Casablanca la méconnue

Marché central : sous les arcades, les huîtres

Marché central : sous les arcades, les huîtres
Cerise Maréchaud

S’il est midi et que la faim tenaille, c’est le moment idéal pour se faufiler sous les arcades blanches surmontées d’azulejos du marché central. Impossible de ne pas le repérer : juste en face sur Mohammed V, l’hôtel Lincoln, magnifique bâtisse de 1916 (un an avant le marché) qui tombait en ruines, est recouvert d’une immense bâche Coca-Cola rouge flashy, le temps de sa rénovation.

« Sera-t-il transformé en hôtel de prestige ou en galerie commerciale ? », s’interrogeait l’hebdomadaire TelQuel. Ou bien en alter-ego casablancais du Lincoln Center de New York, comme l’aurait proposé la propriétaire américaine du Rick’s Café, réplique en pleine médina du fameux décor du film mythique Casablanca ? Autant en débattre avec les habitués du marché central, célèbre pour l’attentat que le résistant Zerktouni (qui a donné son nom au boulevard semi-circulaire délimitant le premier centre de Casa) y commit à Noël 1953 contre les colons français. Le marché central est également connu pour ses étalages de poissons et fruits de mer où se fournissent les meilleurs restos de la ville.

Tous les jours de 11 h à 15 h, surtout le week-end, des Casablancais de tous milieux se réunissent dans ce temple des plaisirs simples. Au milieu des effluves de fritures, de fruits et de fleurs, ils s’attablent devant l’une des échoppes, entre deux maraîchers. « La tomate et la pomme de terre font deux dirhams de plus qu’à la médina », avertit l’opulente Malika, qui tient la stalle n°2 (huîtres) depuis vingt-huit ans, sans pour autant déplorer le déploiement des supermarchés aux quatre coins de la ville.

Texte : Cerise Maréchaud

Mise en ligne :

Maroc Les articles à lire

Voyage Maroc

Bons Plans Voyage

Services voyage