Montréal multiculturel : le cœur sur la « Main »

Montréal multiculturel : le cœur sur la « Main »
© Tourisme Montréal

En partenariat avec Destination Canada  Destination Canada

Le monde entier se donne rendez-vous à Montréal ! Située à la croisée des chemins entre Amérique du Nord et Europe, la 2e ville du Canada est en réalité beaucoup plus qu’un simple mélange entre l’Ancien et le Nouveau Monde. Avec plus d’une centaine de nationalités, la métropole québécoise se révèle un stupéfiant patchwork humain, où se mélangent couleurs, langues et saveurs.

Pour ressentir le dynamisme du Montréal multiculturel, cap sur le boulevard Saint-Laurent, surnommé la Main, et plus particulièrement dans le quartier avant-gardiste du Mile-End. Cuisines du monde, galeries, boutiques et cafés alternatifs... Bienvenue à Montréal, où le voyage se trouve au coin de la rue, tout simplement.

La mosaïque Montréal

La mosaïque Montréal
© Commission canadienne du tourisme

L’Amérique en français ? Montréal, c’est bien plus que ça ! Avec près de 120 nationalités différentes, un tiers de sa population née à l’étranger et une centaine de langues sur son territoire, la métropole québécoise s’affirme comme l’une des villes les plus multiculturelles de la planète. Une mosaïque de traditions, de cultures et de langues.

Ici, on parle français, bien sûr, et l’autre langue officielle du Canada, l’anglais. Mais pas seulement… L’italien, le portugais, le grec, désormais dépassés par l’espagnol et l’arabe, sont des langues couramment utilisées à Montréal. Certes, l’Office de la langue française veille au respect des règles d’affichage. Mais, cette ville ouverte d’esprit laisse aussi à chacun la liberté d’être ce qu’il est.

A Montréal, diversité culturelle et effervescence créative vont de pair. La métropole québécoise est devenue un carrefour culturel hors norme, riche de l’apport de toutes ses communautés. Pas de ghetto à l’américaine, ni même de « quartiers ethniques ». Les descendants des premiers arrivants se sont dispersés à travers la ville, faisant de chaque rue de Montréal un mélange unique… et créatif !

Le boulevard Saint-Laurent, la « Main » tendue au monde entier

Le boulevard Saint-Laurent, la « Main » tendue au monde entier
Boulevard Saint-Laurent © Matthias Berthet

Pour prendre le pouls du Montréal multiculturel, il faut sauter dans le bus 55 qui remonte le boulevard Saint-Laurent, surnommé la « Main ». Cette artère traverse la ville sur un axe sud-nord, séparant l’Est francophone de l’Ouest anglophone. Une frontière linguistique assez floue, d’ailleurs.

Partant du port sur le fleuve, la Main a accueilli, dès la fin du XIXe s., les vagues successives d’immigrants. Ils se sont tout d’abord installés le long du boulevard, y établissant des foyers culturels.

Après avoir flâné dans les superbes ruelles historiques du Vieux-Montréal, empruntez le boulevard Saint-Laurent qui part du Vieux-Port. Une centaine de mètres plus loin, une porte orientale marque l’entrée du quartier chinois, qui  existe depuis l’arrivée de Cantonais venus construire le chemin de fer canadien à la fin du XIXe s. S’étendant sur un petit quadrilatère autour de la rue de la Gauchetière, le Chinatown montréalais compte nombre de restaurants et de boutiques spécialisées dans les produits d’Extrême-Orient. Herboristeries, échoppes de thé, gargotes à nouilles ou à dim sum, librairies spécialisées dans les mangas ou la K-Pop et salons de massages nous transportent illico à Hong Kong ou à Bangkok !

Plus au nord, entre la rue Duluth et l’avenue du Mont-Royal, des azuleijos et des façades colorées témoignent de la présence portugaise. Des enseignes comme La Vieille Europe ou Charcuterie hongroise sont l’héritage des Européens de l’Est venus au début du XXe siècle.

Dans le Mile End voisin, les synagogues signalent quatre générations de présence juive, principalement ashkénaze. Les juifs hassidiques se sont établis du côté de la rue Bernard Ouest et de l’avenue du Parc, où il n’est pas rare de croiser des hommes portant vêtements traditionnels et papillotes.

