Trois itinéraires gastronomiques dans les terroirs de France

Trois itinéraires gastronomiques dans les terroirs de France
Gastronomie basque © hiphoto39 - Fotolia

En partenariat avec Mercure

En France, on ne badine pas avec l’art de la table ! Notre gastronomie, renommée dans le monde entier, est une excellente porte d’entrée pour découvrir les richesses de nos régions, culinaires et autres. Du Pays basque à la Bretagne, en passant par le Vaucluse, les routes gastronomiques permettent d’allier tourisme et gourmandise. En les sillonnant, on va à la rencontre de producteurs passionnés, qui nous initient à leur savoir-faire. On se régale en dégustant les spécialités du terroir, sur les marchés locaux ou dans les restaurants de la région. Et on dépense nos calories en arpentant les ruelles de cités de charme ou les chemins qui traversent des paysages de toute beauté. Alors, bonne route… et bon appétit !

Au fait, connaissez-vous les spécialités françaises ? Pour évaluer vos connaissances, à vous de jouer avec le quiz proposé par Mercure.


La route gourmande des Basques

La route gourmande des Basques
Gâteau basque © jtpalacio - Fotolia

S’il est une région réputée pour être gourmande, c’est bien le Pays basque ! En cheminant de la montagne à la côte, au cœur de paysages vallonnés où se lovent de charmants villages rouge et blanc, on découvre des spécialités au caractère bien trempé, à l’image de l’identité basque.

La balade commence à Bayonne, qui est le berceau du chocolat en France. A l'Atelier du Chocolat de Serge Andrieu, vous saurez tout sur cette histoire qui remonte au 17e siècle, et, le matin, vous pouvez même observer les artisans à l’œuvre.

A Ascain, à la cidrerie Txopinondo, Dominic vous initie au sagarno, un vin de pomme naturel élaboré de manière artisanale. Et à la brasserie Akerbeltz, c’est Franxoa qui vous accueille pour une dégustation de bières naturelles. Puis, dans le joli village de Sare, le Musée du gâteau basque fait oublier toute envie de régime. Eh oui ! Le fleuron de la pâtisserie locale a son musée où l’on peut apprendre tous les secrets de sa confection, avant de le déguster.

Cap ensuite sur Espelette, patrie du fameux piment rouge, où Patrick Ithurria vous attend dans sa boutique Lurretik. Ce coin du Pays basque produit une autre grande spécialité de la région : le fromage de brebis au lait cru de l’AOP Ossau-Iraty, que vous pouvez déguster à la fromagerie Agour, à Hélette et à Mendive.

Toujours dans l’arrière-pays, dans la vallée des Aldudes, Pierre Oteiza, qui élève ses porcs pie noirs en montagne, fait goûter à son délicieux jambon du Kintoa.

Si vous préférez le poisson, cap sur la ferme aquacole de Michel Goïcoéchéa, où, dans l’eau du torrent sont élevées les truites de Banka, une espèce locale à la chair très tendre. Un peu plus loin, sur les coteaux de Saint-Etienne-de-Baïgorry, le vin d'Irouléguy se déguste avec modération au Domaine Etchegaraya.

Enfin, à Ossès, où vit Arnabar, un éleveur de canard vous fait visiter sa ferme où il communique avec enthousiasme sa passion du foie gras. La balade se termine en beauté à Saint-Jean-Pied-de-Port, classé parmi les "Plus Beaux Villages de France" en 2016.

Au fil des marchés du Vaucluse

Au fil des marchés du Vaucluse
Berlingots © Unclesam - Fotolia

Au cœur des villages, sur de charmantes places ombragées ou dans de pittoresques ruelles, les marchés du Vaucluse éveillent les sens du promeneur, avec leurs étals colorés, leurs senteurs alléchantes et les saveurs auxquelles il est vain de résister.

On y fait provision d’olives, de vins du Sud, de fromages de chèvre, de melons, de miel ou encore de plantes aromatiques. Une fois ses emplettes achevées, on en profite pour découvrir les villes et villages accueillants de ce beau coin de Provence.

Le plus grand marché du Vaucluse, qui est aussi le plus ancien (1483), se trouve à Vaison-la-Romaine, une cité de caractère qui mérite à elle seule le déplacement pour ses monuments antiques. En été, on peut y voir jusqu’à 450 exposants. Plus au sud, on découvre le plus grand marché aux truffes de France (en volume) dans le joli village de Richerenches. Une institution !

