Québec, jusqu’au bout de la route

Le « boutte » de la route

Le « boutte » de la route
Laurence Pinsard

Après plusieurs centaines de kilomètres le long d’une véritable piste de bitume bâtie au-dessus d’un paysage à la fois marin et nordique, nous voici enfin au « boutte » de la route ! En fait, c’est la réserve indienne de Pointe-Parent, à quelques kilomètres de là, qui marque effectivement la fin de la longue langue noire qui serpente à travers les paysages.

Pour aller plus loin et retrouver l’ambiance du film La Grande Séduction, la comédie de Jean-François Pouliot, il faut prendre le bateau et avoir vraiment beaucoup de temps. C’est un autre voyage. Pour nous, celui-ci s’arrête ici. Dans ce village mythique, non seulement parce qu’il se trouve au bout de la route 138, mais aussi parce que Gilles Vigneault, un des grands poètes québécois, y est né.

Texte : Laurence Pinsard

Mise en ligne :

Canada Les articles à lire

Voyage Canada

Bons Plans Voyage

Services voyage