Étretat et Fécamp : la Normandie, côté falaises

Étretat et Fécamp : la Normandie, côté falaises
Alan Aubry – Département de la Seine-Maritime

Étretat et Fécamp, deux villes situées sur la Côte d’Albâtre, un des fleurons du littoral normand. Leur atout majeur : de hautes falaises sculptées par l’érosion, dont les plus fameuses se trouvent à Étretat. Le spectacle qu’elles offrent est de ceux qu’il faut avoir vu au moins une fois dans sa vie. Cap sur la Normandie !

Le long de la côte d'Albâtre

La côte d'Albâtre s’étend sur 130 kilomètres le long de la Manche dans le département de Seine-Maritime, entre Le Havre et Le Tréport, en bordure du Pays de Caux. C’est là que la Normandie offre ses plus impressionnants paysages de falaises, lesquelles s’élèvent jusqu’à une centaine de mètres.

Mais que vient faire l’albâtre par ici ? La dissolution par l’eau de pluie du calcaire que les falaises contiennent donne une teinte particulière à la mer, d’où le surnom de la côte. L’autre élément minéral qui constitue ces murailles naturelles est le silex, ce qui leur permet de tenir bon face au temps qui passe. Cela dit, il n’est pas rare que tombe ici ou là des morceaux de roche…

Comme les peintres impressionnistes avant nous (Monet, Sisley, Boudin, Pissarro…), on reste fasciné par ces falaises, notamment lorsqu’on les voit sur leur longueur depuis une plage ou la mer, à bord d’une embarcation.

Des balades ou randonnées à pied ou à cheval se font aussi par le haut. C’est l’occasion de découvrir leur faune (mouettes, goélands, fulmars, cormorans, faucons pèlerins…) et leur flore (séneçon laineux, choux maritime, fétuque rouge, ajoncs…). Des guides naturalistes sont à votre disposition.

Autre aspect remarquable de ce littoral : les valleuses. Il s’agit de failles dans les falaises formées par des cours d’eau de diverses dimensions. Ces failles, qui vont du simple sentier à la large vallée, sont autant d’accès à la mer, certains présentant un aspect sauvage et protégé, tandis que d’autres ont été mis à profit par l’Homme au cours des siècles pour fonder des ports puis des cités balnéaires.

Distantes d’une quinzaine de kilomètres, Fécamp et Étretat sont représentatives de ces deux types de localités.

Étretat, au creux des falaises

Située au bout d’une valleuse boisée, la petite ville d’Étretat regorge de charme. Cet ancien village de pêcheurs - lesquels échouaient leurs bateaux sur la plage, faute de port - est devenu une cité balnéaire au cours du XIXe siècle. Elle a été rendue célèbre par des écrivains et des artistes comme Alphonse Karr, Guy de Maupassant, Jacques Offenbach, Claude Monet, Gustave Courbet ou encore Maurice Leblanc.

Ce romancier est particulièrement honoré en ville. Sa maison est devenue une sorte de musée qui lui est consacré, ainsi qu’à son célébrissime personnage, Arsène Lupin (ce site se nomme Le Clos Lupin). C’est dans l’Aiguille, un des trésors géologiques d’Étretat que Leblanc logea son gentleman cambrioleur (L'Aiguille creuse est le titre d’un de ses romans).

Ah les falaises d’Étretat ! On ne se lasse pas de les admirer. À l’ouest, vous avez la Manneporte (une grande arche) et la falaise d’Aval avec à sa base l’Arche accompagnée de l’Aiguille. À l’est, c’est la falaise d’Amont et sa petite porte.

Accessibles à pied depuis la plage de galets (très émoussés, provenant des falaises) de la ville, ces sites deviennent des pièges quand la mer monte (bien se renseigner sur les horaires de marée avant de se lancer). Seul le Trou à l'homme, cavité qui traverse l’Arche permet de ne pas être emporté par les courants grâce à un refuge qui s’y trouve. On peut aussi le traverser, ou longer les falaises, en kayak de mer, paddle ou mini catamaran (www.voilesetgalets.com).

Au sommet de la falaise d’Aval se trouve un vaste terrain de golf, tandis qu’en haut de la falaise d’Amont s’élève une chapelle des années 1950 transformée en site d’information du conservatoire du littoral, ainsi qu’un monument en forme de flèche (24 m) qui rend hommage à Nungesser et Coli, les premiers aviateurs a avoir tenté de traverser l'Atlantique en 1927, avant Lindbergh. Ils ont disparu en mer.

Depuis les falaises, on a une vue formidable sur la mer, ainsi que sur la valleuse où se trouve Étretat. Cette petite et verte vallée se découvre très facilement à bord d’une cyclo-draisine qui emprunte sur 6 km l’ancien chemin de fer depuis Les Loges (www.lafrancevuedurail.fr/ttepac). Ici, les paysages typiquement normands, où paissent de belles vaches évidemment, sont ravissants.

En ville, on apprécie les rues bordées de jolies maisons et villas la plupart construites en alternant brique et silex taillés, une spécialité de la région. Cette caractéristique se retrouve à Fécamp.

Fécamp, l’appel du large

Fécamp a été un grand port de pêche à la morue et au hareng jusqu’aux années 1970. C’est d’ici qu’une partie des fameux terre-neuvas français partaient durant des mois pour des campagnes aux abords du Canada.

L’activité de pêche perdure, comme en témoignent notamment des fêtes automnales dédiées à la coquille Saint-Jacques et au hareng (autres produits de la mer que l’on trouve sur les étals et tables de Fécamp : homard, crevette grise, bigorneaux, bulots, sole, turbot, barbue, carrelet, maquereau, truite de mer, seiche, merlan, étrille).

Les bassins du port accueillent aujourd’hui pas mal de bateaux de plaisanciers et de vieux gréements. L’un d’eux, le Mil'Pat, effectue des sorties en mer jusqu’à Étretat pour les touristes, au cours desquelles vous êtes invité à mettre la main aux cordages, aux voiles et à la barre. D’autres embarcations proposent également des balades nautiques.

À voir en ville, outre la plage : la grande abbatiale de la Sainte-Trinité et les vestiges du palais des ducs de Normandie, deux importants sites médiévaux auxquels s’ajoute un autre palais, celui d’Alexandre Le Grand… un industriel qui, au milieu du XIXe siècle, créa la liqueur Bénédictine. Cette imposante construction d’inspiration gothique et Renaissance recèle des collections d’objets et d’œuvres d’art de ces époques, une partie d’entre eux provenant du monastère bénédictin de Fécamp.

Parmi les trésors des moines figurait la recette d’un élixir dont s’est inspiré l’entrepreneur. En plus d’être un musée, le palais est le site unique de production de la liqueur, qui est faite à partir de 27 plantes et épices. Sa visite se conclut par des dégustations.

Comme Étretat, Fécamp se situe au bout d’une valleuse. La falaise qui la domine est le Cap Fagnet où se niche une réserve ornithologique, la chapelle Notre-Dame de Salut - laquelle abrite de nombreux ex-voto de marins -, ainsi qu’un sémaphore, des blockhaus du Mur de l'Atlantique et cinq éoliennes.

Un peu plus loin...

Entre Manche et Seine, les vertes terres du Pays de Cauxsont à sillonner. À voir : prairies, bois, rivières, marais, châteaux ou clos-masures, type de ferme cauchois comprenant des vergers où poussent notamment des pommes dont on fait du cidre, mais aussi des cerises, poires et prunes…

En remontant vers le nord-est, vous poursuivez votre découverte de la Côte d’Albâtre avec Saint-Valéry-en-Caux, Dieppe, Le Tréport, avant d’arriver en baie de Somme.

Au sud-ouest du pays, on trouve l’abbaye de Montivilliers  puis Le Havre, ville dont le centre est classé par l’Unesco pour ses bâtiments construits après la Seconde Guerre mondiale. On y visite entre autres le MuMa - Musée d'art moderne André Malraux, lequel présente de riches collections impressionnistes.

Vous pouvez ensuite traverser l’estuaire de la Seine pour vous rendre à Honfleur, célèbre petit port auquel succèdent Deauville, Trouville, Cabourg...

Fiche pratique

Pour plus d'informations, consultez notre guide en ligne Normandie

Seine-Maritime Tourisme

Étretat Tourisme 

Fécamp Tourisme 

Comment y aller ?

Train. Des bus se rendent à Étretat et Fécamp depuis les gares de Bréauté-Beuzeville et Le Havre. Liaisons par bus aussi entre Étretat et Fécamp.

Autoroute. A29 (Amiens-Le Havre), sorties Bolbec ou Fécamp. A13 (Paris-Caen), sorties Tancarville ou Fécamp.

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel en Seine-Maritime

Où manger ?

- Dormy House : une bonne table, ainsi qu’un bar, et également une belle vue sur Étretat. Egalement des chambres avec vue sur Etretat et la falaise d’Amont.

- Restaurant du Golf d’Étretat : pas besoin d’être client du golf pour aller se restaurer agréablement à cette adresse qui vous offre une vue époustouflante sur les falaises et la mer.

- Chez Nounoutte : face aux bassins du port de Fécamp, vous dégustez des produits de la mer ultra frais préparés avec simplicité. Une adresse très appréciée des Fécampois.

Produits gourmands

- Cidre Pasquier : à Fongueusemare, près d’Étretat, dans une cour de ferme typiquement cauchoise, vous dégustez du cidre traditionnel et bio, ainsi que du poiré, un apéritif et une eau-de-vie maison.

- Fromagerie Le Valaine : sur une hauteur d’Étretat vivent de jolies chèvres et un superbe bouc dans l’enceinte d’une ferme ornée d’un beau petit manoir du XVIIe siècle avec vue sur la mer... Tout ce qui est vendu sur place est fait à base de lait de chèvre de l’exploitation : fromages, glaces, chocolats. On fait également du cidre ici.

Texte : Michel Doussot

Mise en ligne :

Normandie Les articles à lire

En 2017, le port du Havre fête ses 500 ans d’existence. L’occasion d’aller découvrir,...

Services voyage