Bien d’autres communautés sont passées par la Main, notamment les Grecs et les Italiens qui ont donné son nom au quartier de la Petite Italie, immanquable pour ses commerces et ses cafés qui semblent sortis d’un film de Martin Scorsese.

Plus au nord, dans Parc-Extension, Villeray et Saint-Michel, les églises orthodoxes et clubs sociaux grecs côtoient les restos et marchés indiens, et certaines rues ont été surnommées le « Petit Maroc ». Quant aux Haïtiens et aux Sud-Américains, également présents dans le quartier, ils donnent à Montréal des couleurs caribéennes.

Mile-End, l’épicentre du Montréal cosmopolite et arty

Mile-End, l’épicentre du Montréal cosmopolite et arty
Café Olimpico © Alice Gao

Le mélange des cultures et l’effervescence créative s’expriment à merveille dans le quartier du Mile-End. Situé au nord-ouest du Plateau Mont-Royal et traversé par la Main, cet ancien faubourg ouvrier anglophone est devenu au fil des ans le repaire du Montréal artistique et branché.

Fief des communautés juive et grecque, le Mile-End est le quartier de la figure légendaire des lettres anglo-montréalaises Mordecai Richler  (L’apprentissage de Duddy Kravitz)  mais aussi de Xavier Dolan, l’enfant terrible du cinéma québécois, qui l’a filmé dans Les amours imaginaires. Le groupe Arcade Fire y est né et la chanteuse Ariane Moffatt en a fait son QG, tout comme la firme de jeux vidéo Ubisoft.  

De nombreux artistes plébiscitent le Mile-End pour ses galeries, dont la  réputée Galerie Simon Blais, ses studios, ses salles de spectacle (Rialto, Cabaret du Mile-End) ou ses ruches de créatifs, comme l’excellent centre Clark connu internationalement pour ses expos novatrices.

Avec ses airs de petit Brooklyn, le Mile-End est aussi un quartier où il fait bon vivre. Prenez le temps de vous balader, à pied ou en Bixi (le Vélib’ local), du côté des rues Jeanne-Mance, Waverly, Fairmount ou Bernard. Aux beaux jours, les demeures à escaliers typiquement montréalaises sont bordées de jardins fleuris sous l’ombre d’arbres centenaires. On se croirait presque dans un gros village, une impression renforcée par la proximité du Mont-Royal, où l’on peut faire de belles balades bucoliques en plein cœur de Montréal !

Au-delà du cadre de vie, c’est l’incroyable mixité de gens, d’origines et de styles de vie qui fait tout le charme du Mile End. Ici, le hipster côtoie le juif hassidique en costume traditionnel, l’atelier de coiffure très fifties voisine avec la boutique de designer, le resto ethnique et  le tatoueur branché avec un fleuriste installé depuis trois générations.

Pour humer l’atmosphère relax du Mile-End, descendez la rue Saint-Viateur, connue pour ses bagels, ses magasins de fripes, des dépanneurs (épiceries), ses restos bio et, surtout, ses deux bars rivaux : le Café Olimpico, devenu le rendez-vous du Mile-End branché, et le Club Social. Entre les deux, notre cœur balance…

Petite Italie, la dolce vita à la montréalaise

Petite Italie, la dolce vita à la montréalaise
© Eva Blue

En continuant vers le nord sur le boulevard Saint-Laurent, la Petite Italie succède au Mile-End. Le quartier doit son nom aux premiers immigrants italiens qui y ont posé leurs valises au 19e siècle.

Aujourd’hui,  la Petite-Italie ne suffit plus à contenir l’importante communauté d’origine italienne de Montréal (plus de 250 000 personnes). La majorité des Italo-montréalais réside désormais dans les quartiers de Saint-Léonard, Rivière-des-Prairies, Laval, voire Notre-Dame-de-Grâce, qui arborent eux aussi les couleurs transalpines.

Mais, dans l’esprit des Montréalais, la Petite Italie reste tout de même la « vitrine » historique des Italiens de Montréal. Sans doute pour la présence d’institutions locales, comme le supermarché Milano, l’adresse de référence pour les produits Italiens, ou la Librairie italienne.

