Thaïlande : Khao Lak, escale sur la côte d’Andaman

Thaïlande : Khao Lak, escale sur la côte d’Andaman
Khao Lak © whitcomberd - stock.adobe.com

La région de Khao Lak, île de Kho Khao incluse, s’étire sur 50 km de la côte ouest de la Thaïlande, à 750 km au sud de Bangkok et 80 km au nord de Phuket.

Bordant la mer d’Andaman, cette côte qui fut meurtrie par le tsunami de 2004 multiplie les kilomètres ombragés de filaos (casuarina) et bordés de lagunes, avec en arrière-plan la ligne verte des collines. Un air pur tropical et marin baigne la région, épargnée par le gros du trafic nord-sud, passant plus à l’est. Petit mais luxuriant, un parc national témoigne de la couverture forestière d’antan.

Fièvres de l’étain, puis boom du caoutchouc et du palmier à huile, attirèrent ici des migrants chinois à partir de la seconde moitié du 19e s. Leur l’histoire s’est incarnée dans Takua Pa, oubliée puis ressuscitée par le tourisme.

Ajoutons l’île de Kho Khao, des marchés de nuit animés, des hébergements et restos en tout genre, de nombreuses opportunités d’excursion , notamment vers les îles Surin et Similan... De quoi se composer, sans coup férir, un charmant et relaxant séjour en Thaïlande.

La région de Khao Lak, du sud au nord

La région de Khao Lak, du sud au nord
Plage de Nang Thong © Dominique Roland

Située à 80 km au nord de l’aéroport de Phuket, la plage de Khao Lak donne son nom à toute la région qui s’étend vers le nord sur une vingtaine de kilomètres le long de la mer d’Andaman.

Fermant la baie, juste au nord de Khao Lak, le promontoire du Parc National Lamu-Khao Lak découvre un beau panorama sur Sunset Beach, précédant l’arrivée à Nang Thong, généreuse en hôtels, restos et boutiques, autant sur la nationale que vers la plage.

4 km plus loin, la zone très développée de Bang Niang, d’où une petite route ondule jusqu’à la jolie cascade de Chong Fa, n’est pas la plus recommandable pour résider. Ici plus qu’ailleurs, les plages des gros resorts disparaissent sous l’érosion. Reste l’animation, dont celles des deux marchés de nuit, et le Tsunami Memorial.

Notre Khao Lak préféré démarre au-delà, avec les plages de Khuk Khak et, après le cap Laem Pakarang, Coconut et White Sand. La suivante, Pakweeb est encore plus jolie, tout comme Bang Sak Beach. Dans les terres, l’Andaman View Point porte par temps clair jusqu’aux îles Similan et Surin.

Au-delà de la pointe de Ban That Thawan (village des gitans de la mer, usine de crevettes), Ban Nam Khem, à 20 km de Nang Thong, abrite l’embarcadère pour Kho Khao et précède le Takua Pa moderne, dont la vieille ville au sud-est. est un bel objet d’excursions.

Khao Lak est aussi le point d’accès aux îles Similan et Surin, depuis l’embarcadère de Thap Lamu, qui se trouve 7 km au sud des plages.

Les plages de Khao Lak

Les plages de Khao Lak
Plage de Kho Khao © Dominique Roland

30 km de plages, plus 20 km à Kho Khao, on n’est jamais à l'étroit sur le sable dans le coin, à moins de le désirer ! Paillote et mobilier sont interdits sur le littoral, épargné par la privatisation des établissements. Cela garantit de belles promenades.

Une bonne partie du littoral, notamment vers le nord, n’est construit que côté terre des chemins côtiers. Agrémentées de palétuviers et pandanus, des forêts de filaos (ou casuarina) précèdent souvent l’océan, au bénéfice du cadre naturel. Bravo aussi aux bénévoles qui ramassent les déchets sur les plages !

Seul hic, mais c’est une constante régionale, la forte érosion côtière. Plus douce au nord, moins construit, elle s’accélère au sud, là où on a essayé de la contrecarrer à coup de béton. Retour de manivelle ? 

Un peu passées de mode, la baie et la plage de Khao Lak ne sont pas pour autant à dédaigner. À son extrémité nord (accès par « Mr Ju »), passé l’écoulement d'une lagune, un espace profite de l’ombre des rochers et des arbres du Parc National Lamu-Khao Lak. Au sud, deux plaisants restos-bars de plage succèdent aux gros resorts centraux.

Après le promontoire du parc et sa belle crique, des escaliers débutent au resto-panoramique Muan Lai pour amerrir à Sunset Beach, dont la baie est colonisée par des resorts désuets. Dommage !

Bordée de commerces et boutiques, la première perpendiculaire de Nang Thong rejoint la plage, d’où on accède au phare installé sur un rocher et à son beau point de vue. Pour le reste, érosion, gros hôtels et murs en bétons gâchent un peu le spot. De même à Bang Niang, où la plage souffre encore plus du développement. Mais il suffit de pousser vers la tranquille pinède au sud...

Plage de Khuk Khak © Dominique Roland

Avec sa lagune au sud et sa forêt, la généreuse plage de Khuk Khak séduit par son naturel. Il fait bon y marcher, courir, même à marée haute.  La petite route côtière maintient dans les terres une colonie de petits resto-bars récupérant les clients des resorts. Barques échouées, passerelles, camp d’un pêcheur alternatif Robinson-reggae animent de réputés couchers de soleil,

Le meilleur se trouve plus au nord, au-delà du cap Pakarang : des plages de White Sand à Pak Weep, voici le plus beau de Khao Lak. Marcher des heures, taquiner un million de bernard-l’hermite, se baigner... On adore !

Coiffant le cap, White Sand est incontournable. À marée basse, le passage est facile jusqu’à Pak Weep, un ton encore au-dessus. Puis, plus loin, Bang Sak Beach est également très agréable à marée basse, avec des restos les pieds dans le sable sous les filaos.

Le Parc naturel de Khao Lak-Lam Ru

Le Parc naturel de Khao Lak-Lam Ru
Plage d'Had Lek © Dominique Roland

Au niveau du cap séparant les plages Khao Lak et Nang Thong, le Parc national de Khao Lak- Lam Ru s’étend de la mer jusqu’à 20 km dans les terres.

Le Visitor Center et le View Point Restaurant, avec sa terrasse sur l’océan, sont installés non loin de la route. En contrebas sur la droite, bungalows et emplacements de camping s’étagent jusqu’à une crique rocheuse où des tentes sont posées sur une plateforme léchant les flots. Génial !

À l’opposé du resto, un sentier fléché descend en 20 min vers la jolie (et petite !) plage d’Had Lek, joyau régional serti dans la jungle. Beau sable, baignade idyllique, quelques tables, douche, petit kiosque à boissons… Remontée possible sans rebrousser chemin, en 15 min jusqu’à la route qu’il faut longer pour retrouver l’entrée principale. L’itinéraire est protégé, mais pas du soleil (penser à un chapeau).

Rejointe via Bang Niang, la cascade de Ton Chongfa fait aussi partie du parc (même billet d’entrée, valable le même jour). Excursion facile, baignade possible, pique-nique bien sûr. Les amateurs de cascades iront également à Sai Rung, séparée du parc, via la route 4005 qui rejoint Takua Pa par le sud.

L’après tsunami et le sort des gitans de la mer

L’après tsunami et le sort des gitans de la mer
Ban Nam Khem Tsunami Memorial © wemm - stock.adobe.com

26 décembre 2014 : le 3e plus puissant séisme de l’histoire (magnitude 9,3) déclenche un énorme tsunami. Frappant les côtes d'Indonésie, du Sri Lanka, d'Inde et de la mer d’Andaman, plusieurs vagues, atteignant jusqu'à 30 m de haut, font au moins 250 000 victimes, dont officiellement 8 000 en Thaïlande.

Les images de Phuket et de Ko Phi Phi dévastées en plein pic touristique ont fait le tour du monde. Moins connue, Khao Lak mettra plus de temps à se relever. Les rescapés seront unanimes à louer les secours prodigués par les habitants,alors que ces derniers avaient souvent tout perdu eux-mêmes. À Khao Lak, les nombreuses tours à sirènes et itinéraires d’évacuation fléchés témoignent toujours du drame et du danger. Autrefois faite de bambou, bois et chaumes, la région est passée au dur.

Au nord, le village de pêcheurs de Ban Nam Khem perdit 50 % de ses habitants. Les photos de disparus garnissent son émouvant mémorial en forme de vague. Non loin, les bateaux « light blue » et « yellow » pourrissent là où ils s’échouèrent, un vague mur construit autour.

Établi à côté du patrouilleur 813, poussé à 2 km dans les terres, le musée-mémorial du tsunami (9 h-21 h) de Bang Niang rassemble des panneaux et photos sur le tsunami.

Quant aux « gitans de la mer » (ils sont environ 4 000 dans la région), ils sont paradoxalement menacés par les conséquences de ce drame, alors que leur connaissance immémoriale de la mer les en épargna en grande majorité. Interdiction du nomadisme et reconstructions ont ravagé leur culture, déjà menacée par les sédentarisations en cours. Sur la route de Thap Thawan Beach, un village de maisons aux murs tressés témoigne encore de leur présence.

Takua Pa : un patrimoine ressuscité

Takua Pa : un patrimoine ressuscité
Architecture sino-portugaise à Takua Pa © joeyphoto - stock.adobe.com

Au 13e s, des Tamouls ont fondé dans la région le comptoir de Takkolam, rebaptisé Takua Pa. Plus tard, au 19e s, l’étain, les plantations de palmier à huile, de caoutchouc et la proximité du détroit de Malacca sont à l’origine d’une importante immigration chinoise dans la région, tout comme sur la côte de la mer d’Andaman

À 7 km de la ville moderne par la route Rat Bamrung, le vieux village de Takua Pa, à 7 km de la ville moderne par la route Rat Bamrung, témoigne de cette époque. Enrichie, la diaspora chinoise patronna l’architecture sino-coloniale encore visible avec ses shophouses typiques. Hormis quelques résidences périphériques comme Khun Intra, les maisons intéressantes s’égrènent sur Montri 2, Na Muang,Udon Thara, Klun Kaeo et, surtout, la rue principale Si Takua Pa.

S’y engager par le coude supérieur, où le patron d’un photogénique vieux café collectionne les objets et photos d’antan. En face, le grand temple chinois de la ville. D’autres plus petits, diversement consacrés, suivent au sud.

Arrêt obligé au Takua Pa My Home (photos, objets), à l’Andaman Baba Society des fameux peranakan sino-malais et devant les chatoyants sarongs et blouses kebaya qu’une tailleuse de cette communauté façonne.

Lors des Cultural Street Market (dim 15 h-19 h), les habitants partagent fièrement leur culture sino-thaïe méridionale. Les nombreuses spécialités culinaires témoignent de la richesse et de la qualité des produits locaux. Goûter aux délicieux taosor, gâteaux chinois de blé fourrés de pâte de haricot.

Suggestion : réaliser une boucle par la route 4005. Depuis Pakweep, elle débouche 1 km au sud d’Old Takua Pa. Pas de circulation, sinusoïdes à travers vallons, plantations, etc.

L’île de Kho Khao, un plan pour les Robinsons

L’île de Kho Khao, un plan pour les Robinsons
Lever de soleil à Ko Kho Khao © kwiatek7 - stock.adobe.com

À 30 km de Khao Lak, Ko Kho Khao, « l’île de la montagne du cou », mérite le détour. Embarquement à Ban Nam Khem pour 5 min de traversée jusqu’à Ban Pak Koh, où se trouvent les services de l’île (motos à louer, agences) et l’honorable Harbour Restaurant.

À un saut de puce du continent, cette île en forme de triangle étiré, calme et relaxante, compte des plages, des pistes sablonneuses pénétrant les mangroves, des plantations de palmiers, des marais, mais aussi des savanes... Cette drôle de terre en mer est habitée depuis longtemps. Ses vestiges archéologiques sont exposés dans les musées nationaux.

Les panneaux signalent d’éventuels bovins, seul danger sur la route longeant la côte ouest. Séparée par un étroit bras de mer de la terre ferme, la côte orientale est couverte de mangroves forées par les rivières et lagunes. Pas de boucle possible.

Souvent bordés de filaos, les 20 km de plages s’embellissent vers le nord. Parmi la poignée de resorts, le Riversand Resort est notre spot préféré, tout de bois et bambous, pour son front de mer et petit resto.

Plus loin, une modeste colline surprend tant l’horizon est autrement plat comme une limande. Rester à main gauche, dépasser le mat de la sirène « tsunami » et voici Hula Beach, ombragée par une forêt. Les deux resorts sont vieillots, mais la mer est si belle, comme le sentiment d’isolement. Vers le nord, une piste très sablonneuse, Virgin Beach, vaut l’effort...

Activités et excursions depuis Khao Lak

Activités et excursions depuis Khao Lak
Village flottant de Panyee © pierrick - stock.adobe.com

L’univers balnéaire de Khao Lak est parfait pour les familles, tout comme les couples et amis à partir de la trentaine, s’il faut donner une fourchette. Pas de Full Moon Party ici, mais des bars et restos tout de même animés.

Les deux marchés de Bang Niang sont ouverts du milieu de l’après-midi à environ 1 h du mat. Le plus ancien est contesté par son cadet, le Build Container Night Market (2 km au nord), plus funky avec ses containers modifiés. Plats à emporter, bars et restos bricolés, massages, tatoueurs, musique live, souvenir, il y a de tout. 

À la journée ou avec 1 ou 2 nuits sur place, les croisières vers les superbes îles et côtes régionales sont hautement conseillées.

Le cabotage entre la côte de Phang Nga (sorte de baie d’Along méridionale) jusqu’au large de Phuket emporte les suffrages. Panoramas exceptionnels, bateau dans les grottes, îles de James Bond (« L’Homme au pistolet d’or »), village flottant de Panyee

Lac Cheow Lan dans le parc de Khao Sok © samspicerphoto - stock.adobe.com

Concernant les archipels-parcs maritimes de Similan et Surin (notre préféré), autant y passer la nuit, sous peine d’être trop pressé.

Les îles de Koh Rok et Koh Haa sont les meilleures pour le snorkeling, une activité souffrant du blanchissement des coraux. La mer d’Andaman alentour est riche en célèbres sites de plongée, fréquentés par des bateaux live aboard.

Revenus sur terre, les magnifiques montagnes de karst couvertes de jungle du parc national de Khao Sok et son lac où dormir dans des maisons flottantes ne sont jamais qu’à 60 km de Nang Thong.

Autre grand succès, le combiné île de Phi Phi, Khai, lagon de Pileh, grotte des Vikings (peintures préhistoriques, mais pas vikings…) et Monkey Beach.

Lire également notre reportage La Thaïlande, côté Andaman : de Phang Nga à Krabi

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, adresses et infos pratiques dans le Routard Thaïlande.

Vols vers l’aéroport international de Phuket avec de nombreuses compagnies dont Thai, Qatar, Emirates… L’aéroport se trouve à 80 km au sud de Khao Lak. Trouvez votre billet d’avion.
De l’aéroport à Khao Lak

- En bus : Airport Bus : orange vers Phuket Town (de 7 h à19 h). Indiquer sa destination : dépose après 20 min sur la RN (50 THB), puis prendre un des nombreux bus remontant la côte (100 THB) et préciser sa zone de résidence (lignes Phuket-Ranong et Phuket Khao Sok).

- En taxi : Phuket Airport-Khao Lak : env 1 800 THB (55 €).

Également des myriades de bus et minivan, ces derniers sont très pratiques pour les courtes/moyennes distances – se renseigner avant la résa au sujet des transferts éventuels.      

Quand y aller ?

La saison des pluies (mai-oct) est régionalement forte. Certains établissements ferment. 

Se déplacer à Khao lak :

Location de moto : vérification de l’engin, prudence et port du casque assuré, c’est le moyen de transport idéal ! Scooter auto à partir de 150/200 THB.  

Pick-up songthaew : une flottille patrouille, avec des arrêts prioritaires, comme le Night Market, doté de listes de prix.   

Agence de voyages : Khao Lak Meeting Point : à Nang Thong. Privé, mais fonctionne comme un petit office du tourisme: plan gratuit, horaires, résas diverses.

Se loger à Khao Lak ?

Coup de cœur en catégorie budget : Les Fleurs, à Nang Thong, côté terre. 10 chambres (demander les A6, A8 ou A10), 3 bungalows plus anciens et un dortoir de 8 lits. Patronne francophile, bons conseils pour les excursions. 

Trouvez votre hôtel à Khao Lak

Se loger sur Kho Khao :

River Sand Resort : Tél. : +66 (0)898760677. Bungalow : env 1 000/1 600 THB. Négocier. khokhaoriversandresort@hotmail.com

Se restaurer,  boire un verre :

Pour éviter les spécialités locales édulcorées, quelques cantines-restos-authentiquement-thaïes :

- Phoo Luang , à Nang Thong, terrasse avec open cuisine sans façon et carte à rallonge avec photo, 100/150 THB/pers ;

- Krua Nay Ang : à Bang Niang, ouvert sur la rue, grand choix de plats locaux (env 200 THB/pers) ;

- Curry House : 350 m au sud du précédent ;

- Muan Lai : en surplomb de Sunset Beach, plats de l’Isan et poissons/fruits de mer à petits prix.

- Tiffy and Florian, à Nang Thong : généreux classiques allemands et européens, bon service. Prix moyens.

Excursions

En général tout compris, les formules incluent équipement de snorkeling (sauf les palmes...), guide et transferts AR vers son hôtel. Brochures dispo et résa possible dans tous les hôtels.

- Sea Dragon : plongée et live aboard recommandés.

Texte : Dominique Roland

Mise en ligne :

Thaïlande Les articles à lire

Voyage Thaïlande

Bons Plans Voyage

Services voyage