Carte d'identité Brésil

- Nom officiel : République fédérale du Brésil.
- Capitale : Brasília.
- Superficie : 8 514 876 km², divisés en 26 États et un district fédéral. 7 491 km de côtes.
- Population : 203,6 millions habitants (estimation 2014).
- Densité de la population : 24,2 hab./km² (avec 87 % de population urbaine et 70 % des Brésiliens vivant à moins de 100 km de la mer).
- Monnaie : real (pluriel reais).
- Langue officielle : portugais du Brésil.
- Régime : démocratie constitutionnelle. Régime présidentiel.
- Chef de l'État : Michel Temer, nommé président par intérim en mai 2016, aprèq qu'une procédure de destitution a été lancée à l'encontre de la présidente Dilma Rousseff.
- Religion principale : catholique (65 % de la population).
- Salaire minimum mensuel : 724 Rls (environ 217 € par mois).

- Sites inscrits au Patrimoine mondial de l'Unesco : Brasília ; le parc national d'Iguaçu ; le centre historique de la ville d'Olinda ; le centre historique de la ville de Diamantina ; le centre historique de Salvador da Bahia ; le centre historique de São Luis ; la place São Francisco, dans la ville de São Cristovão ; le sanctuaire du Bom Jesus à Congonhas ; la ville historique d’Ouro Preto ; l’aire de conservation du Pantanal ; le complexe de conservation de l’Amazonie centrale ; la côte de la découverte - Réserves de la forêt atlantique (États de Bahia et de l’Espírito Santo) ; la forêt atlantique - Réserves du Sud-Est (États du Paraná et de São Paulo) ; Rio de Janeiro.

Économie

Pays continent aux multiples atouts, le Brésil est l’une des puissances montantes du XXIe siècle : cinquième du monde par sa population, il a remboursé sa dette extérieure et ne dépend plus du FMI, est indépendant en matières premières et en ressources minérales, et a atteint l'autosuffisance énergétique.

Une puissance émergente

Le Brésil est aujourd’hui une des grandes puissances émergentes réunies dans le groupe des BRICS (Brazil, Russia, India, China et South Africa, selon l’acronyme anglais). Ces cinq pays représentent à eux seuls 40 % de la population mondiale et plus du quart du PIB de la planète - un chiffre qui devrait atteindre 40 % en 2025.
Il faudra de plus en plus compter avec eux, même si des divergences existent entre les membres de l’organisation.
La Chine est le premier partenaire commercial du Brésil.

Agriculture et élevage

Le Brésil est d'abord un géant agricole. Il se place parmi les premiers producteurs et exportateurs agroalimentaires et agro-industriels du monde : café, canne à sucre, soja, coton, cacao, agrumes, pâte à papier et cellulose, viandes. .« Le Brésil sera la ferme du monde », avait déclaré le président Lula...

L’agriculture joue un rôle de premier plan dans l’économie du pays (19 % de la population active en 2014), bien qu’elle ne représente que 5,7 % du PIB, et contribue de manière très significative au maintien de la croissance.
Avec plus de 15 % des ressources mondiales renouvelables en eau potable (record mondial) et plus de 200 millions d’hectares encore inexploités, le Brésil n’a pas dit son dernier mot. Oui, mais à quel prix ? Qui dit agriculture intensive dit aussi déboisement, utilisation massive de pesticides et de semences OGM, épuisement des sols...

- Sucre : le Brésil est, de loin, le 1er producteur mondial de sucre.
- Café : 1er producteur et exportateur mondial de café.
- Soja : le Brésil a détrôné les États-Unis et est aujourd’hui le 1er producteur mondial.
- Orange et cacao : le Brésil est le 1er producteur mondial de jus d’orange et le 6e de cacao.
- Maïs : 3e producteur mondial.
- Tabac, manioc, coton : 2e producteur mondial de tabac et de manioc, 5e pour le coton.
- Viande : 2e pays du monde pour l’élevage de bovins.

L’économie de la forêt brésilienne

La forêt recèle des richesses comme l’huile de tung (vernicia) utilisée en imprimerie, la cire de carnaúba (cosmétiques), la fibre de caroá (corderie), le caoutchouc (latex de l’hévéa), mais aussi des huiles végétales, des résines, sans parler de l’immense variété de plantes médicinales. Les États forestiers du Nord sont à leur tour touchés par la croissance de l’agro-industrie. L’État du Pará produit à lui seul 80 % du bois tropical exporté par le Brésil.

