Transports et déplacements Laos

Au Laos, les distances se calculent plus en heures de route qu’en kilomètres, compte tenu de l’état du réseau routier.

Si vous voyagez en bus, comptez en moyenne 8 à 10h selon le bus, pour parcourir Vientiane-Luang Prabang, par exemple, soit 400 km, alors qu’en avion la durée de vol entre Vientiane et les autres capitales provinciales ne dépasse pas 1h30. Le choix de l’avion s’imposera donc pour ceux qui sont pressés et qui en ont les moyens.

L'état des routes

Les grands axes routiers du pays, comme la route 13, dite « route des Français » (traverse le Laos du nord au sud et relie ainsi la Chine au Cambodge) ou les principaux axes transversaux joignant la Thaïlande au Vietnam, sont goudronnés et à peu près et de bonne qualité. Dans le nord du pays, les routes bitumées ne couvrent qu’environ 10 % du réseau routier. En vélo et à moto, gare aux crevaisons sur les pierres pointues. Pour les vélos, privilégier les pneus type VTT quand c’est possible.

Pour autant, la plupart des 15 000 km du réseau demeurent des pistes en terre ou de gravillons, plus ou moins praticables en saison des pluies (boue, ornières profondes) et selon les travaux de réparation effectués.
Les voyages en bus et taxis collectifs sont donc souvent longs et harassants... Ils sont déconseillés sur les itinéraires difficiles pendant la mousson à cause des risques d’accident et de nuit. De plus, pas évident de fermer l’œil en raison de l’état des routes.
De plus, pas évident de fermer l’œil en raison de l’état des routes. Dans le nord du pays, les routes bitumées ne couvrent qu’environ 10 % du réseau routier. En vélo et à moto, gare aux crevaisons sur les pierres pointues. Pour les vélos, privilégier les pneus type VTT quand c’est possible.

Bus et taxis collectifs

Très économique, le bus est le moyen de transport le plus utilisé par les habitants et les routards. Mais compte tenu de l’état des routes... et des bus, des nombreux arrêts et imprévus, ils ont souvent du retard. Prévoir large.

Souvent, les gares routières sont excentrées, reliées au centre-ville par des tuk-tuk. Les bus sont couramment bondés. Il y en existe trois catégories : les bus locaux (regular bus), les express et les VIP.

Pour les grands trajets, les VIP, plus chers, sont aussi plus confortables et les sièges sont numérotés. Mais tout est relatif, surtout en termes d’espace, plus adapté à la morphologie locale. Certains sont équipés de couchettes.

Si ces derniers sont achetés neufs par certaines compagnies, la plupart des véhicules en circulation sont des seconde, voire des troisième main en provenance de Chine ou de Corée.
Pour sillonner les campagnes reculées, des camionnettes bâchées ou des triporteurs font généralement office de taxis collectifs. Ce sont de vrais tape-culs et régulièrement bourrés jusqu’au toit de passagers, de marchandises et d'animaux ! Si les bus partent, en théorie, à heure fixe, les taxis collectifs ne démarrent en principe que quand ils sont pleins, à l’intérieur de tranches horaires fixes de service (souvent le matin entre 7h30 et 10h30).

Les billets des bus locaux s’achètent généralement le jour du départ aux guichets des gares routières ou, à défaut, directement auprès des chauffeurs. En revanche, ceux des bus express et VIP s’achètent à l’avance. Certaines guesthouses et agences de voyages les vendent, moyennant une petite commission. Le transfert jusqu’à la gare routière est alors souvent inclus, ce qui est bien pratique, surtout lorsque celle-ci est éloignée du centre-ville.
Les billets des camionnettes-taxis collectifs, eux, se prennent le plus souvent auprès des chauffeurs...

- Conseil : arriver à la gare routière un peu avant l’heure de départ. Il n’est pas rare qu’un bus parte en retard... ou en avance !

Voiture

Voiture avec chauffeur

Toutes les locations de voitures se font essentiellement avec chauffeur : toutes les agences de voyages en proposent pour un prix acceptable (surcoût modique par rapport à une location simple). La gamme des véhicules va du 4x4 climatisé au minibus.

La formule est conseillée si l’on est au moins trois et pour des raisons évidentes d’orientation, de maîtrise de la langue, de pratique de la circulation locale (ainsi, les feux rouges ne sont pas toujours respectés) et de problèmes d’assurance (quoiqu’il arrive, votre responsabilité ne sera pas engagée)...

Voiture sans chauffeur

Les conducteurs expérimentés peuvent tenter l’aventure : la signalisation s’est améliorée, les applis d’orientation fournissent une aide précieuse et le trafic est rarement encombré.

Éviter absolument de rouler de nuit et se tenir constamment sur ses gardes par rapport aux piétons et deux-roues, surtout dans les villages (tout le monde traverse n’importe où, même dans un virage, et n’importe quand, sans regarder). Et par rapport aux autres voitures : le code la route n’a pas vraiment de sens pour la plupart des Laotiens au volant.

Il est conseillé de partir avec un permis de conduire international, même s’il n’y a aucune exigence côté loueur ; en cas de problème, c’est l’assurance qui vous le réclamera.

Samlo, tuk-tuk, jumbo, songthaews et bus urbains

Les tuk-tuk, tricycles motorisés, similaires à ceux qu’on trouve en Thaïlande et au Cambodge, ou leur version side-car (appelée alors samlo), peuvent transporter de deux à quatre passagers selon les modèles.
Son grand frère, le jumbo (tuk-tuk collectif), peut accueillir jusqu'à 12 passagers et se trouve dans toutes les villes. Les songthaews sont des pick-ups ouverts à l’arrière et équipées de deux rangées de bancs placées en longueur. Pas très confortables, ils dépannent sur les courts trajets ; sur les plus longues distances, ça peut devenir fatiguant.

Négocier très ferme. Un conseil : éviter les tuk-tuk stationnés face aux grands hôtels, aux restos chic ou aux supérettes occidentales.

Une course en centre-ville de 5 mn se monnaie autour de 15 à 20 000 kips pour le tuk-tuk complet. Si vous embarquez sur un jumbo collectif, comptez 5 000 kips par personne.
Sachez aussi qu'après 21h-22h, les chauffeurs ont l’habitude de majorer leurs tarifs de 50 % environ...

Peu de chauffeurs comprennent l'anglais ou le français, il est donc assez utile d’avoir le nom de la destination écrite en lao.

Moto

Pour louer une moto au Laos, on conseille d’être expérimenté ; les accidents sont fréquents sur des routes souvent en mauvais état. Ils représentent l’une des premières causes de mortalité des touristes dans le pays, avec la précarité des structures médicales. Toutefois, force est de constater que ce mode de locomotion est populaire auprès des routards, notamment sur certaines jolies boucles du sud du pays (région de Thakhek, plateau des Bolavens) et pour explorer les villages du nord.

- Si vous n’avez pas le permis moto, un loueur sérieux ne vous confiera jamais un de ses engins.

- Si vous n’avez pas le permis moto, un loueur sérieux ne vous confiera jamais un de ses engins. De toute façon, sans expérience, on déconseille carrément, ça serait trop dangereux. On tient à vous ! Contentez-vous d’un scooter pour explorer les environs.

- On le sait, c’est tentant, de rouler en tongs et la tête nue sous ces latitudes. Niet ! Pantalon, tee-shirt manches longues (déjà pour les coups de soleil), chaussures fermées, casque (d’ailleurs obligatoire, amende prévue) sont hautement conseillés.

- Bien vérifier l’état du deux-roues, ses freins, et les phares. À ce sujet, la conduite de nuit est à proscrire absolument, d’autant plus en rase campagne. C’est extrêmement dangereux : nids-de-poule ou plutôt d’éléphant, passages sans bitume, chiens et bétail errants, automobilistes et autres motards alcoolisés. Prévoyez large si votre étape est longue.
- La plupart du temps, les loueurs ne proposent pas d’assurance. Privilégier ceux qui en ont. Mais même si elle existe, il ne s’agit que d’une formule au tiers et à minima.

Devant la recrudescence des vols de motos louées, il est recommandé :
- d’utiliser un antivol personnel (cadenas, chaîne) ;
- de vérifier les termes du contrat de location et de ne pas laisser son passeport en dépôt auprès du loueur, l’ambassade ne pouvant délivrer un laissez-passer pour un retour en France qu’en cas de vol ou de perte déclarés du passeport auprès de la police ;
- de privilégier la caution par carte de paiement avec couverture par une assurance internationale ;
- de préférer, en cas de différend avec le loueur, un compromis aussi satisfaisant que possible, négocié avec calme et courtoisie, afin d’éviter que l’affaire soit portée devant la police.
- Un grand tour à moto ne doit jamais être envisagé seul.

Avion

L'avion est le moyen de transport le plus pratique et le plus rapide pour se déplacer à l'intérieur du Laos. Au départ de Vientiane, la compagnie Lao Airlines assure des vols quotidiens pour Luang Prabang, Paksé, Xieng Khouang, Oudom Xai, Luang Nam Tha et Savannakhet. Également des vols au départ de Luang Prabang pour Paksé.
Les avions sont souvent retardés quand la météo est mauvaise, surtout en saison des pluies. De même, les vols sur les petites lignes peuvent être annulés si l'avion n'est pas suffisamment rempli ou si les conditions climatiques sont incompatibles avec la petite taille des appareils. On vous conseille donc de prévoir large votre itinéraire, surtout si vous devez prendre ensuite un vol international.

