux festivals, consacrés notamment à la musique. La patrie de Bela Bartok, de Georg Solti et de Frantz Liszt est d’ailleurs bien pourvue en salles de concert et de lieux musicaux.

L’Opéra de Budapest, situé sur l’avenue Andrassy, met à l’affiche tout au long de l’année des spectacles lyriques et des ballets classiques (relâche en août) à des prix plus bas qu’à Paris (billets  500-15 000 forints, soit 1,5-50 €).

Autres hauts lieux musicaux, le moderne palais des Arts Müpa (9e arrdt),  qui programme des concerts de musique classique, contemporaine et pop, ou encore l’espace culturel Millenaris, côté Buda (Kis Rokus u. 20). De son côté, le Trafo (Lilion u. 41), dans le 8e arrdt, est la salle de référence pour les ballets et la danse contemporaine. Enfin, pour le blues ou le jazz, direction le Budapest Jazz Club (Hollán Ernő u. 7, 13e arrdt) ou l’Opus Jazz Club (Matys u. 8, 7e arrdt).

Budapest compte aussi plusieurs festivals pour les amateurs de musique. Parmi les plus importants : 

- le festival de Printemps (en avril) avec une riche programmation de concerts, ballets, opéras, opérettes ;

- le festival d’été (juillet-août) sur l’île Margit ;

- le festival des arts contemporains Café Budapest (en octobre) avec une programmation audacieuse et originale, mêlant classique et créations actuelles ;

- et, bien sûr, l’incontournable Sziget (août) qui réunit des dizaines de milliers de jeunes sur l’île d’Obuda pour une sorte de Woodstock sur Danube réunissant des pointures de la pop music.

Goûter à la cuisine hongroise

Goûter à la cuisine hongroise
Strudel Hortogagyi © Jean-Philippe Damiani

Un séjour à Budapest permet de s’initier à la gastronomie hongroise, une cuisine savoureuse et copieuse, où le paprika joue un rôle capital. La ville regorge de restos, souvent moins chers qu'en Europe de l'Ouest, qui servent généralement à toute heure de la journée.

Les portions sont souvent généreuses, particulièrement dans les restos populaires. Le midi, on peut même déjeuner, dans certains restaurants,  pour 1 000 forints (3,20 €) : qui dit mieux ? Quant aux établissements plus chics, ils présentent volontiers des classiques culinaires hongrois revisités, avec des touches originales ou fusion.

C’est donc le moment de découvrir que le goulasch est une soupe à base de viande, de légumes et de paprika. Un délicieux prélude à d’autres spécialités hongroises comme le traditionnel pörkölt (ragoût de viande au paprika et à la crème aigre) accompagné de petits gnocchis (galuskas), les crêpes Hortobagyi aux champignons et à la viande, le poulet au paprika, le foie gras poêlé, le bœuf à la mode de Budapest (au foie gras), le canard, le gibier ou bien la carpe et le sandre du lac Balaton. Et, pour finir, la fameuse crêpe Gundel (un délice !) ou un gâteau au fromage blanc. De quoi se requinquer après une bonne marche !

La Hongrie est également un producteur de vins, à découvrir lors d’une pause dans un borozo (bar à vins), le plus célèbre et le plus cher étant le Tokaj, un blanc sec ou liquoreux aux accents de Sauternes. L’Eger, les vins de Villány et de Balaton sont également réputés.

Enfin, nouvelle tendance à Budapest, des coffee shops à la new-yorkaise ont ouverts dans le centre de Pest. On y boit toutes sortes de cafés, de latte et de thés, accompagnés de muffins et autre cheese-cakes dans un décor design. Quant aux amateurs de pâtisseries très vieille Europe, ils ne manqueront pas de faire un tour chez Gerbeaud (Vörösmarty ter, 7-8), l’une des institutions du genre à Pest !

Fiche pratique

Consulter nos guides en ligne Budapest et Hongrie

Office du tourisme de Hongrie

Site officiel du tourisme à Budapest

Comment y aller ?

Vols directs Paris-Budapest avec Air France, EasyJet, Transavia (Orly). Nice-Budapest avec WizzAir et Lyon-Budapest avec EasyJet. Trouvez votre billet d’avion.

Voir les adresses dans notre idée week-end Trois jours à Budapest

Commencez votre voyage en musique, écoutez notre playlist Routard Budapest.

Playlist Routard Japon

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Budapest Les articles à lire

Services voyage