La Toscane, en terre de Sienne

Monter et descendre à Montepulciano

Monter et descendre à Montepulciano
Eric Milet

Montalcino, Monticiano, Montepulciano…  Montepulciano, la ville du vino nobile aux magnifiques édifices de la Renaissance. Montepulciano, la cité bastion perchée, où ça monte et descend sans arrêt. Une fois la bagnole garée sur le parking de la basilique San Biagio,  les premières dalles pentues promettent déjà un après-midi casse-cheville.

Sous une pluie d’orage, Montepulciano n'offre pas son meilleur visage : rues désertes, ciel noir, gouttières débordantes de lavures. Elle fait penser à une vieille gitane en train de pleurer son rimmel. On peut alors trouver refuge au Caffè Poliziano. Un rade de style liberty qui fait chanter son "perco" depuis 1868. Carducci, Pirandello et Fellini y avaient leurs habitudes. Une véritable institution en Italie.

Située aux confins de l’Ombrie, Montepulciano fut l'objet de toutes les convoitises de Sienne et de Florence pendant des siècles. Du coup, les nobles de l’époque, piqués aux idées de la Renaissance, convoquèrent les plus brillants architectes : Michelozzo, Antonio da Sangallo l’ancien, Baldassare Peruzzi, Vignole… Tous apportèrent leur patte : palazzi, églises, fontaines… Montepulciano attirera le gratin des intellectuels pendant des décennies.

Aujourd’hui, en flânant dans ses ruelles pentues, on est saisi par l’émotion que suscite la polyphonie de ses vieilles pierres. Tendez l’oreille. La maison d’à côté ne jouerait-elle pas un madrigal de Palestrina ?

Texte : Eric Milet

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Saine et métissée : la palette des saveurs vénitiennes puise dans sa richesse...

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage