Les castells de Catalogne

Les castells de Catalogne
Castell à Barcelone © JackF - Fotolia

Parmi les traditions typiquement catalanes, les castells sont l’une des plus belles vitrines du folklore local. Ils consistent à ériger des tours humaines les plus hautes possibles, et à les déconstruire (sans chute bien sûr). Les castellers se juchent sur les épaules les uns des autres pour construire des tours de 6 à 10 étages ! Inscrits au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité, les castells donnent une image forte de l’identité catalane. Les voir et les encourager constitue une expérience inoubliable, qui force le respect, fait frémir d’angoisse et d’émotion.

L'origine des castells

L'origine des castells
Monument aux castells à Tarragone © nito - Fotolia

La tradition des castells trouve ses racines en Catalogne, il y a plus de deux siècles. Tout aurait débuté, plus précisément, entre Reus, Valls et Tarragone, et pour certains Tarragonais, sur le parvis même de la cathédrale de Tarragone.

Selon certains, les castells seraient une tradition islamique christianisée. Pour d’autres – et c’est l’hypothèse la plus probable –, ils seraient issus des danses de bals au Pays valencien, qui représentaient la Passion du Christ et le mont Golgotha.

Quoi qu’il en soit, aux origines, il y avait la danse. Chaque corps de métier avait la sienne, et bientôt, les spécificités de chacune suscitèrent une émulation entre les corporations. Aux origines déjà, la tradition se fonde ainsi sur un esprit de groupe et d’appartenance à un quartier.

À l’aube du 18e siècle, la représentation du Christ fut abandonnée pour la construction d’une tour humaine : c’est ainsi que les castells ont perdu toute connotation religieuse. Ils devinrent une sorte de sport, une tradition à mi-chemin entre la danse et le théâtre, un peu à l’image des mystères du Moyen Âge.

Mais les castells sont bien plus qu’une pratique acrobatique. Dans cette incroyable démonstration d’équilibre, de force et de courage, on peut aussi lire une métaphore de la construction sociale. Ils portent en effet les valeurs de travail d’équipe, d’énergie collective et de solidarité intergénérationnelle.

La plupart des castells sont aujourd’hui constitués de 6 à 9 étages, mais depuis peu, certaines équipes tentent un 10e étage !

Les castells aujourd’hui

Les castells aujourd’hui
© bortnikau - Fotolia

Tous bénévoles, les castellers sont réunis en collas (troupes ou équipes). Chacune peut rassembler jusqu’à un millier de personnes !

Côté vestimentaire, tous les castellers d’une colla portent une chemise de la même couleur. Points communs à tous les castellers : un pantalon blanc (souvent un jean), et un foulard en coton rouge à pois blancs, le mocador casteller. Tout comme les pantalons blancs, ce foulard est hérité des tenues portées dans les bals valenciens. Il se noue au choix sur la tête, autour du cou, aux poignets ou à la ceinture.

La faixa, large ceinture noire rappelant l’uniforme paysan, est l’élément essentiel de cette panoplie. Elle a deux fonctions : protéger le dos, et permettre l’ascension des castellers qui prennent appui sur elle. De longueur variable, la faixa s’enroule autour de la taille à l’aide d’une autre personne.

Les castellers escaladent selon une technique bien rôdée : ils s’agrippent aux pantalons, prennent appui le long des jambes, puis sur la faixa, sur les épaules et enfin sur la tête.

Rien, dans la structure, l’édification et même la forme de la tour (appelée la « figure »), n’est laissé au hasard. Chaque casteller a un rôle bien défini. Plusieurs dizaines, voire plusieurs centaines d’entre eux, constituent la base du castell, appelée la pinya, une sorte de mêlée. Les castellers s’y entassent, serrés les uns contre les autres.

Fondamental à tous points de vue, ce 1e étage de la tour est censé assurer l’équilibre de l’ensemble de l’édifice. Puis les hommes les plus vigoureux forment le 2e étage de la tour. Plus on monte haut dans la tour, plus les castellers sont jeunes.

La première phase s’appelle le « chargement » (carregat). Quand la tour commence à monter et s’élève au 2e ou 3e étage, la gralla, un hautbois traditionnel de Catalogne, sonne et se met à jouer. Accompagnée de tambours, elle rythme l’édification et la déconstruction de la tour en entonnant des mélodies traditionnelles.

Les derniers étages sont constitués d’adolescents, et les deux derniers, de jeunes enfants de 5 à 8 ans. Lors du concours de castells de Tarragone, le plus jeune enfant (l’anxaneta), une fois parvenu au sommet de la pyramide, doit lever la main. Tradition instaurée en 2016, la main levée indique au jury que le château est accompli, et que la déconstruction (« déchargement » ou descarregat) peut s’amorcer.

Avec une rapidité et une agilité impressionnantes, les enfants glissent contre le dos des autres castellers pour redescendre ; c’est l’étape la plus périlleuse de l’épreuve.

Tout au long de l’exercice, au pied du château, le cap de colla (chef de troupe), une sorte de coach, crie aux castellers encouragements et recommandations.

La symbolique des castells

La symbolique des castells
© Antoni Traver - Fotolia

Exigeante, cette discipline nécessite un entraînement régulier tout au long de l’année. Intégrés au quotidien des Catalans, les castells sont un phénomène de quartier, parfois aussi une histoire de famille. Car cette passion se transmet de génération en génération.

À l’échelle de la société catalane, c’est aussi un vecteur d’intégration sociale, un signe d’appartenance au groupe ou au quartier, ainsi qu’une expression de l’esprit et de la fierté des Catalans.

Plus encore : avec le castell, c’est toute la métaphore d’une société idéale qui se bâtit : les plus jeunes, confiants dans la force et l’expérience des aînés, peuvent s’élever dans la pyramide, pour construire un ensemble à la fois cohérent et complémentaire. Ça ne vous rappelle pas la tour de Babel ?

Où et quand voir des castells ?

Où et quand voir des castells ?
© tanaonte - Fotolia

Le grand rendez-vous de la discipline n’est autre que le grand concours de castells de Tarragone. Cette compétition biennale réunit, le 1er week-end d’octobre des années paires, l’élite des collas. Le Tarraco Arena Plaza de Tarragone (anciennement Plaza de Toros) est alors plein à craquer.

Il est difficile d’assister à cet événement : les places sont vendues 1 an à l’avance, et bien entendu prises d’assaut par les Catalans qui viennent encourager leurs collas avec toute la ferveur collective que l’on imagine. Entre silences et souffles retenus, montée de la rumeur, cris de joie et tonnerre d’applaudissements, l’ambiance est indescriptible.

La compétition prend place dans les anciennes arènes, sur le sable foulé par les taureaux lors des corridas, interdites en Catalogne depuis 2012. Ce choix revêt une charge symbolique, et exprime un désir de renouvellement des traditions.

Outre le grand concours biennal, les castells sont de tous les temps forts du calendrier festif en Catalogne. Il est ainsi possible de voir ces tours humaines tout au long de l’été dans les festa major, les fêtes populaires locales. La plupart se tiennent entre début avril et fin octobre, mais des fêtes sont célébrées tout au long de l’année à travers la province. Les castells sont souvent érigés devant les balcons des hôtels de ville ou sur les parvis des églises.

Parmi les plus grands rendez-vous des castells en Catalogne :

- Aux alentours du 23-24 septembre à Tarragone, à l’occasion de la fête de Santa Tecla (du 15 au 24 septembre 2017) la fête patronale de la ville. C’est l’une des plus belles fêtes de Catalogne. Cette représentation a une spécificité : les castells se mettent en mouvement ! Ils descendent l’ancestrale carrer Major jusqu’à la Plaça de la Font, pour terminer sous les balcons de l’hôtel de ville.

- À Tarragone toujours, chaque mercredi d’été (de juillet à fin septembre) sur les coups de 20 h, des castells sont érigés au pied des marches de la cathédrale, sur la Plaça de Santiago Rossinyol (appelée par les Tarragonais « Plaça de les Cols »).

- Le 3e dimanche de juin, soit le 18 juin 2017, à Barcelone, sur la Plaça Sant Jaume. Cette année, on célèbre le 48e anniversaire des castellers de Barcelone.

- Le 17 juin 2017 à Reus, pendant la Fiesta major de San Per.

Les packs touristiques autour des castells :

- Valls, propose deux options : assister à l'entraînement des castellers le vendredi, ou faire une visite guidée sur l’histoire des castells à Valls le samedi. À réserver par mail : turisme@valls.cat, ou à l’office de tourisme de Valls.

- Vilafranca del Penedès propose quant à elle un pack comprenant la visite d'une cave, l’entrée et la participation au siège d’un véritable groupe de castellers, ainsi qu’un parcours à pied dans le centre historique de Vilafranca del Penedès ou de Mataró

- Plus d’infos sur les castells.

- Retrouvez tout le calendrier des castells sur le site de la Coordination des collas de Catalogne.

Pour en savoir plus

Catalogne, Valence 2017Retrouvez les infos pratiques, bons plans et adresses dans le Routard Catalogne en librairie

Pour préparer votre séjour, consultez notre guide Catalogne.

Tourisme de la Catalogne

Voir aussi catalunyaexperience.fr

Patronat de la Costa Daurada

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Texte : Marie Borgers

Mise en ligne :

Catalogne Les articles à lire

Services voyage