Est-ce un effet du glamour latin ? Désormais, un vent hype souffle sur le quartier qui attire les branchés et les beautiful people locaux pour son bon mix d’adresses chics (Hostaria, Kitchen Galerie) et de valeurs sûres, dans une atmosphère très dolce vita.

Pilier du quartier, le célèbre Caffé Italia et sa déco fifties, est toujours apprécié pour ses cafés ristretti et ses biscotti autant que pour ses « soirées football », avec diffusion de match dans une ambiance du tonnerre. Juventus, Inter ? Choisissez votre équipe et trinquez avec les tifosi.

Autre pilier du quartier, la Pizzeria Napoletana (rue Dante) a régalé des générations de gourmets italophiles. On s’y rend les yeux fermés… Che buono !

Au marché Jean-Talon, les couleurs du monde

Au marché Jean-Talon, les couleurs du monde
© Rishad Daroowala

Au nord de la Petite Italie, se déploient les stands et boutiques du marché Jean-Talon, un lieu incontournable pour prendre le pouls du Montréal multiculturel. Le week-end, ce marché – l’un des plus grands en Amérique du Nord - offre l’occasion d’un grand bain dans la diversité montréalaise.

Bien évidemment, on y trouve les produits locaux, que certains maraîchers signalent à l’aide d’une fleur de lys (emblème du Québec) sur les étiquettes : bleuets du lac Saint-Jean, pommes, cannes de sirop d’érable, vins de glace, bières de micro-brasserie… Mais, depuis son ouverture dans les années 1930, le marché Jean-Talon est un lieu de rencontre entre les traditions culinaires de la ville. L’idée même de faire son marché a d’ailleurs été importée d’Europe.

Aujourd’hui, on trouve des mets italiens, venus de la Petite Italie toute proche, mais aussi mexicains, arabes, bengalis, des épices, des parfums et des saveurs venus d’ailleurs. Bref, un vrai tour du monde qui se prolonge quelques rues au nord du marché.

En effet, de l’autre côté de la rue Jean-Talon, débute le quartier de Parc-Extension, autre haut lieu du Montréal multiculturel. Faites un tour du côté des rues Ogilvy et Querbes, où cohabitent commerces grecs et indiens. Au marché Swadesh (484 Ogilvy), les senteurs épicées transportent illico à Bombay et mettent en appétit…

Un tour du monde gastronomique

Un tour du monde gastronomique
Alice Gao © Commission Canadienne du Tourisme

Pour se remettre de son trek urbain, rien de tel qu’un trip gastronomique. Et à Montréal, il risque fort d’être aux couleurs du monde. La cuisine montréalaise est un creuset où se retrouvent les influences des différentes communautés de la ville, au-delà des piliers québécois que sont la poutine, la tourtière ou le pâté chinois.

La communauté juive a donné à la table montréalaise deux de ses emblèmes : le smoked meat, un sandwich à la viande fumée, servi depuis plus de 80 ans par le « deli » Schwartz’s  (3895, St-Laurent), et le bagel, petit pain rond en forme d’anneau cuit au four à bois, que l’on peut acheter 24 h /24 chez Fairmount Bagel et St-Viateur Bagel dans le Mile End.

Autre habitude culinaire populaire, la rôtisserie portugaise. Les échoppes à poulets rôtis ont fleuri à Montréal, dans le sillage de Cocorico (3907, St-Laurent). A accompagner absolument d’un nata, un petit flan lisboète.

Chinois et Italiens tirent leur épingle du jeu. Entre nouilles et canard laqué, vous trouverez votre bonheur dans le quartier chinois, où on vous conseille les dim sum de Kam Fung (1111, St-Urbain). Du côté de la Petite Italie, faites vos emplettes au marché Milano (6862, St-Laurent), avant de déguster un authentique cannolo à la pâtisserie Alati-Caserta  (277, rue Dante) et un espresso au Bar Sportivo (6804, St-Laurent). On pourrait continuer ainsi à l’infini – et dans toute la ville ! -, de l’Inde au Pérou, et du Mexique à la Corée…

Besoin d’une boussole pour vous repérer ? On ne saurait trop vous conseiller les tours guidés à pied ou à vélo de Fitz & Folwell, aussi amusants qu’instructifs, qui font découvrir l’apport culinaire des différentes communautés de la ville, dégustations comprises.

