Colombie : Salento, le grand coup de coeur de Benoît Lucchini

Benoît Lucchini

Benoît Lucchini, rédacteur en chef adjoint au Routard, nous parle de Salento, son coup de cœur en Colombie. Il s'y est rendu récemment pour la préparation du premier Routard consacré à ce pays (parution au printemps 2018).

Corse, élevé au grain du 9.3, il a commencé avec une Carte Interail à 17 ans, les terres chaudes avec passion deux ans plus tard puis les mers froides comme pêcheur (illégal) de saumon sur un chalutier américain, avant un grand tour du monde. Son credo depuis 30 ans au Routard : multiplier les rencontres, s’émerveiller et écrire pour partager ses émotions.

Ton site coup de cœur en Colombie ?

Ton site coup de cœur en Colombie ?
© James - Fotolia

Le petit village de Salento, au cœur de la région du café, perché à 2 000 m d’altitude. On y produit évidemment l’un des meilleurs cafés du monde, mais la population distille avant tout un art de vivre, tout en douceur, et rapidement contagieux.

Il ne faut pas plus d’une heure pour faire le tour du village, mais c’est avant tout une atmosphère que l’on vient respirer ici, au cœur de montagnes luxuriantes, plantées de rangées de caféiers.

Relaxante et bienveillante, telle est l’ambiance de cette incroyable bourgade perchée dans les nuages. Le voyageur prévoit de rester un ou deux jours à Salento, et finalement la semaine passe sans qu’on s’en aperçoive !

Gentillesse de la population, paysages majestueux, adorables maisons peintes de toutes les couleurs, soignées comme autant de bijoux. Sans compter le nombre de bonnes adresses pour se loger, les excellents restos et les bars décalés, où les touristes se mêlent à la population comme si on avait vécu là depuis toujours. Et un nombre incroyable d’excursions à entreprendre aux environs…

Salento ? Il y a quelque chose dans l’air par ici. Une tranche de bonheur à partager sans modération ! Mais courez-y vite, l’endroit commence à devenir à la mode.

Tes meilleurs hôtels à Salento ?

Tes meilleurs hôtels à Salento ?
© Hotel Salento Plaza

Des hostels de qualité à foison et des petits hôtels croquignolets ! Une raison de plus de faire halte dans ce coin de paradis.

- Casa La Eliana : un lieu très chouette, tenu par l’adorable Jésus, qui a vécu dans de nombreux lieux dans le monde avant de poser ses valises ici ! Outre le dortoir qui conviendra aux fauchés, on y trouve des petits apparts  pour 4 à 6 personnes, 2 petites chambres pas chères (salle de bains extérieure), 2 autres dans le jardin, 3 autres à l’étage, toutes très différentes mais qui dégagent les mêmes  bonnes vibrations. Deux autres points forts : les infos que pourra vous donner le patron des lieux, et la qualité du resto.

- Coffee Tree Boutique Hostel : une grosse maison carrée et blanche, d’un étage et à pans de bois, un peu à l’écart du centre (5 mn à pied). Le concept ici, c’est un alliage hybride entre l’hostel de luxe et le boutique-hôtel semi-chic. Niveau convivialité, le grand salon commun au rez-de-chaussée, avec ses canapés confortables, sa généreuse baie vitrée ouverte sur la vallée et son large balcon, fait parfaitement le job. Les chambres à l’étage, avec balcon, vue imprenable sur les collines, literie impeccable et parquet donnent leurs gages au côté chic. Les dortoirs sont spacieux et lumineux, chaque lit est astucieusement pourvu d’un petit rideau pour garder un peu d’intimité, tous équipés de grands tiroirs-coffre en dessous, d’une lampe de chevet et d’une prise électrique perso. L’une  de mes adresses préférées à Salento, et de loin !

- Hotel Salento Plaza : en plein centre-ville, Gustavo tient cette belle casa familial avec amour. Elle s’organise en L et dégage beaucoup de sérénité. Hall d’entrée classe, avec plancher, du blanc et du jaune partout. Les chambres encadrent une grande cour-jardin et donnent toutes sur celle-ci. Elles sont non seulement confortables mais dégagent pas mal de charme : excellent matelas, table de chevet, lumières étudiées, mini-bar, coffre… On prend le frais dans le spacieux jardin arboré, équipé de tables, transats et d’une petite fontaine.


Les restos que tu recommandes ?

Les restos que tu recommandes ?
Trucha © hsahjd - Fotolia

Le plat phare à Salento, c’est la trucha (la truite). Fraîche, superbe, à déguster sous toutes ses formes (grillée, frite, en papillote…). Et pas chère ! Il y a même un resto gastro, qui intègre le café dans tous ses plats, avec finesse. Et c’est divin.

