L’Ombrie, authentique Italie

L’Ombrie gagne à être connue !

L’Ombrie gagne à être connue !
Fototeca ENIT/Vito Arcomano

Dès la fin du XVIIIe et jusqu’au début du XIXe siècle, la Toscane fut l’une des destinations prisées des voyageurs anglais du « Grand Tour », parcours obligatoire pour des écrivains comme Laurence Sterne ou Edward Forster, mais aussi pour des artistes et des aristocrates. De nos jours, à l’époque du voyage de loisirs, les Anglo-saxons contribuent toujours à la réputation de la campagne toscane et, revers de la médaille, à l’envolée des prix. Un hameçon que l’on mord trop vite, alors qu’un appât plus savoureux se cache non loin de là : l’Ombrie.

Les touristes intéressés par les visites culturelles se ruent dans les musées de Florence ou de Sienne sans même faire une halte dans la très proche Pérouse (photo), capitale de l’Ombrie, pour découvrir sa sublime pinacothèque. Tandis que les Italiens, fuyant les coins bondés en plein mois d’août, se réfugient volontiers dans le cœur vert du pays à la recherche de fraîcheur et d’authenticité. Les Allemands, souvent pionniers dans l’exploration des coins à fort potentiel, ont depuis longtemps flairé les trésors gastronomiques des vallées du nord-est et emprunté les itinéraires de randonnée dans la Valnerina et dans le parc ces monts Sibyllins. Alors, pourquoi pas nous ?

Région éminemment verte et rurale, l’Ombrie recèle un patrimoine d’architecture civile et religieuse admirable, un héritage Renaissance qui n’a rien à envier à celui de sa voisine, un chapelet de villes et villages que l’on enchaîne avec délectation et un goût fort bienvenu pour la bonne cuisine.

Texte : Claudio Tombari

Mise en ligne :

Italie Les articles à lire

Saine et métissée : la palette des saveurs vénitiennes puise dans sa richesse...

Voyage Italie

Bons Plans Voyage

Services voyage