Nice, so nice !

Nice, so nice !
© A. Issock - OTC Nice

Même quand elle est triste et que le ciel est nuageux - ce qui est rare -, Nice est belle. Un pied dans le bleu, un autre dans le vert, la capitale azuréenne voit la vie en couleurs. Les rues du Vieux Nice ont des airs d'Italie, la cuisine chante avec son plus bel accent et, en février, les fleurs du carnaval se jettent à tour de bras. Ici, les Anglais ne sont pas tous nobles et les Russes plus vraiment blancs. Nice est gaie, bonne vivante, et surtout bien vivante, toute l'année. 300 jours de soleil par an, qu'ils disent. Nice, on t'aime !

Nice baroque

Nice baroque
Place Rossetti © Jean-Philippe Damiani

Le vieux Nice est un labyrinthe hors du temps, avec ses ruelles qui fleurent bon l'Italie. Il a été bâti aux XVIIe et XVIIIe s dans un style peu décoratif qui joue sur la lumière et la couleur, du jaune au rouge brique (si l'on oublie le vert des persiennes). Les vrais trésors sont cachés. Poussez les portes des églises, et laissez-vous éblouir par les centaines d'angelots, les tableaux, les autels et chaires en marbre, baroquissimes. Hauts les chœurs !

Sur la place Rossetti, après avoir sacrifié à Sainte-Réparate, prenez du recul pour admirer la façade, réellement baroque pour le coup, du palais Lascaris. Quand vous aurez votre compte de dorures et de stucs, poussez un dernier soupir en admirant l'église du Gésu, et allez vous perdre dans les rues voisines, qui sentent encore bon le vieux Nice d'autrefois.

Tous les chemins mènent, rassurez-vous, au cours Saleya et à son célèbre marché aux fruits et légumes.

Balade Belle-Epoque

Il reste quelques beaux vestiges le long de la promenade des Anglais, à commencer par le célèbre Négresco (au n° 37) et un quarteron de beaux hôtels.

C'est en marchant le nez au vent, vers l'ouest, que vous pourrez découvrir quelques belles villas comme la villa Dilanski (au n° 47) ou des bijoux de l’Art déco comme le palais de la Méditerranée (l'ancien casino, au n° 17) ou l'exceptionnel immeuble Gloria Mansions, à hauteur du n° 63, à découvrir côté jardin, mais aussi sur la rue de France, parallèle.

Au n° 113, devant la façade rénovée du palais de l'Agriculture, on aura une pensée pour la danseuse Isadora Duncan, morte ici étranglée par son écharpe, coincée dans la roue de son cabriolet...

Les incontournables de Nice

Les incontournables de Nice
Baie des Anges © sergiyzinko - Fotolia

- La promenade des Anglais, bien sûr, entièrement requalifiée d'ici 2017, pour accompagner la demande de classement au patrimoine mondial de l'Unesco. Et, en saison, les plages de la baie des Anges.

- La place Masséna, cœur de Nice battant jour et nuit, piétonnière et colorée. Le tram la traverse, et ceux qui en descendent peuvent aller se mettre au vert sur la promenade du Paillon avant d'aller visiter le MAMAC, le musée d'Art moderne et d’Art contemporain, ou se perdre dans le vieux Nice.

- Tous les musées municipaux sont gratuits, profitez-en pour visiter le MAMAC, l’incontournable musée Matisse et le Musée archéologique de Cimiez voisin, le délicieux musée des Arts asiatiques, mais aussi celui des Beaux-Arts, d’Art naïf et le palais Masséna, si vous avez du temps. Nice, longtemps aimée des artistes, est aussi  une capitale culturelle.

- Les boutiques de la vieille ville, où rien ne semble avoir changé depuis des décennies : Barale, fondée en 1892, pour les fondus de pâtes, Auer, pour les amateurs de fruits confits, Alziari pour l'huile d'olive, et les ombrelles Bestagno, adorable boutique oubliée par le temps...

- Le cours Saleya, où se tient un des plus colorés et des plus vivants marchés aux fruits, légumes, et fleurs (tlj jusqu'à 13 h, sf lun). Respectez la tradition et mangez une part de socca, encore chaude, en faisant la queue, comme tout le monde.

- La colline du château, accessible par un ascenseur gratuit, à deux pas du cours Saleya. Le couloir d'accès vous permet de revivre, en quelques tableaux, toute l'histoire de la ville. Pratique. En haut, ne cherchez pas le château, Louis XIV l'a fait raser. Le parc et les jardins sont ouverts tous les jours. Allez jeter un œil à la tour Bellanda, réplique des fortifications d’antan. Vue magnifique sur la baie des Anges.

- Le port Lympia, idéal pour une balade le nez au vent, sur ses quais. Jetez un œil en passant au monument aux morts, étonnamment Art déco, pas pour vous faire peur, quoique...

- La crypte archéologique, place Garibaldi, est l’une des dernières trouvailles muséographiques de la ville, que les travaux du tram ont permis d'ouvrir au public, par petits groupes. Une balade fascinante SOUS la ville, pour revivre le temps des fortifications. Résa au centre du patrimoine.

- La colline de Cimiez, qui cultive le souvenir de la reine Victoria, et celui de Matisse. Marc Chagall y a lui aussi son musée où l'on admire son sublime Message biblique. En prime, une buvette sympathique fait un clin d'oeil à ceux qui sont assoiffés d'art. La suite incontournable de la balade Belle Époque entamée côté mer.

- Le carnaval de Nice, l'un des plus importants du monde, qui a lieu chaque année en février !

Un vignoble en ville

Nice est la seule ville de France à avoir un vignoble au sein même de la commune, dont les producteurs peuvent se vanter de posséder une Appellation d'origine contrôlée, depuis 1941.

Sur les côteaux de Bellet, l’un des plus anciens cépages de France donne des vins blancs, rouges et rosés remarquables, parfois plus par leur prix que par leur qualité. Idéal pour accompagner gnocchis et petits farcis. Pour en savoir plus : www.vins-bellet.fr

Fiche pratique

Pour préparer votre voyage, consulter notre guide en ligne Nice

Office de tourisme de Nice

Comité régional du tourisme de Côte d'Azur

Lire notre article Nice alternatif

Y aller

Nice est reliée par le TGV  à Lyon (4 h 30), Paris (5 h 30), Lille (7 h 30)...

Nombreux vols quotidiens au départ de l'aéroport de Nice vers les principaux aéroports français et européens avec Air France, Hop! et EasyJet.

Superbes itinéraires en voiture, si vous avez le temps, en traversant les Alpes par la route Napoléon, à l'honneur en 2014.

Dormir

Trouvez votre hôtel à Nice

Manger / Boire

Retour aux sources de la cuisine nissarde dans certains établissements, qui espèrent bien obtenir un label ! Il était temps, on avait soupé des fausses salades niçoises.

Les jeunes chefs revisitent la tradition, qu'ils soient français, italiens, japonais... et c'est la ruée, dans leurs restos parfois pas plus grands qu'un mouchoir de poche.

Vous allez craquer pour les nouveaux bars à vins, ouverts dans le centre, par des hommes et des femmes qui s'y connaissent, côté bouffe comme côté vin.

(En savoir plus sur le label « cuisine nissarde » et ses recettes en ligne  : www.nicetourisme.com)

- Une socca : Chez Pipo, 13, rue Bavastro, près du port.

- Un repas gastronomique : Keisuke Matsushima, 22ter, rue de France.

- Coup de cœur : Chat noir, chat blanc, 20, rue Barillerie.

Texte : Gérard Bouchu

Mise en ligne :

Côte d'Azur Les articles à lire

Services voyage