- El Rincon de Lucy : une super petite gargote qui fait le plein chaque midi pour son menu à prix imbattable. Une soupe, trois ou quatre plats du jour au choix (trucha, chorizo…), une limonade et le tour est joué ! Service ultra-efficace, déco minimaliste faite de récup’ de vieilles pubs et de prospectus collés pêle-mêle sur les murs. Parfait pour manger sur le pouce.

- Fonda de los Arrieros dans cette auberge rustique aux lourdes tables de bois et aux murs décorés d’une collection de chapeaux et de photos anciennes, on vient déguster l’une des meilleures trucha de la ville, si ce n’est la meilleure. Qu’elle soit dorada, ajillo y limón, trucha gratinada con champiñones…c’est simple, elles sont toutes excellentes ! Et pas chères.

- Bernabé – Cocina Fusión : outre un excellent lieu pour boire un superbe café, le Bernabé, qui rend hommage à un pauvre paysan illettré, cultivateur de café, est également l’un des meilleurs restaurants de Salento. Sa courte carte met en avant une cuisine moderne et dynamique, s’émancipant des plats traditionnels que l’on trouve un peu partout. On peut goûter aux medallones de cerdo à la Bernabé (avec sauce aux fruits de la passion et café), au filet mignon à la Emilio (avec réduction de vin rouge et café), et encore au salmón en salsa de café y curaçao. On terminera évidemment par un café, servi sous forme d’expresso, capuccino, mocaccino, americano, chacun d’entre eux étant préparé grâce à une cafetière différente. Du grand art !

Les activités à faire absolument autour de Salento ?

Les activités à faire absolument autour de Salento ?
© javarman - Fotolia

Région du café oblige, c’est à Salento et nulle part ailleurs que l’on peut profiter des plus belles visites chez les petits producteurs. On a déniché un producteur de plus de 80 piges, totalement écolo, et ce depuis longtemps. Ca fait plus d’un demi-siècle qu’il est à la mode ! Et puis une excursion obligatoire : la randonnée dans la vallée de Cocora ! Inoubliable !

- Visite de la Finca Don Elias : la Finca du Señor Don Elias, vénérable octogénaire qui met encore chaque jour la main à la patte, est la seule plantation 100 % écologique des environs de Salento. Dans cette petite ferme nichée tout en bas de la vallée, où à peine 4 hectares de café sont cultivés, on utilise avec un certain génie toutes les ressources naturelles possibles pour optimiser la production. Les grains, une fois récoltés, sont séchés au soleil, triés dans une machine équipée d’un moteur de tondeuse à gazon, etc. Bref, une plantation très old school comparée à d’autres, mais qui déploie un savoir-faire absolument fascinant. Pour ne rien gâcher, le café de Don Elias est excellent et l’un des moins chers du coin.

- Randonnée dans la vallée de Cocora : la route qui part de Salento vers la merveilleuse vallée de Cocora (située à env 15 km du village) décrit de jolis petits lacets sinueux qui traversent un paysage si vert qu’il en devient irréel. Prairies, clairières, plantations de café et d’avocats s’alignent sur une dizaine de kilomètres, jusqu’au passage du Rio Quindio.

 A partir de là, les premiers palmiers de cire commencent à pointer leurs hautes silhouettes à l’horizon. La présence de ces arbres étranges signale au visiteur son arrivée dans la vallée de Cocora proprement dite, petite partie, en superficie, du Parque Nacional de los Nevados, mais immense par sa beauté qui confine, à certains endroits, au surréalisme.

Dans cette vallée les fameux palmiers de cire (palmas de ceira) règnent en empereurs majestueux sur la canopée. Des forêts de nuages (bosque de niebla), collines bien peignées et sommets andins complètent ce décor d’une rare harmonie. Une balade dans cet océan bucolique est une véritable expérience sensorielle, à ne rater sous aucun prétexte.

Revers de la médaille, l’endroit est très fréquenté le week-end et durant les petites vacances, et il arrive certains jours que cela bouchonne sur la boucle principale de randonnée (la Ruta de la reserva Acaime). Evitez de vous y rendre entre 9h et 10h du matin, heure de pointe des arrivées des Jeep.

Enfin, la vallée étant située dans une zone montagneuse et humide, il n’est pas rare qu’une brume épaisse y tombe subitement en pleine journée. Raison supplémentaire pour partir tôt et pensez à prendre un vêtement imperméable ainsi qu’une petite laine : tout en haut de la boucle, on atteint tout de même les 2 770 m d’altitude.

Un coin secret à explorer ?