Sachez, en tout cas, que Lao Airlines affrète des Airbus A 320 et ATR 72. Début 2017, non seulement elle ne figurait pas sur la liste noire des compagnies aériennes, mais elle proposait une bonne qualité de services.
Également la compagnie Lao Skyway qui vole entre autres avec un ou 2 appareils chinois et opère au départ de Vientiane des vols à destination de Luang Prabang, Luang Nam Tha, Oudom Xai, Beun Neua (nord du pays).

Seules les villes de Vientiane, Luang Prabang, Paksé et Savannakhet possèdent des aéroports internationaux.

Bateau

Fleuve de légendes, le Mékong serpente entre des rives montagneuses et rocheuses dans le nord du pays, couvertes de forêts tropicales humides dans le Sud. Ici et là, noyés dans la végétation luxuriante des berges, quelques discrets villages vivent encore relativement loin du monde moderne...
Naviguer sur le Mékong et ses affluents garantit de belles croisières au fil de l’eau. Leur charme tient aussi au fait que les locaux les utilisent comme voies de transport.
Mais la construction de barrages, notamment sur la Nam Ou, dans le nord, tronçonne de plus en plus les périples. Si bien que la route tend à supplanter le fleuve.

Les secteurs navigables du Mékong

Théoriquement, on peut naviguer toute l’année entre Luang Prabang et Houeisai, en passant par Pakbeng. Il est aussi possible de naviguer entre Paksé et Champasak, jusqu’à l’île de Don Khong, et même Don Khône et Don Det plus au sud, si le niveau d’eau le permet.

Les différents types de bateaux

- Les petits bateaux privés : ces bateaux-taxis organisent des promenades sur le fleuve à l'heure, à la demi-journée ou à la journée ; rarement plus.

- Les slow boats (bateaux lents) : c'est « l'autobus fluvial laotien ». Il s’agit d’un bateau régulier à moteur, sorte de mini-péniche d’une quarantaine de mètres de long, à faible tirant d’eau. Ils peuvent embarquer une centaine de personnes. Les Laotiens l’utilisent car il est économique et permet d’embarquer les marchandises. Les passagers sont assis sous une toiture à claire-voie. Et comme la vitesse est lente, on a bien le temps d’apprécier les superbes paysages. On y vend en principe des boissons et petits snacks, mais rien ne vous empêche d’emporter des victuailles.

- Les speed boats : ce sont des bateaux rapides de 6-8 personnes, genre hors-bord, qui permettent de relier Luang Prabang à Houeisai via Pakbeng, à mi-chemin. Ils fendent la surface de l’eau à 50 km/h, sont bruyants, inconfortables (prévoir un coussin pour protéger le dos, un coupe-vent, un bon vêtement de pluie, et une bonne dose de crème solaire !) et manquent singulièrement de poésie.
En principe, on voyage casqué, ce qui donne des allures d’équipage de bobsleigh. Les speed boats séduiront les amateurs de sensations fortes. Mais 6h30 sur de tels engins, c’est long.
On vous déconseille franchement de les emprunter pendant la mousson ou suite à de fortes pluies. Le Mékong (ou ses affluents) charrie des obstacles dangereux.
Ces engins sont propulsés par une bouteille de gaz à l’arrière du bateau ou de l'essence. Le moindre choc violent peut être fatal. Il y a déjà eu des accidents.

- Les bateaux de croisière Wat Phou et Luang Say : une formule coûteuse et luxueuse. Il s'agit de longs bateaux en bois à faible tirant d'eau, équipés pour de petits groupes. Des croisières de 3 jours et 2 nuits ont lieu dans le sud du Laos à bord du Wat Phou.
Également des croisières de 2 jours dans le nord du pays, à bord du Luang Say entre Luang Prabang et Houeisai, avec nuit à Pakbeng, dans un hôtel-lodge de luxe.

- Les bateaux de croisière Shompoocruise : là encore, il s’agit de longs bateaux en bois qui relient Luang Prabang à Houeisai en 2 jours et 1 nuit, mais prestations moins luxueuses et moins onéreuses que celles de Wat Phou et Luang Say.

Train

Le Laos possède actuellement un réseau ferré plutôt modeste : 3,5 km s’étirant entre le pont de l’Amitié et la station de Thanaleng, située à 17 km de Vientiane. De cette gare, vous pouvez rejoindre Vientiane par bus, tuk-tuk ou taxi. Cependant, la majorité des voyageurs du rail en provenance de la Thaïlande (Bangkok, Ayutthaya...) continue de descendre à la gare frontalière de Nong Khai.

Il est prévu quatre lignes ferroviaires dans les prochaines années. Elles connecteront le Laos à ses pays voisins.

Retour en haut de page

Services voyage



Forum Laos

Voir tous les messages
Transport

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Transport Laos

Vos discussions préférées du forum Transport Laos

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Laos

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Laos

Agenda Laos

Laos Les articles à lire