Deux parcs incontournables en Thaïlande, Khao Yai et Khao Sok, aussi bien pour leurs fantastiques paysages que pour leur faune et leur flore.

Parc national de Khao Yai

Parc national de Khao Yai
Cascade Haew Suwat © anekoho - Fotolia

Cité à l’Unesco, Khao Yai est le plus vieux (1962) et plus grand (+ de 2 000 km2) parc national de Thaïlande.

Située à 120 km seulement au nord-est de Bangkok, la « Grande Montagne » propose aux visiteurs de nombreuses randos en solo ou guidées,  dans des paysages et écosystèmes très variés.

Une faune et une flore exceptionnelles

Sa superficie et ses caractéristiques remarquables aident à protéger des centaines d’espèces animales, dont de nombreuses sont menacées. Il n’est pourtant qu’un vestige de la forteresse végétale séparant autrefois l’Isan (nord-est du pays) de la plaine centrale.

Une trentaine d’espèces de grands mammifères vit dans le parc et les éléphants sont les maîtres des lieux. Aussi vif que musculeux, le gaur, quant à lui, préfère rester caché, tout comme le barking deer (cerf Muntjac) ou le dhole (chiens sauvage d’Asie).

Au contraire, les cerfs aiment flâner autour des aires de camping, tout comme les nombreux macaques, volontiers chapardeurs. Du gibbon par contre, arboricole timide dédaignant la terre ferme, on se contente souvent des cris hantés.

Parmi les 400 espèces d’oiseaux du parc, l’emblématique calao nargue les terriens du sommet de la canopée, mais se signale par le brouhaha de son vol.

Passage obligé au centre d’information pour récupérer plan et infos avant de s’engager sur la dizaine de sentiers irriguant la partie ouest. Ils mènent à de beaux points de vue et à de nombreuses cascades, comme Haew Suwat, vedette avec Leonardo di Caprio de La Plage et l’impressionnante Haew Narok (300 m, 4 paliers).

Seules les pistes de pachydermes servent de sentiers dans la partie orientale du parc. Guidage impératif. D’ailleurs, un ranger renforce toujours l’intérêt d’une rando, se renseigner au QG, où on pourra aussi s’inscrire à une sortie nocturne.

Pour les Thaïs, Khao Yai est autant synonyme de plein air que de rando. Grosse affluence les w-e et j. fériés.

Infos pratiques

Accès : Par Pakchong, env. 20 km au nord de l’entrée. Une route traverse le parc. Entrée : 400 baths,  env. 10 € (attention validité perdue si sortie). Ouv 6h-21h tlj. Pas de taxis à l’intérieur, se regrouper et louer auprès des rangers ou faire du stop (ça marche).

Se loger : résa à l’avance conseillée pour les bungalows ; les campings sont rarement pleins (loc. tentes et de tout le matos possible). Épicerie et resto (ferme tôt) proche du Visitor Center et des hébergements. On peut aussi se loger à Pakchong et profiter de tours organisés.
Quand y aller : nov-mars (saison sèche; cascades à sec les derniers mois ;  nuits fraiches déc-fév). Faune : éléphants, nov-dec ; calaos, jan-fév. Avr-sept : flore exubérante mais très humide.

Parc national de Khao Sok

Parc national de Khao Sok
Lac Chiew Lan © loca4motion - Fotolia

Au centre de la péninsule méridionale, à mi-chemin entre Phuket et Ko Samui, le Parc national de Khao Sok protège 700 km2 de reliefs calcaires, terrestres ou immergés par un spectaculaire lac de retenue.

Deux sections, - l’une terrestre, l’autre lacustre -, composent ce monde à la fois chaotique et extrêmement photogénique, recouvert d’une forêt en grande partie primaire, vieille de 150 millions d’années, refuge d’une nature exubérante et très particulière.

Le plaisant village-rue de Khlong Sok sert d’accès à la partie ferme du parc.  À 70 km à l‘est par la nationale, on embarque via Ban Ta Khun sur les bateaux sillonnant  les 170 km2 du lac Chiew Lan. Formé en 1982 par le barrage de Rachabrapha, il donna lieu à une spectaculaire opération de sauvetage de la faune. Ce traumatisme  a toutefois généré un paysage calcaire stupéfiant de collines, pitons et falaises émergeant de l’eau, parfois baptisé le « Guilin thaïlandais ».

La géologie et le climat très humide sont propices aux géants de tous genres (bambous, arbres, fleur parasite Rafflésia) et à la présence de nombreuses espèces animales : éléphants, gaurs, léopards, gibbons, macaques, Semnopithèque Obscur (Dusky Langur), serpents, env. 200 espèces d’oiseaux, etc.

Que faire à Khao Sok ?

Khao Sok s’accorde à tous les désirs et même au semi-farniente. Profiter du village, des géniales « Tree-Houses » aménagées dans les arbres, tranquilles sorties en canoë, voire en bouée...  Il serait toutefois dommage de ne pas randonner sur la dizaine de sentiers balisés partant de l’entrée du parc, de ne pas se joindre à une observation des oiseaux ou une sortie de nuit guidée. 

Il faut absolument voguer sur le lac et, encore mieux, dormir au moins une nuit sur une maison flottante. Bercé par les chants de la jungle, on se réveille entouré de brumes progressivement déchirées par les pitons calcaires..

Les trekkeurs s’intéresseront à de plus profondes immersions dans le parc, d’une à plusieurs nuits avec camping. Certains treks s’étendent aux  parcs et sanctuaires voisins de Kaeng Krung, Phang Nga, Khlong Nakha et Khlong Phanom : superficie totale de la zone, 4400 km2 , le double de Khao Yai et autant que Taman Negara !

Texte : Dominique Roland

Les articles à lire