Puis, on arrive sur un autre grand marché, qui occupe l’esplanade et les rues de la vieille ville de Carpentras. Sa grande spécialité est le berlingot, un bonbon artisanal, coloré et strié de blanc. On y achète aussi des fruits et des vins AOC Côtes du Ventoux. C’est ici que se tient le premier marché aux truffes de la saison.

Non loin de là, le marché agricole de Velleron, bien que peu pittoresque, est le paradis des primeurs. Il séduit les restaurateurs et les amoureux des légumes frais. On y trouve aussi du miel et des confitures. Encore plus au sud, au pied de Gordes, le marché paysan de Coustellet est l’un des plus réputés de Provence. Les producteurs locaux y proposent un grand choix de fruits et de légumes, des produits bio, comme du jus de pomme. C’est, avec ceux de l’Isle-sur-la-Sorgue ou de Lourmarin, l’un des marchés les plus courus et mondains de la région.

Enfin, à Apt, le marché existe depuis le 17e siècle. On y vend des fromages de chèvre, des primeurs et des huiles d’olive. Et si ses étals ont aiguisé votre appétit, quelques tables sympas du centre ancien proposent d’intéressants menus au déjeuner.

Jours de marché :

- Vaison-la-Romaine : mardi matin.

- Richerenches : samedi de novembre à mi-mars.

- Carpentras : vendredi matin.

- Velleron : en fin d’après-midi. En hiver : mardi, vendredi, samedi. Et tous les jours en été, sauf dimanche et jours fériés.

- Coustellet : mercredi soir et dimanche matin.

- Apt : samedi matin.

Route des saveurs bretonnes

Route des saveurs bretonnes
Huîtres © dvoevnore - Fotolia

Au nord-ouest du département des Côtes-d’Armor, un autre itinéraire attend les gourmets : la Route des saveurs bretonnes, qui met à l’honneur les produits des territoires du Pays Trégor-Goëlo et Terres d'Armor.

Formant une boucle, l’itinéraire passe par Plestin-les-Grèves, Lannion, Perros-Guirec et Paimpol. Un parcours relativement court qui permet d’explorer un  beau coin de Bretagne, entre falaises, menhirs, villages de charme et abbayes médiévales. Mais, surtout, en cheminant entre terre et mer, on va à la rencontre des producteurs, et on se laisse tenter par les spécialités du cru !

Côté boissons, on se livre au plaisir de la dégustation en goûtant au jus de pomme bio des vergers de Ker Avalon, à Hengoat, ou au cidre du verger de Kernivinen, à Perros-Guirec.  Envie de saveurs iodées ? Direction la ferme marine de Paimpol, qui élève des huîtres et des moules, ou la ferme marine du Trieux qui s’est, elle, spécialisée dans les truites fumées.

Une curiosité locale vous attend à Pludual, où se cultive « l'or rouge », le safran, mais aussi à Lanvollon, haut lieu de la culture de l’algue. Dans un tout autre genre, à Hengoat, on est initié à l’art d’élever des escargots. Quant aux irrésistibles caramels au beurre salé de Minihy, ils feront fondre de plaisirs les gourmands les plus endurcis !

Pour faire provision de charcuterie artisanale et de légumes de saison, une halte est plus que recommandée dans les fermes et les boutiques qui se trouvent sur la Route des saveurs bretonnes. L’accueil est partout chaleureux, et plusieurs producteurs organisent des visites guidées. Une manière conviviale de découvrir la passion et le travail auxquels on doit les produits de ce riche terroir. Ces balades instructives permettent de joindre l’utile à l’agréable, car vous pouvez remplir votre cabas afin de vous concocter un repas 100 % Trégor-Goëlo à la maison.

Bon nombre de ces produits se retrouvent aussi sur les étals des marchés locaux, et dans les restaurants appartenant au réseau, qui mettent un point d’honneur à favoriser le circuit court. Voilà, pour le visiteur, une belle manière de se régaler en soutenant la production locale…

Pour en savoir plus

Consulter nos guides en ligne Pays basque, Provence et Bretagne.

Texte : Routard.com

Mise en ligne :

Cuisine et gastronomie dans le monde - Les articles à lire