Les mines et l’industrie

27 % du PIB du pays provient des industries et des mines.

- L’industrie minière est d’abord attachée au fer. Le Brésil pourrait bientôt dépasser l’Australie et devenir le 2e producteur mondial, après la Chine, et il détient les deuxièmes réserves de la planète.
- L'industrie automobile : 7e producteur de véhicules automobiles au monde, en fort déclin courant 2015.

Le tourisme au Brésil

Le Brésil fait rêver et attire de plus en plus. En 2014, année du Mondial au Brésil et en toute logique, année record, près de 7 millions de personnes ont visité le pays.

Quelque 7 millions d’emplois dépendent directement ou indirectement du tourisme. Bien décidé à encourager le mouvement, le gouvernement s’est attaqué à la fragilité et à l’insuffisance des infrastructures.
Dans le cadre du Mondial 2014 et des Jeux olympiques de 2016 à Rio, de grands travaux ont été entrepris pour mettre à niveau les aéroports du pays, améliorer la sécurité, encourager le développement de l’hôtellerie, etc.

Mieux redistribuer les richesses

Malgré ces avancées, le Brésil reste l’un des pays les plus inégalitaires au monde. Cela tient à des raisons historiques, mais en partie aussi à sa politique fiscale : la majorité des impôts étant indirects (comme la TVA), les plus pauvres, qui consomment la quasi-totalité de leurs ressources, se retrouvent proportionnellement plus taxés que les nantis. L’impôt sur le revenu (non progressif) ne permet ni de rééquilibrer cette injustice ni de redistribuer suffisamment les richesses.

Droits de l'Homme

Déjà écornée par les coûts exorbitants du Mondial 2014 et des JO prévus pour 2016, qui tranchent avec les besoins du pays en services publics (éducation, santé...), l’image du Parti des Travailleurs (PT) et de ses alliés dans la coalition au pouvoir a pris un nouveau coup. On savait le pays ravagé par la corruption, mais le scandale Petrobras – immense affaire de pots de vin incluant des entreprises de BTP et dépassant les frontières de l’État – a créé un fossé de plus entre la population brésilienne et ses élites.
Des manifestations monstres ont eu lieu durant toute l’année, même si certains y ont vu la main d’une opposition qui tente de se refaire une virginité.
Pour d’autres, ces révélations sont également le signe que la justice brésilienne fonctionne mieux. Des affaires qui viennent ternir des résultats pourtant encourageants en matière de lutte contre la pauvreté, liés en grande partie aux programmes sociaux mis en place par les derniers gouvernements.

Le Brésil peine par ailleurs à faire face à son deuxième ennemi le plus important : la violence. Près de 54 269 meurtres ont été commis au Brésil en 2013. Les jeunes issus des populations noires – les plus pauvres du pays – en sont les premières victimes. Une culture de la violence largement entretenue par les forces de police, responsables à elles seules de plus de 2 200 morts.
Même si des « purges » ont été effectuées dans les rangs de la police, et qu’un mécanisme de lutte contre la torture a été mis en place, la justice continue de protéger les forces de l’ordre, qui demeurent largement impunies. Les forces de l’ordre se défendent, en montrant les résultats obtenus, avec la « pacification » de nombreuses favelas.

La violence touche également d’autres secteurs que les grandes villes. Malgré une mobilisation importante, les petits paysans ou les populations indigènes doivent toujours faire face à la voracité des orpailleurs, grands propriétaires terriens ou multinationales. La loi sur la redistribution des terres, spoliées sous la dictature, n’est appliquée qu’au compte-goutte, et les ONG dénoncent le soutien aux grandes exploitations, visant à accroître l’agrobusiness.
Les populations indiennes se heurtent également régulièrement aux promoteurs de gros projets miniers ou hydroélectriques.

Sur un tout autre plan, le Brésil a enfin établi une Commission vérité pour enquêter sur les exactions de la dictature militaire (1964-1985). Fin 2014, elle a reconnu la mort ou la disparition avérée de 434 personnes durant cette période, et demandé à ce que les tortionnaires, toujours couverts par une loi d’amnistie, soient poursuivis.

Forum Brésil

Voir tous les messages

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

BESOIN D'UN RENSEIGNEMENT ?

Poser une question

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ? Cherchez et trouvez ici votre compagnon de route.

Petites annonces Brésil

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...