Parcs nationaux et randonnées en Asie du Sud-Est

Parcs et randos : Vietnam et Laos

Cap sur les montagnes, dans les régions de Luang Nam Tha et Sapa, pour partir à la rencontre des ethnies locales.

Région de Sapa (Vietnam)

Région de Sapa (Vietnam)
Sapa © TB[Picnic] - Fotolia

Située à 350 km au nord-ouest d’Hanoi, Sapa , l’ancienne station climatique des colons français, offre de superbes vues sur les vallées et montagnes avoisinantes depuis ses 1650 m d’altitude.

Plutôt que de réserver un package à l’avance, on suggère de choisir sur place. Plus facile alors d’organiser un tour « privé » évitant de se retrouver en groupe de 10 personnes (voire plus), et de privilégier les agences gérées par les ethnies. Bon exemple: Sapa O'Chau, tenue par des Hmong, avec l’objectif d’élever le taux et la réussite des scolarisations.

Excursions en tous genres

La durée des excursions oscille entre une balade de 4-6h et 3j. Au prog : 3-5h de marche/j. facile à modérée (dénivelé, sentiers parfois glissants), logement chez les habitants de pittoresques villages Hmong, Dao ou Tay et garantie d’une cuisine locale bien goûtue!

De petites sorties d’une journée à pied ou à vélo sont parfaitement envisageables sans guide, vers les villages de Cat Cat ou Taphin par exemple.

Les trekkeurs confirmés – sentiers étroits et raides, nuit à 2200 m, bon  équipement nécessaire, 2-3 nuits de camping – pourront s’attaquer au plus haut sommet vietnamien, le Fansipan (3143m),  commandant des vues jusqu’au Yunnan (Chine), si la météo le veut bien.

Autant que les panoramas (brouillard fréquent, prévoir 4j. pour assurer), une quinzaine de groupes ethniques différents illuminent les escapades.  Également présents au Laos et en Thaïlande, ces peuples sont originaires de Chine où ils sont encore très nombreux (voir notre reportage le Yunnan du Fleuve Rouge).

Extrêmement colorés et animés, les marchés sont aussi vitaux pour l’économie que pour se distraire de vies autrement rudes. Les plus intéressants sont ceux du samedi à Can Cau et du  dimanche à Muong Hum (30 km de Sapa). À 100 km, sur la rive opposée du Fleuve Rouge, ceux du district de Bac Ha sont moins visités.

Infos pratiques

Accès : depuis Hanoi, en train de nuit puis minivan ou en bus.

Quand y aller : avoir une polaire est judicieux toute l’année, il suffit que le bouillard humide descende sur Sapa. Pas vraiment de période idéale, toutes ont leurs avantages et leurs inconvénients.  En « hiver » (déc – janv ; gelée nocturne possible, neige parfois...), privilégier les hébergements chauffés, si possible avec cheminée. Janv-fév, attention au Nouvel an (Fête du Tet), paralysant le pays. Mai- oct, plus chaud et humide mais reste supportable, attention quand même à juil -août (pluie tous les jours). Sept- nov et mars-mai sont bien pour les panoramas. Rizières vertes en mai, jaunes en sept.

Région de Luang Nam Tha (nord Laos)

Région de Luang Nam Tha (nord Laos)
Panthère nébuleuse © okoumi - Fotolia

Capitale de la province homonyme sise dans les montagnes du Nord Laos, Luang Nam Tha - à 300 km de Luang Prabang et 60 km de la frontière chinoise -  est la meilleure base pour explorer une étonnante région, peuplée d’une trentaine d’ethnies et dotée d’un parc national de 2200 km2 .

Appartenant au célèbre Triangle d’Or, la zone englobe  les bassins de 3 rivières alimentant le Mékong. Encore largement boisée, elle représente l’un des derniers refuges régionaux pour une faune gravement menacée, incluant la panthère nébuleuse, l’éléphant et le gaur.

Eco-tourisme et immersion dans la jungle

Une collaboration entre des ONG et le gouvernement laotien a défini l’éco-tourisme comme principe d’exploitation. L’argent gagné lors des activités (trek, VTT, kayak, pirogue motorisée, camping en forêt, nuit chez l’habitant) profite en partie aux communautés locales et à leur sauvegarde. Toutefois, le succès et l’ouverture récente à d’autres opérateurs malmène quelque peu ce crédo...

Plusieurs agences de Luang Namtha et Luang Prabang proposent des programmes assez semblables, mais censés exploiter des secteurs exclusifs, afin d’éviter aux groupes de se marcher sur les pieds. Bien comparer les offres et profils des structures, essayer de récupérer des tuyaux auprès d’autres voyageurs.

Au choix : 2 grands thèmes - séjour « ethnique » ou immersion dans la jungle - à  combiner selon ses gouts sur 1 à 3 j. de durée, avec des variantes spécifiques comme « survivre dans la jungle... ». Compter 6h. max de marche/j. en groupe de 8 pers max. 

Chaleur humide, terrain accidenté... ces randonnées sont exigeantes. Emporter quelques réserves perso (eau, nourriture), un sac à viande, une polaire (ça caille la nuit, gros différentiel avec la journée, surtout en déc-janv)  et un imper.

Plusieurs balades à pied ou en vélo rayonnent depuis Luang Namtha vers des stupas, des cascades et des villages de tisserands ou de distillateurs enthousiastes. Attention au convivial mais puissant alcool lao lao !

Dans le parc de la Nam Kan, 150 km au sud-ouest de Luang Namtha, la remarquable structure écotouristique Gibbon Experience a aménagé des maisons dans les arbres, ponts de corde, tyroliennes et sentiers impliquant plus de cents autochtones.

Infos pratiques

Accès : depuis Luang Prabang via Udomxai (hub routier du secteur) ; depuis la frontière thaïlandaise de Chiang Khong-Ban Hueisai.

Se loger : nombreuses guesthouses petit et moyen budgets à Luang Namtha. Tours avec hébergement, compter à partir de 150 $/pers  pour 3 j., base 4 pers tt compris .

Quand y aller : en saison sèche (nov-avr). Végétation plus luxuriante pendant les pluies mais certains itinéraires sont alors inaccessibles.

Texte : Dominique Roland

Randonnée et trek - Les articles à lire