Les grandes villes au cinéma

Berlin par… Wim Wenders

Berlin par… Wim Wenders
Siegessäule (colonne de la Victoire) © ted007 - Adobe Stock

Les films

Road movies, documentaires, docufictions, films engagés, poétiques ou polémiques… Wim Wenders est ce que l’on appelle un « touche-à-tout ». En s’essayant à la 3D avec Pina (2011), il invente même une nouvelle manière de filmer la danse. 

Pourtant, l’œuvre du réalisateur allemand ne manque pas de cohérence : on décèle dans ses films un humanisme sans faille, une tendresse envers les plus faibles, une obsession pour le temps qui passe. Ses premiers road-movies (Faux mouvementAu fil du temps) sont des portraits hors pair de l'Allemagne des années 70, mais aussi des réflexions sur l'errance, la solitude et l'histoire.

Grâce à L’Ami américain, il se fait connaître aux États-Unis et décide d’y poser ses valises en 1977. Sept ans plus tard, il obtient la Palme d’Or au Festival de Cannes pour Paris, Texas, road-movie retraçant l’errance d’un homme à la recherche de son passé.

Les lieux

Après dix ans d’émigration aux États-Unis, Wenders revient en Allemagne en 1987 pour réaliser Les Ailes du désir (Himmel über Berlin). Dans ce film, il renoue enfin avec la langue allemande et avec Berlin, symbole d’une Europe divisée en deux blocs. 

Perchés au sommet de l’Église du souvenir ou de la Siegessäule (colonne de la Victoire), deux anges, Damiel et Cassiel, contemplent les rues de la capitale et dissertent sur le monde qui s’étend à leurs pieds.

Pour ces êtres invisibles, il ne saurait exister de frontière entre Berlin-Est et Berlin-Ouest… Six ans plus tard, le réalisateur s’interroge sur les changements subvenus après la chute du Mur dans Si loin, si proche !, second volet des aventures de Damiel et Cassiel.

Scène culte : la Potsdamer Platz dans Les Ailes du désir

Séduit par la grâce d’une belle trapéziste, Damiel décide finalement de renoncer à son existence d’immortel pour devenir humain. À la fin des Ailes du désir, Cassiel prend son ami dans ses bras et emporte l’ange déchu du côté occidental de la ville où l’attend sa bien-aimée. 

On aperçoit alors la Postdamer Platz, traversée d’un bout à l’autre par le Mur de Berlin. Depuis, la place a totalement changé de visage : des travaux colossaux y ont été entrepris entre 1990 et 2005 et elle est devenue un lieu très touristique, grâce à ses nombreux centres commerciaux, cinémas, bars et restaurants…

Consulter notre guide de voyage Berlin.
Voir les photos de Berlin.

Découvrez nos cinq bonnes raisons d'aller à Berlin.

Texte : Camille Poirier

Les articles à lire

Bons Plans Voyage