Un bar pas comme les autres, où l’on découvre un jeu étrange, le Tejo. Le principe du Tejo est simple : il consiste à lancer d’une distance de 12 m un lourd palet le plus près possible d’un cercle de fer (bocin), la cible, disposée sur un plan incliné dans une caisse d’argile. Entourant cette cible, plusieurs triangles de papier (mechas) fourrés à la… poudre de fusil. Quand le palet touche les poches de poudre en contact avec le métal, ça fait BOUM !

Les indigènes qui ont inventé ce jeu ne manquaient pas d’imagination. S’ils y jouaient autrefois avec des blocs d’or pur, c’est avec des palets de métal d’un ou deux kilos que les Colombiens d’aujourd’hui tentent de faire « exploser » leur score.

On trouve des canchas de Tejo aux quatre coins du pays, mais pas toujours facile à dénicher. A Salento, rendez-vous au Los Amigos !

Dans une grande grange au toit de tôle, juste rehaussée d’une improbable fresque, on vient disputer des parties de Tejo endiablées. En fin de semaine, les pros déboulent avec mitaines, matériel parfaitement astiqué et billets plein les poches pour miser. Tout un spectacle !

Ton meilleur souvenir de Salento ?

Ça commence très mal… Il est minuit ce vendredi soir quand nous pénétrons, mon acolyte et moi, dans cet improbable bar Los Amigos, dont l’entrée ressemble…à rien, mais qui est spécialisé dans le jeu de Tejo. Dans le grand hangar du fond on tente de jouer à notre manière à ce curieux jeu, sorte de pétanque.

Alors que nous tentons de nous appliquer, les aficionados nous observent du coin de l’œil et s’amusent avec bienveillance de nos maladresses, quand l’un des grands champions de la région vient vers nous pour nous proposer une partie.

Et les grands spécialistes de nous expliquer les tenants et les aboutissants de ce sport d’adresse. On lance alors le lourd palet dans la cagette d’argile, avec application. On rate souvent, on réussit parfois. Mais aucun des petits sachets de poudre n’explose. On prend une leçon, avec ce petit côté macho qui permet aux Colombiens de rouler les mécaniques devant les gringos que nous sommes.

Soudainement, le palet de mon partenaire qu’il tient dans sa main lui échappe par mégarde, et vient s’écraser…sur mon pied. 2 kg de fonte sur les orteils, soit l’équivalent de 3 boules de pétanque en une ! Une erreur de débutant. Une faute grave. Pis, la honte. Ses potes rigolent, se moquant du maladroit, tandis que je hurle à la mort.

Heureusement je n’ai rien de cassé ! La douleur va s’amenuisant petit à petit, avec des lancements caractéristiques de ce type de bobo. Je boitille tout de même et je m’en tire avec un bleu énorme sur 4 orteils !

Côté négatif, notre champion maladroit est déshonoré pour 3 générations ! S’il y avait encore la bonne vieille tradition du goudron et des plumes, il y aurait certainement eu droit !

Côté positif, nous nous sommes fait potes avec tous les joueurs du hangar, venant chacun leur tour me taper dans le dos d’une bourrade aussi masculine qu’énergique, qui voulait sans doute dire en langage des signes : « Tu vas t’en tirer mon gars ! ».

Mon partenaire d’infortune cherche à monnayer sa honte en nous payant bière sur bière. C’est open bar et ça ne se refuse pas…

Les adresses de Benoît

Les adresses de Benoît

- Casa La Eliana : Car. 2, 6-45 (entre c. 5 et 6). Tél : 321-796-17-82.  Lit en dortoir (4 pers) 25 000-30 000 $ ; doubles 50 000-100 000 $ selon taille et confort (salle de bains à partager ou privée).

- Coffee Tree Boutique Hostel : Car. 9, 9-06. Tél : 318-090-69-49. Dortoirs (4-6 lits, avec ou sans sdb) 32 000-35 000 $. Doubles (avec sdb) 110 000-130 000 $.

- Hotel Salento Plaza : Car. 7, 6-26 (entre c. 6 et 7). Tél : 300-483-88-77. Doubles 150 000 $ avec petit déj. Egalement 1 familiale (pour 6 pers).

- El Rincon de Lucy : car. 6, 4-02. Tél :131-457-323-22. Tlj 7h-21h. Menu à 8 000 $.

- Fonda de los Arrieros : car. 6, 6-02, sur la place (juste à droite de la police). Tél : 313-765-58-10. Tlj 12h-22h. Plats 15 000-20 000 $.

- Bernabé – Cocina Fusión : c. 3, 6-03, tt au bout. Tél : 318-393-32-78. Tlj sf ven 13h-21h30. Plats env 23 000-30 000 $.

- Finca Don Elias : km 4, via Palestina. Tél : 316-606-11-13. Tlj 8h-16h30. Compter 15 000 $ pour 50 mn de visite.

Texte : Routard.com

Mise en ligne :

Colombie Les articles à lire

Services voyage