Les Asturies, un paradis entre mer et montagnes

Les Asturies, un paradis entre mer et montagnes
Paco Curras S.L. / Turismo Asturias

Article sponsorisé par Turismo de Asturias

Sur la côte nord de l’Espagne, encadrée par la Galice et la Cantabrie, la principauté des Asturies recèle des richesses insoupçonnées. Sur son territoire, la petite communauté autonome réunit une nature spectaculaire, entre mer et montagnes, des villages de pêcheurs où il fait bon vivre, des sites préhistoriques et un patrimoine remarquables, sans oublier une gastronomie originale. De quoi réjouir tous les sens des visiteurs !

Un littoral préservé avec plus de 200 plages

Un littoral préservé avec plus de 200 plages
Roberto Tolín / Turismo Asturias

Sur les rivages asturiens, la montagne semble près de se jeter dans la mer. C’est particulièrement vrai à l’est, où la cordillère cantabrique domine la côte, offrant des panoramas extraordinaires.

Le long de ce littoral préservé, qui s’étire sur 345 km, s’égrènent des falaises sauvages et plus de 200 plages, très variées. Celles de Llanes, au nombre de 38, alternent entre petites criques abritées et longs rubans de sables ou de galets. Avec ses rochers déchiquetés plantés dans l’Atlantique, la côte a souvent des airs de Bretagne.

Plus confidentielle, car difficile d’accès, la petite plage d’El Silencio porte en son nom même la promesse d’une parenthèse de sérénité, au cœur de son anse de sable bordée d’une eau émeraude et translucide.

Les plages sont également magnifiques du côté de Tapia de Casariego, sur la côte ouest. Ici, comme dans les autres villages de pêcheurs qui parsèment la côte (Luanco, Figueras, Puerto de Vega…), on profite de l’ambiance du bord de mer, on déguste des fruits de mer et on se promène dans les ruelles ou sur le port.

Ceux qui ont envie de bouger peuvent aussi s’adonner aux sports nautiques, comme le surf ou le kayak de mer, à moins qu’ils ne préfèrent la pêche et une balade en bateau.

Les Asturies, un paradis naturel

Les Asturies, un paradis naturel
Camilo Alonso / Turismo Asturias

Les Asturies méritent bien leur surnom de « paradis naturel ». Un  tiers du territoire est en effet protégé, notamment par 6 réserves de biosphère. Les amoureux de la montagne sont gâtés, avec des activités de plein air pour tous les goûts : randonnée, escalade, spéléologie, canyoning ou encore promenades à vélo ou à cheval.

Parmi les sites les plus spectaculaires, figurent les Pics d’Europe, classés parc national et réserve de biosphère. Leur relief contrasté impressionne, avec ses hauts sommets, ses gorges et ses canyons profonds, mais aussi ses rivières et ses lacs glaciaires bordés de pâturages dont les vaches apprécient l’herbe tendre.

Une autre réserve de biosphère mérite le détour : Muniellos-Fuentes del Narcea, qui peut se targuer de posséder les plus grandes chênaies d’Espagne. C’est ici que réside l’ours brun cantabrique. Un animal emblématique également présent dans les forêts de la réserve de Somiedo, qui était autrefois un lieu de transhumance pour un peuple d’éleveurs asturiens : les vaqueiros de Alzada.

Au gré des sentiers de randonnée, on croise plusieurs centaines de teitos, des cabanes de pierre au toit de chaume qui servaient de refuge aux bergers. Ne pas manquer de grimper jusqu’au mirador de Príncipe, d’où la vue panoramique est fabuleuse.

D’autres belles balades sont à faire dans les réserves d’Oscos-Eo et le parc de Redes, sans oublier la réserve de Las Ubiñas-La Mesa, dominée par le massif de Peña Ubiña, culminant à 2 417 m d’altitude.

Enfin, deux itinéraires appartenant aux chemins de Saint-Jacques de Compostelle traversent les Asturies. Le « Camino Primitivo » (chemin primitif) court au cœur des paysages ruraux d’Oviedo à Fonsagrada. L’autre chemin, le « Camino de la Costa » longe la côte – comme son nom l’indique –, et relie Cantabrie à Bustio.

Un patrimoine urbain riche et diversifié

Un patrimoine urbain riche et diversifié
Noé Baranda / Turismo Asturias

Au cœur du triangle formé par les villes d’Oviedo, de Gijón et d’Avilés, le patrimoine est aussi riche que diversifié.

Dans la capitale, Oviedo, on peut admirer de beaux exemples de l’art préroman asturien, apparu au 9e siècle. Plusieurs sites sont classés par l’Unesco : la Foncalada, un ouvrage d’architecture hydraulique du Moyen Âge, la Cámara Santa, dans la cathédrale San Salvador, et les églises Santa Maria del Naranco, San Julián de los Prados, San Miguel de Lillo et Santa Cristina de Lena (située à 35 km au sud de la cité).

