La Toscane, en terre de Sienne

Sur les traces de Piero della Francesca

Sur les traces de Piero della Francesca
Eric Milet

La traversée du Chianti Classico conduit tout naturellement vers l’un des ponts les plus regardés du monde alors qu’il est pratiquement inconnu : le Ponte Buriano, un ouvrage d’art de 1277 qui enjambe l’Arno à une dizaine de kilomètres au nord d’Arezzo. C’est lui que l’on aperçoit en arrière-plan dans le tableau de la Joconde.

Belle intro, pour cette escapade qui plonge dans l’univers de Piero della Francesca (1420-1492) : l’un des artistes qui comptera pour Leonard de Vinci, un siècle plus tard. Mathématicien et peintre, grand maître de la perspective du Quattrocento, Piero della Francesca fut l’un des premiers à apporter à la peinture une dimension philosophique.

Première étape à Arezzo (photo), une ville médiévale agréable. Ses nombreuses placettes fourmillent de bonnes adresses pour casser la croûte. Les œuvres qui prouvent l’intérêt de Piero della Francesca pour les paysages et l’architecture sont exposées dans la basilique San Francesco. Rien ne semble avoir changé depuis lors. Un siècle plus tard, Montaigne décrira les mêmes panoramas lors de son célèbre voyage en Italie (1581).

Petit détour par Sansepolcro, ville natale de Piero della Francesca. Le musée civique expose sa très émouvante Résurrection. Une œuvre qui met en scène un Christ "décidé" à en découdre avec sa nouvelle vie. Tout ça sur fond d’arbres morts et de fruitiers en fleurs. Superbe !

Mais l’œuvre la plus étonnante à mettre au crédit de ce fresquiste de génie est sa célèbre Madonna del Parto. Une œuvre exposée dans le village de Monterchi, qui montre une Marie hiératique exhibant son ventre tout rond comme dans les pages "maternité" des catalogues de vente par correspondance !

Texte : Eric Milet

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Saine et métissée : la palette des saveurs vénitiennes puise dans sa richesse...

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage