5 week-ends autour de Paris

5 week-ends autour de Paris
La Seine aux Andelys © Pecold - stock.adobe.com

Du Vexin à la Côte des Bar, les occasions de se mettre au vert et de s’oxygéner l’esprit ne manquent pas autour de Paris. Balades en forêt, trek urbain au gré des ruelles de cités médiévales, promenades au fil de l’eau, bijoux du patrimoine, délices gastronomiques et bulles de champagne… Allez, ce week-end, on se fait la belle sans s’éloigner trop de Paname !

Le Vexin et la vallée de la Seine, de La Roche-Guyon à Lyons-la-Forêt

Le Vexin et la vallée de la Seine, de La Roche-Guyon à Lyons-la-Forêt
La Roche-Guyon vue du donjon © aterrom - stock.adobe.com

À 65 km au nord-ouest de Paris, à cheval entre Île-de-France et Normandie, le Vexin invite à un agréable week-end entre nature et culture.

La Seine y traverse le plateau crayeux du Vexin, découpant de hautes falaises blanches. De son côté, le Parc naturel du Vexin français recèle de belles balades champêtres pour s’oxygéner au cœur d’une nature préservés.

Mais le Vexin est aussi ponctué d’agréables villes et de sites historiques importants. Commençons par Vétheuil, un petit bourg niché près d’une des boucles de la Seine, où le peintre Claude Monet vécut avant d’aller s’installer à Giverny.

Plus loin, la Seine glisse entre les falaises de craie. La Roche-Guyon se distingue de loin avec son donjon majestueux qui faisait partie de la ligne de défense du duché de Normandie. Au pied de la falaise, le château présente toute la gamme des styles du 12e au 19e s. Très agréable promenade sur les bords de Seine ou sur la route des Crêtes en haut de la falaise.

Lyons-la-Forêt © PackShot - stock.adobe.com

Puis vient Giverny, à environ 80 km de Paris, ce charmant village qu’on ne présente plus tant Claude Monet l'a rendu mondialement célèbre. Le peintre impressionniste choisit d’y vivre de 1883 jusqu’à sa mort, en 1926. Il repose dans le cimetière paroissial. Aujourd’hui, outre sa maison et ses jardins, on vient voir le superbe musée des Impressionnismes.

En aval, à une quinzaine de km de Giverny, voici Les Andelys, l’un des plus beaux sites de la vallée de la Seine, célèbre pour son château fort surplombant la boucle du fleuve. De fait, Château-Gaillard offre un superbe panorama sur les falaises de craie, les toits du village et la Seine épousant délicatement son méandre.

Enfin, pour achever en beauté ce périple, on peut faire une infidélité à la Seine, en faisant un crochet par Lyons-la-Forêt, l’un des plus beaux villages de Normandie et de France situé à 20 km au nord des Andelys. Un vrai bijou : autour des vieilles halles, la plupart des maisons ont conservé leurs jolies façades à colombages. Ravel s’y installa dans les années 1920, Claude Chabrol et Jean Renoir y ont tourné Madame Bovary. Difficile, en effet, de faire plus photogénique que Lyons-la-Forêt…

Y aller

Autoroute de l’Ouest A13; sorties Mantes-Est pour Vétheuil, Vernon pour Giverny et Gaillon pour Les Andelys et le secteur de Lyons-la-Forêt. On peut également rejoindre Lyons-la-Forêt en suivant la D 14 jusqu’à Écouis, puis la D 2.

Lire aussi nos articles Giverny et Rouen, sur les traces de Claude Monet et Au fil des boucles de la Seine

L’Oise, autour de Senlis et Ermenonville

L’Oise, autour de Senlis et Ermenonville
Cathédrale de Senlis © Jean-Philippe Damiani

Direction l’Oise, à 60 km au nord de Paris, pour une merveille hors du temps : Senlis. Avec ses ruelles pavées, ses maisons Renaissance, ses jardins secrets, sa cathédrale Notre-Dame, mais aussi ses vestiges gallo-romains et médiévaux, Senlis est un paradis pour les promeneurs à l’âme romantique, encore plus à la nuit tombée.

De Senlis, de nombreux sentiers conduisent au parc naturel régional Oise-Pays de France. Et, juste aux portes de la ville, on peut se promener dans un beau « parc écologique » de 9 ha, aménagé sur un ancien marais.

Cap ensuite sur l’abbaye de Chaalis, située en pleine forêt et arrosée par l’Aunette. Construite au 13e s, cette abbaye cistercienne, aujourd’hui en ruines, fut l’un des premiers monuments gothiques d’Île-de-France. Entourée d’arbres et de verdure, elle fait face au musée Jacquemart-André, dont on admire les impressionnantes collections, qui vont de l’art antique aux grands maîtres (Giotto, Van Loo), en passant par la collection Jean-Jacques Rousseau.

Parc Jean-Jacques Rousseau à Ermenonville © PackShot - stock.adobe.com

Le philosophe était un habitué des lieux, ou plutôt du village voisin d’Ermenonville et de sa forêt. Il séjourna et mourut dans les dépendances du superbe château d’Ermenonville, aujourd’hui transformé en hôtel (on y a tourné Les Visiteurs !).

De l’autre côté de la rue, le parc paysager d’Ermenonville, splendide jardin romantique à l’anglaise, abrita pendant 17 ans la tombe de Rousseau avant le transfert de sa sépulture au Panthéon. Tout aussi ravissante, la forêt d’Ermenonville invite à de belles promenades à travers des 3 200 ha de verdure (chênes et pins) parcourus d’une dizaine d’itinéraires pédestres.

Enfin, si vous êtes en famille, passez par la mer de Sable d’Ermenonville, située juste en face de l’abbaye de Chaalis. Une curiosité géologique : à l’ère tertiaire, le nord de Paris était sous la mer. Quand les moines cisterciens décidèrent de déboiser la forêt, le sable réapparut. C’est depuis 1963 un parc d’attractions qui fait courir les familles. Une alternative au parc Astérix, situé dans les environs, qui est aujourd’hui le 2e parc d’attractions familial en France avec 2 millions de visiteurs annuels, par Toutatis !

Y aller

-  En voiture : prendre l’A 1, sortie Senlis.

En train et bus : trains fréquents entre la gare du Nord et la gare de Chantilly-Gouvieux (durée : 25 min) ou Creil ; de là, un bus prend le relais jusqu’à Senlis en 30 min env. Sinon, RER D jusqu’à Orry-la-Ville (compter 1h de trajet).

Provins et Nogent-sur-Seine, voyage dans le temps

Provins et Nogent-sur-Seine, voyage dans le temps
Provins © s4svisuals - stock.adobe.com

Voyager dans le temps à 1 h 30 de Paris ? Direction la Seine-et-Marne et Provins, magnifique cité médiévale – classée au Patrimoine mondial de l’Unesco – qui enchante le promeneur à chaque visite !

C’est un bonheur que de déambuler dans ses ruelles fleuries bordées de demeures aux façades patinées par les siècles, de monuments inspirants, témoins d'une longue histoire. La ville atteint son apogée aux 12e et 13e s, sous le règne des comtes de Champagne, grâce à ses draperies. C’est alors la 3e agglomération de France après Paris et Rouen. 

Remparts de Provins © jorisvo - stock.adobe.com

On vous conseille d’aborder la ville par la partie haute. Au niveau de la porte Saint-Jean, l’allée des Remparts, sur la gauche, prolongée par l’allée des Lépreux, longe par l’extérieur les magnifiques remparts, jusqu’à la porte de Jouy, puis la poterne Faneron... Un vrai décor de film de cape et d’épée, tout comme la halle romano-gothique de la grange aux Dîmes (12e s), le donjon de la tour César (12e s) ou les incroyables souterrains offrant une autre perspective sur la cité.

