Reykjavik, le bain d'énergie

Reykjavik, le bain d'énergie
Office de Tourisme de Reykjavik

« In Iceland, we don’t have cash but we have ash », autrement dit, « en Islande, on n’a pas d’argent, mais on a des cendres ». Et de l’humour aussi ! Ni la crise, ni l’éruption du volcan au nom imprononçable n’ont eu raison du moral d’acier des Islandais. Démonstration à Reykjavik, une capitale créative, qui cultive une certaine dolce vità nordique. Avec, aux portes de la ville, splendeurs naturelles, geysers et bains de vapeur.

Reykjavik isolée mais créative

Citez-moi un nom d’artiste islandais. Björk, évidemment ! Pourtant, la chanteuse aux airs d’elfes sous acide n’est pas la seule à s’exporter. On pourrait évoquer Bardi Johannsson, qui signe avec Keren Ann le duo mélancolique Lady & Bird, ou bien les productions atmosphériques de Sigur Ros ou encore la chanteuse folk Emiliana Torrini.

Première étape pour découvrir les talents de la chanson islandaise au 12 Tonar, un magasin de disques situé sur Skólavörðustíg, une rue bordée de terrasses bohèmes et boutiques branchés. Le sympathique proprio vous concoctera une playlist sur mesure autour d’un expresso. L’été, le soleil ne se couche jamais, profitez-en pour céder à une tradition locale : le pöbbarölt (la tournée des bars). Direction le Sodoma, le Jacobsen et le Rosenberg, qui accueillent les meilleurs concerts de la ville.

Bien qu’il ne soit pas aussi réputé que celui de ses cousines nordiques, le design islandais commence à se faire une place au soleil (de minuit). Installé dans une vieille maison de bois d’Adalstraeti, Kraum sélectionne au travers un concours une centaine de designers de vêtements, bijoux, objets déco poétiques. Filez ensuite sur Laugavegur, la principale rue commerçante. Boutiques vintages et griffes islandaises (Andersen Lauth, Farmer Market, Nikita Clothing ou collectifs de jeunes stylistes, y ont élu domicile.

Pour les galeries arty, il suffit de se balader dans Hverfisgata, la rue parallèle. Poursuivez jusqu’au port pour visiter le Reykjavik Art Museum. Ce musée d’art contemporain consacre plusieurs salles à son Erró national. Le peintre islandais vient de faire l’objet d’une rétrospective au centre Pompidou, si vous l’avez raté, une séance de rattrapage s’impose sur sa terre natale.

Une ville aux portes de la nature

Le centre de Reykjavik se trouve à l’extrémité, près du port. Rien d’étonnant. En Islande, toutes les villes sont tournées vers la mer. Le reste du pays n’est qu’un vaste désert. Dès la sortie de la capitale, on plonge dans une lande qui s’étale à perte de vue. Une mousse aux reflets dorés recouvre les champs de lave à 360 °. Ce paysage étonnant, véritable paradis des photographes, est ponctué de temps à autre de fermes ou de cratères endormis.

Au fil des kilomètres, la magie l’emporte, on oublierait presque le but de la visite : « le Cercle d’Or ». Cette excursion à moins d’1h30 de Reykjavik permet de découvrir 3 sites aussi incontournables pour les touristes que notre tour Eiffel. Chacun d’eux rappelle la puissance de la nature. Inscrit au patrimoine de l’Unesco, Þingvellir (Thingvellir) a vu naître l’État islandais. Outre les débats politiques qui s’y sont déroulés, le site est le point de rencontre entre deux plaques tectoniques, l’eurasienne, et la nord américaine. Enjamber la faille est une expérience émouvante.

Un peu plus loin, les chutes de Gullfoss, dont la plus grande mesure 32 mètres sur 70 mètres, donne encore à voir la puissance de la nature. Mais la manifestation la plus surprenante se trouve à quelques kilomètres de là, il s’agit du Geysir, le geyser qui donne son nom à tous les autres. Ce phénomène naturel est devenu l’attraction la plus touristique de l’île. L’eau bouillonne, forme une bulle bleue et d’un coup se propulse dans les airs. Le geyser jaillit des entrailles de la terre toutes les 4-5 mètres laissant à chaque fois les spectateurs médusés.

Les bains de vapeur, tradition islandaise

En islandais, chaque mot à une signification précise. Reykjavik ne déroge pas à la règle, étymologiquement, cela veut dire « baie des fumées » (reykur : fumée ; vík : baie), en référence aux vapeurs qui s’échappent de la terre. Dès leur arrivée, les Vikings ont profité des sources chaudes naturelles.

Aujourd’hui encore, les bains de vapeur en plein air tiennent une place à part dans la vie des islandais qui cèdent à ce rituel été comme hiver. Plusieurs thermes et piscines sont disséminés dans la capitale, mais Laugar est le centre le plus couru à cause de sa belle piscine et son luxueux spa.

Profitez de votre dernier jour pour vous rendre au Blue Lagoon, situé sur la route de l’aéroport. Ces bassins naturels remplis d’une eau bleu turquoise oscillant entre 38 et 44 °C sont plantés dans un décor de lave surnaturel. Vue de loin, une épaisse fumée s’échappe donnant au lieu des airs de bouillon de sorcière. La silice contenue dans l’eau possède des propriétés exfoliantes, et certains n’hésitent pas à se les déposer en masque sur le visage. Un moment de détente très apprécié avant le retour à la maison.

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Islande.

Office de tourisme de Reykjavik

Office de tourisme d'Islande

Comment y aller ?

Transavia, la low cost d’Air France, dessert Reykjavik depuis Paris-Orly une fois par semaine pendant tout l’été, à partir de 90 € l’aller simple.
Icelandair, la compagnie islandaise, relie Reykjavik depuis Paris-CDG 4 fois par semaine pendant toute l’année. 313 € l’aller-retour.

Où dormir ?

- Our House : Kárastígur 12. Tél. : +354-847-4943. Cette charmante guesthouse est logée non loin de la trépidante Skólavörðustíg. (25 € la nuit en dortoir et 76 € la chambre double avec petit déjeuner. Salle de bains commune).
- Hôtel Holt : situé dans un quartier résidentiel, cet élégant hôtel décoré de tableaux anciens nous plonge dans une atmosphère cosy. À partir de 105 € la double avec petit déjeuner). The Gallery, son restaurant jouit d’une excellente réputation.
- Radisson SAS 1919 : un hôtel de luxe situé dans une belle bâtisse près du port, tout près du musée d’art contemporain et des galeries. À partir de 127 € la double.

Trouvez votre hôtel à Reykjavik.

Où manger/Où boire un verre ?

- Hofnin : coup de cœur pour ce tout nouveau resto du port qui revisite les classiques islandais pour un prix abordable.
- Sjavarkjallarin : ce resto chic situé en sous-sol de l’office de tourisme concocte une cuisine fusion à base de poisson.
- Jacobsen : Austurstræti 9. Tél. : +354-771-8160.
- Sodoma : Tryggvagata 22. Tél. : +354-821-6921.
- Café Rosenberg : Klapparstígur 25-27. Tél. : +354-551-2442.

Se déplacer

Reykjavik Excursion organise des excusions au départ de la capitale et des liaisons vers l’aéroport.

Texte : Carine Keyvan

Mise en ligne :

Islande Les articles à lire

Services voyage