3 week-ends de star sur la Côte d'Azur

3 week-ends de star sur la Côte d'Azur
Roland Michaud / Office de Tourisme de Saint-Paul de Vence

Avec sa Riviera, ses palaces et son Festival de Cannes, la Côte d’Azur fait rêver les cinéphiles. Pour un week-end sous le signe du glamour et du cinéma, direction Cannes, la Mecque du 7e Art, et Saint-Paul-de-Vence, la cité des artistes. Sans oublier les routes mythiques des trois Corniches, sur les traces de Grace Kelly et de Cary Grant.

Cannes, la Mecque du 7e Art

La première étape d’un travelling sur la Côte d’Azur ne saurait être que Cannes, qui devient en mai la capitale mondiale du cinéma.

Direction le Palais des Festivals. Après la traditionnelle montée des marches, on découvre les salles de spectacle (dont le Grand Auditorium) et les coulisses de ce lieu mythique, qui accueille cette année la 67e édition du Festival.

C’est aussi le point de départ de la visite « Cannes et le cinéma : un tandem glamour », organisée par l’office du tourisme (1 h 30). Le parcours en 9 étapes vous entraîne sur les lieux emblématiques du grand écran, avec anecdotes et secrets de tournage en bonus.

Sur la Croisette, bordée par les pins et les palmiers, on avance entre les plages de sable fin, les boutiques de luxe et les palaces, eux aussi liés au cinéma. Au Martinez, le chef du restaurant La Palme d’Or (2 étoiles Michelin) concocte chaque année un menu spécial dédié au président du Festival. Au Carlton, les suites portent les noms de stars du 7e Art (Grace Kelly, Sean Connery, Alain Delon, Uma Thurman…). Au Majestic, enfin, les couloirs sont ornés des portraits Harcourt des plus grandes vedettes.

À défaut de pouvoir séjourner dans le Penthouse Majestic (facturé la bagatelle de 39 000 € la nuit !), vous pouvez vous faire une petite folie ciné : une projection privée dans l’un des 35 fauteuils de la cinémathèque Diane, en sirotant du champagne, avant d’aller dîner au Fouquet’s (le tout pour 95 €).

Enfin, au bout de la Croisette, le casino Palm Beach incarne tout le glamour des années 1940. C’est là que furent tournées les dernières scènes de « Mélodie en sous-sol ».

Saint-Paul-de-Vence, le village des artistes

Dès votre arrivée dans le petit village perché de Saint-Paul-de-Vence, dominé par un campanile, vous êtes dans l’ambiance.

Au Café de la Place, sur la grande esplanade ombragée de platanes, il n’est pas difficile d’imaginer Yves Montand, tout de blanc vêtu, visant le cochonnet en compagnie de son ami Lino Ventura, sous le regard de Simone Signoret.

C’est juste en face, à La Colombe d’Or, que le couple mythique Montand-Signoret s’était rencontré, avant de se marier à la mairie de Saint-Paul-de-Vence en 1951. Paul Roux, le propriétaire de la célèbre auberge, accueillait les poètes et les peintres (Chagall, Picasso, Léger, Soutine…) dès les années 1920, avant de devenir l’ami des stars du cinéma à partir des années 1940.

A cette époque, Jacques Prévert s’installe au village, sa présence contribuant à attirer de nombreux réalisateurs, dont Henri-Georges Clouzot et André Cayatte. Il y restera une quinzaine d’années, résidant notamment à la Miette, aujourd’hui signalée par une plaque.

Dans les années 1950-60, le village se transforme en un véritable plateau de cinéma. Là, se croisent les plus grandes vedettes du 7e Art, attirées sur la Côte d’Azur par les studios de la Victorine à Nice et le Festival de Cannes.

Une visite thématique (« Saint-Paul-de-Vence et le cinéma ») est proposée par l’office du tourisme, vous permettant de partir sur les traces des films et des personnalités liés au village. Un bon moyen de découvrir les charmantes ruelles médiévales pavées de galets (qu’il est préférable de fréquenter hors saison, pour éviter la foule).

Et, si vous êtes amateur d’art, profitez-en pour aller à la Fondation Maeght, qui fête cette année son cinquantième anniversaire.

Virée glamour sur la Corniche

Prêt pour un coup de folie ? Ajustez vos lunettes de soleil, mettez le contact, et écoutez vrombir le moteur de votre décapotable, avant de prendre la direction de la Grande Corniche. Non, cette scène n’est pas pure fiction...

Pour découvrir la Côte d’Azur au volant d’une voiture vintage, il vous suffit d’en louer une auprès de Rent a Classic Car, qui en possède une belle collection. Attention, ce n’est pas donné, il faut compter par exemple 189 € par jour pour louer une Lotus Vintage !

La plus grande star de la flotte est la Mercedes 190 SL (1956), qui fut conduite par Kelly, Frank Sinatra, Clark Gable, Yul Brynner, Alfred Hitchcock, Gina Lollobrigida ou encore Ingrid Bergman.

Autre bijou de la collection, l’Alfa Romeo Spider Giulia (1963), d’un rouge éclatant, qui fut la voiture de Marcello Mastroianni dans la Dolce Vita (Fellini, 1960) et celle d’Alain Delon dans Mélodie en sous-sol.

Avec ou sans bagnole vintage, partez découvrir les lieux de tournage des films cultes, à commencer par les trois Corniches, La Turbie et Eze.

Et pour ceux qui n’auraient pas envie de conduire, la société Alcyon propose des visites guidées en voiture (modernes, cette fois), avec chauffeur, sur le thème du cinéma.

Sinon, rien ne vous empêche de sillonner ce coin de la Riviera par vos propres moyens, car le cadre est sublime. La Côte d’Azur, avec ou sans star, c’est déjà du cinéma !

Fiche pratique

Découvrez les plus belles visites ciné de la région dans notre dossier La Côte d'Azur et le cinéma

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide en ligne Côte d’Azur 

Comité régional du tourisme Riviera Côte d’Azur 

Office du tourisme de Cannes 

Office du tourisme de Saint-Paul-de-Vence

Bon plan : le Comité régional du tourisme lance cette année la COTEDAZUR-Card, une carte sésame permettant d’accéder à 115 activités sur la Côte d’Azur (forfait 3 ou 6 jours). Un bon moyen de faire des économies.

Comment y aller ?

Vols directs quotidiens avec Air France, Hop ! ou Easy Jet

Réserver votre billet d’avion

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel dans les Alpes-Maritimes

Texte : Olivia Le Sidaner

Mise en ligne :

Côte d'Azur Les articles à lire

Services voyage