Cerise sur le gâteau, Provins est accessible en transilien (ligne P) depuis Paris-Est, et peut donc se rejoindre sans voiture (totalement inutile sur place). Et, toute l’année, des fêtes en tout genre célèbrent le Moyen-Âge. De quoi se mettre dans l’ambiance !

Enfin, si vous avez le temps, faites un crochet par Nogent-sur-Seine, petite ville au bord de l’eau où séjournèrent Henri IV, Napoléon, Flaubert, Camille Claudel... Ne manquez pas le beau musée qui est consacré à cette fabuleuse artiste qui fut la compagne de Rodin. Les berges de la Seine et l’île Olive invitent aussi à de belles promenades, tout comme le château de La Motte-Tilly (18e s), à 5 km de là. 

Y aller

En voiture : prendre l’A 4, sortie no 13 Serris, puis la D 231. Ou l’A 5, sortie no 16 Châtillon-la-Borde, puis la D 408 et la D 619. Accès à la cité médiévale (ville haute) interdit aux visiteurs w-e et j. fériés 9h-18h, fin mars-1er nov.

En train : au départ de la gare de l’Est, env 20 trains/j. dans chaque sens (un peu moins le w-e). Trajet : 1h20. Bus et minibus pour rejoindre la vieille ville.

La Côte des Bar, l’autre pays du champagne

La Côte des Bar, l’autre pays du champagne
Environs de Les Riceys © FreeProd - stock.adobe.com

À 2h de route de Paris, au sud de Troyes, ville d’art et d’histoire au riche patrimoine architectural et culturel, la Côte des Bar est l’occasion d’un merveilleux voyage dans les vignes et dans le temps.

Voilà une destination recommandable pour les épicuriens qui viennent y déguster le champagne dont la région est productrice. Les amateurs d’oenotourisme seront comblés par les rencontres avec les vignerons.  Initiation à la vendange, visites de caves, randonnées gourmandes, route du champagne en fête… toutes les occasions sont bonnes pour célébrer le roi des vins.

Halte obligatoire à Les Riceys, le seul village de France à détenir 3 appellations d’origine contrôlée : le coteaux-champenois, le champagne et le rosé-des-riceys, vin royal s’il en est.

Essoyes © Laurent Cornée - stock.adobe.com

La Côte des Bar abrite d’autres petites cités de caractères comme Essoyes, où Auguste Renoir s‘était installé pour peindre sur le motif. On peut visiter sa maison, son atelier et un parcours emmène dans ses tableaux. A voir aussi : Bar-sur-Seine, la commanderie d’Avalleur dont l’histoire mouvementée est contée lors de visites guidées passionnantes, et Mussy-sur-Seine, pour découvrir la collégiale Saint-Pierre-ès-Liens.

Si vous êtes en famille, profitez des attractions de Nigloland, puis partez découvrir le métier de souffleur de verre lors d’un atelier à Bayel.

Enfin, dans la région se trouve aussi Colombey-les-deux-Eglises où le Général de Gaulle trouvait un refuge pour écrire ses mémoires. Non loin, la magnifique abbaye de Clairvaux témoigne de 7 siècles de vie monastique avant de devenir une prison célèbre. La Côte des Bar vous étonnera !

Y aller

En voiture : autoroute A5, puis sortie n°22 en direction de Bar-sur-Seine ou 23 vers Bar-sur-Aube

En train : Paris-Troyes-Bar-sur-Aube depuis Paris Est (1h30 – 2h)

Lire notre article La Côte des Bar en Champagne avec le Routard

Le Loiret, un charme discret

Le Loiret, un charme discret
Château de Chamerolles © laurine45 - stock.adobe.com

À seulement 80 km de Paris, en bordure de la forêt d’Orléans, le Gâtinais, le Pithiverais et la Beauce, entre Montargis et Pithiviers, permettent de s'oxygéner sans aller bien loin de l'Île-de-France, tout en savourant un riche patrimoine et un art de vivre tout en douceur. Le miel du Gâtinais en est un bel exemple !