Dans la vieille ville, où il fait bon marcher dans les rues piétonnes, on peut visiter le musée des Beaux-Arts, installé dans l’élégant palais Velarde (18e siècle) et la Casa de los Oviedo-Portal (17e siècle).

Le patrimoine contemporain est également bien présent dans les Asturies, avec notamment le Palais des Expositions et des Congrès d’Oviedo, un bâtiment d’acier imaginé par de Santiago Calatrava. À Avilés, le Centre Niemeyer, œuvre de l’architecte brésilien, domine l’estuaire, tandis qu’à l’est de Gijón, se dresse le Laboral, conçu dans les années 1950 et abritant aujourd’hui un centre culturel.

La région, marquée par l’exploitation minière, veille aussi sur son patrimoine industriel. Une histoire retracée au musée de la mine et de l’industrie (MUMI), à San Martín del Rey Aurelio, mais aussi à Langreo ; on peut y voir le musée de la sidérurgie (MUSI) et l’écomusée minier de la Vallée de Samuño, où l’on découvre les installations du 19e siècle en suivant une ancienne voie de chemin de fer. À Arnao, la mine de charbon et l’usine de zinc se visitent également. Enfin, dans le village de Navelgas, c’est le roi des métaux qui est mis à l’honneur au musée de l’or.

Les trésors du sous-sol des Asturies

Les trésors du sous-sol des Asturies
Arnaus Späni / Turismo Asturias

Si les paysages des Asturies sont à couper le souffle, la région est également riche d’un trésor souterrain, dissimulé au cœur du massif cantabrique : un immense réseau de grottes (plus de 6 500 !). Un rêve pour les spéléologues, mais aussi pour les touristes qui découvrent ces merveilles naturelles au cours de visites guidées.

Le sous-sol recèle beaucoup de grottes ornées, des témoignages exceptionnels de l’art rupestre au temps de la préhistoire, particulièrement bien conservés. En 2008, l’Unesco a d’ailleurs inscrit cinq grottes ornées des Asturies sur la liste du patrimoine mondial : El Pindal, Tito Bustillo, la Peña Candamo, Llonín et Covaciella.

À 40 km d’Oviedo, on pourra parfaire nos connaissances en se rendant au parc de la préhistoire de Teverga. Et pour remonter encore plus loin dans le temps, jusqu’à l’époque des dinosaures, le  musée du Jurassique, au nord de Colunga, révèlent les mystères de cette ère si lointaine.

Enfin, pour compléter cette balade dans le temps, cap sur le castro de Coaña, à 25 km de Luarca. Un site exceptionnel, puisqu’il s’agit de l’un des villages fortifiés édifiés par les Celtes qui peuplaient autrefois les Asturies et la Galice. Ses ruines sont encore visibles aujourd’hui. Non loin de là, on trouve la trace d’autres castros, comme ceux de Mohías et de Pendía.

Une gastronomie savoureuse et variée

Une gastronomie savoureuse et variée
José Suarez / Turismo Asturias

Pour que ce grand tour des Asturies soit complet, il convient de s’initier à sa gastronomie originale.

Parmi les spécialités de la principauté, le plat phare est la fabada, sorte de cassoulet agrémenté de chorizo, de boudin ou d’épaule. Plusieurs variantes existent, comme pour le pote, plat en sauce pouvant contenir des haricots blancs, du chou, du chorizo ou encore des pommes de terre.

La mer est aussi bien présente dans la cuisine asturienne, avec les poissons, les étrilles ou encore les oursins. Côté viandes, on goûtera à la langue de veau (cachopo), au gibier et à la charcuterie locale (chosco, butiello, sabadiego).

Le fromage n’est pas en reste puisqu’on en produirait 40 sortes différentes dans la région, certaines caves étant ouvertes au public.

Pour accompagner tous ces mets, la star des boissons est le cidre, déjà évoqué par le voyageur grec Strabon au 1er siècle avant notre ère. Pour découvrir les secrets de son élaboration, on peut aller faire un tour au Musée interactif du cidre à Nava, ou visiter des pressoirs (lagares) dans la région de Gijón, Villaviciosa, Colunga ou Siero. Et pourquoi ne pas participer à l’une des fêtes célébrant la boisson asturienne à Gijón, Nava ou Villaviciosa ?

Enfin, pour déguster une cuisine authentique et de qualité, ne pas hésiter à pousser la porte des restaurants portant la mention « Mesas de Asturias », mettant à l’honneur les produits de la région.

Pour en savoir plus

Consulter le site turismoasturias.es/fr/home-fr

Découvrez les musées sur Internet :

> Museo Bellas Artes : www.museobbaa.com
> Laboral Ciudad de Cultura : www.laboralciudaddelacultura.com
> Centro Niemeyer : www.niemeyercenter.org
> MUMI : www.mumi.es
> MUSI : www.museodelasiderurgia.es
> Museo del Oro : www.museodeloro.es

Texte : Routard.com

Mise en ligne :

Espagne Les articles à lire

Services voyage