Québec, jusqu’au bout de la route

Le souffle des baleines au loin dans la nuit

Le souffle des baleines au loin dans la nuit
Laurence Pinsard

Après avoir profité de l’animation et des concerts à Tadoussac, nous voici enfin en route vers le Nord. D’ici à Natashquan, il y a un peu plus de 800 km. Avant d’avaler les kilomètres et de se régaler de paysages, nous nous arrêtons du côté du Cap-de-Bon-Désir et des Grandes-Bergeronnes pour tenter une excursion sur le fleuve, en kayak de mer. C’est bien la seule embarcation qui ne pollue pas et n’effraie pas non plus la faune du fleuve. La compagnie Mer et Monde Ecotours avec laquelle nous embarquons est une entreprise éco-responsable. Leur philosophie nous plaît : ils sont très respectueux de l’environnement, de la faune et des consignes de sécurité.

Les excursions démarrent dans le très joli site de l’Anse-à-la-Cave, un petit paradis autour duquel évoluent cinq espèces différentes de baleines, trois sortes de phoques et de nombreux oiseaux marins. Le temps est couvert et nous sommes plutôt inexpérimentées en kayak. Nous avançons donc lentement sur le fleuve. Le Saint-Laurent est calme et l’horizon un peu bouché. Malgré cela, nous apercevons régulièrement le dos d’une baleine de grosse taille (un cachalot, peut être ?). Le jet qu’elle projette dans les airs est immense et s’accompagne d’un souffle qui, même étouffé par l’éloignement, reste long et sonore. Un spectacle marin franchement impressionnant. Autour de nous apparaissent quelques têtes de phoques, mais aucun béluga. L’excursion nous ayant creusé l’appétit, nous filons dans une pêcherie (magasin où l’on trouve poisson frais, crevettes cuites, crabes…) nous approvisionner pour un pique-nique sur les rochers, face au fleuve immense. Aux Escoumins, où nous logeons, le spectacle se prolonge : coucher du soleil sur le fleuve, souffle des baleines au loin dans la nuit et réveil matinal au son des vagues. Un enchantement.

Le lendemain, nous découvrons le Centre de découverte du milieu marin des Escoumins où une exposition permanente permet de découvrir le Saint-Laurent sous-marin. Le clou de cette visite se situe dans la salle de projection où, confortablement calé dans un moelleux fauteuil, on vit une expérience sous-marine par écran géant interposé, en suivant une équipe de plongeurs biologistes. C’est une bonne façon d’aller sous l’eau sans se mouiller ! Parce que, pour explorer le Saint-Laurent, il faut non seulement avoir au moins le niveau 2 de plongée, mais également une combinaison bien épaisse. En surface, l’eau est à environ 4 °C : imaginez ce que cela donne dans les profondeurs !

Texte : Laurence Pinsard

Mise en ligne :

Canada Les articles à lire

Voyage Canada

Bons Plans Voyage

Services voyage