Des églises, des châteaux forts, des musées insolites mais aussi de magnifiques jardins jalonnent la Route des roses. La forêt d’Orléans, avec ses 35 000 hectares et son importante faune et flore, est tout simplement la plus grande forêt domaniale de France. De nombreux chemins la sillonnent pour la visiter à pied, à cheval ou à vélo.

Côté culture, on trouve 2 grands sites gallo-romains : l’amphithéâtre de Chenevières à Montbouy et l’ancienne station thermale d’Aquis Segeste à Sceaux-du-Gâtinais.

Parmi les autres pépites de la région : les villages du Gâtinais et du Pithiverais mais aussi le château de Mez-le-Maréchal à Dordives, celui de Yèvre-le-Châtel ou bien encore celui de Chamerolles et des lieux insolites comme le musée de l’Amitié franco-chinoise à Montargis, qui rappelle une page peu connue des relations entre la Chine et la France.

Y aller ?

En voiture : autoroute A6, sortie n°14 puis D2152 vers Malesherbes et Pithiviers

-  En train : Montargis et Nogent-sur-Vernisson depuis Paris-Bercy

Lire aussi Escapades dans le Loiret avec le Routard

Fiche pratique

Retrouvez toutes les infos pratiques, les bons plans et les adresses dans le Routard Week-ends autour de Paris en librairie. 

Consulter nos guides en ligne Île-de-FranceChampagne-Ardenne, Normandie, Picardie et Châteaux de la Loire

Bonnes adresses

- Hôtel de la Chaîne d’Or : 25, rue Grande, au Petit-Andely Doubles 99-159 €. Menus déj en sem 14,50-31 €, puis 51-68 €. Dans une maison fondée en 1751 qui abritait jadis les bureaux de péage pour traverser la Seine. Les chambres, cossues et joliment meublées, donnent soit sur la Seine, soit sur la place de l’église. La cuisine est servie dans une belle salle aux baies vitrées offrant une vue plongeante sur la Seine. 

- Hostellerie de la Porte Bellon : 51, rue Bellon à Senlis. Doubles 89-102 € ; familiales. Formules déj en sem 22-26 € ; menus 35-55 € ; carte env 40 €. Cet ancien relais de poste abrite des chambres spacieuses et confortables, restaurées au goût du jour mais dans un style qui respecte le charme de l’ancien. Au resto, excellente cuisine de saison. Une très belle adresse.

- Maison d’hôtes Stella Cadente : 28, rue Maximilien-Michelin à Provins. Doubles 79-150 € . Amoureuse des contes de fées, la décoratrice Stella Cadente a laissé libre cours à son inspiration dans cette belle bâtisse bourgeoise posée juste au pied de la ville haute, au cœur d’un parc aux allées de buis. La maison abrite un bon resto-salon de thé tout aussi décalé.

- Hôtel-restaurant Le Magny : 38, rue du Général-Leclerc, sur la route de Tonnerre, Les Riceys. Doubles 78-90 €. Menus env 17-55 € ; carte env 35 €. Cette belle maison pleine de caractère abrite des chambres tout confort, bien tenues et tranquilles, d’un bon rapport qualité-prix. Table traditionnelle bien maîtrisée avec un excellent  menu du terroir.

- La Rolanciène : 7, place du Bourg à Yèvre-le-Châtel, Menus 21,50-31 €, carte 30-40 € Dans le superbe village d’Yèvre, une savoureuse cuisine traditionnelle à savourer sur la terrasse en saison. Très bon accueil.

Trouvez votre hôtel autour de Paris

Texte : Routard.com

Mise en ligne :

Les articles à lire

Bons Plans Voyage