Le melting-pot gastronomique est devenu une source d’inspiration pour certains chefs de Montréal, qui concoctent une délicieuse cuisine fusion n’hésitant pas à mélanger les traditions culinaires. On a même testé une poutine au foie gras créée par le chef Martin Picard du Pied de Cochon (536, Duluth Est) ! Audacieuse et particulièrement savoureuse, à l’image du l’heureux mix montréalais.

Découvrez le Canada

Fiche pratique

Destination Canada

Tourisme Montréal

Comment y aller ?

Vols directs quotidiens depuis Paris CDG avec Air Canada et Air France. Air Transat dessert également Montréal depuis Paris et des aéroports de province en saison.

Bonnes adresses

Bagels & co.

Fairmount Bagel : 74 avenue Fairmount Ouest. Une institution du bagel montréalais, cuit au feu de bois depuis 1949. Ouvert 24h/24.

Saint-Viateur Bagel : 263, rue St-Viateur Ouest. L’autre temple du bagel montréalais, depuis 1957. Ouvert 24h/24. Egalement 1127, av Mont-Royal E.

Schwartz’s : 3895, boul. St-Laurent. Une autre institution de la cuisine juive de Montréal, qui sert le fameux sandwich de smoked meat depuis1928. Compter 7 $ le sandwich (copieux). Pour la petite histoire, ce monument du patrimoine local a été racheté par Céline Dion !

Wilensky : 34 avenue Fairmount O. Sandwich special Wilensky à la moutarde et sodas maison depuis 1932. Ce deli juif semble n’avoir pas bougé, on le croirait sorti d’un roman de Paul Auster. C’est Brooklyn Boogie dans le Mile-End !

De bons dim sum ?

Maison Kam Fung : 1111 Saint-Urbain. Large choix de raviolis chinois à la vapeur ou frits. Spécialités cantonaises et sichuanaises. Comptez 20 $ 

Saveurs italiennes

La Bella Napoletana : 189, rue Dante. Pas moins de 40 pizzas et autant de pâtes dans ce grand classique de la Petite-Italie ! On peut apporter son vin. Compter 20-25 $.

Pâtisserie Alati-Caserta : 277, rue Dante. Sublimes cannoli dans cette authentique pasticceria.

Bar Sportivo : 6804, boul. St-Laurent. Pas la peine de prendre l’avion pour se retrouver en Italie ! Il suffit de prendre un caffè dans ce bar, ou d’y aller un soir de match de foot.

Dans le Mile-End

Cafe Olimpico : 124, rue St-Viateur O. L’un des bars les plus connus du Mile-End, où boire un bon café et faire des rencontres.

Club Social : 180, rue St-Viateur O. Le grand rival de l’Olimpico, dans la même rue. Un peu moins branchouille, mais tout aussi sympa.

Le Cagibi : 5490, boul. St-Laurent. Café, bouffe, musique, art. Tout un programme dans un décor des plus hétéroclites. Des animations pointues tous les soirs. Une autre bonne adresse du Mile-End.

Casa del Popolo et Sala Rosa : 4873 et 4848, boul. St-Laurent. Entre bar, resto à tapas (au Centre social espagnol, de l’autre côté de la rue), salle de concerts, set de DJs quotidiens, l’un des hauts lieux de la vie nocturne du Plateau et du Mile-End.

Kem Coba : 60, Fairmount O. Massala Chai, fraise-litchi ou orange cardamone… On adore ce glacier tenu par un couple franco-vietnamien pour ses saveurs inventives.

Galeries et centres d’art

Centre Clark : 5455, avenue de Gaspé, # 114

Galerie Simon Blais : 5420, boul. Saint-Laurent, # 100                                                    

Un événement à ne pas manquer : le festival des lanternes

Chaque année, de début septembre à fin octobre, les jardins chinois et japonais du Jardin botanique de Montréal sont illuminés par des lanternes orientales, composant de superbes compositions lumineuses inspirées par la culture de ces pays d’Asie. Un émerveillement pour toute la famille.

Texte : Jean-Philippe Damiani

Canada - Les articles à lire