Escapade romantique à Dubrovnik

Escapade romantique à Dubrovnik
Office du tourisme de Dubrovnik

Hors saison, Dubrovnik, plus calme, se livre en toute intimité à ses admirateurs. Ruelles, palais et couvents à l’abri des remparts se visitent dans la douceur de l’hiver méditerranéen. Accessible toute l'année désormais en vol direct depuis Paris, la perle de l’Adriatique est une destination idéale pour un week-end en amoureux. C’est le moment de (re)découvrir les charmes de Dubrovnik !

Dubrovnik, séduisante en toutes saisons

Dubrovnik en hiver. Pourquoi pas ? Revers du succès, la perle de l’Adriatique attire les foules en été. Or, c’est quand elle est un peu délaissée par ses prétendants qu’il faut aller faire la cour à la belle. Elle se livre alors dans toute sa splendeur. Tôt le matin ou la nuit, en été. Ou alors carrément hors saison. Bonne nouvelle : la ville est désormais desservie en vol direct (en 2 h 15) depuis Paris toute l’année.

Entourée de remparts et de fortifications, Dubrovnik fait preuve d’une rare harmonie architecturale. Une ville digne d’un décor de théâtre, au pied d’un amphithéâtre de montagnes dévalant dans le bleu de la Méditerranée. Assiégée pendant six mois par les Serbes en 1991, l’ancienne Raguse a survécu à la guerre. Dubrovnik a conservé ses palais et ses églises de calcaire, ses ruelles recouvertes de dalles blanches et ses maisons aux toits de tuiles rouges.

Autant de témoignages de sa grandeur passée : grande rivale de Venise, la ville fut une république libre et prospère du XVe au XVIIe s. S’y promener est un pur bonheur : on a l’impression de changer d’époque. Idéal pour les romantiques.

Balade dans la vieille ville

Bonne nouvelle pour les marcheurs : la vieille ville de Dubrovnik, où se trouve tout ce qu’il y a à voir, est entièrement piétonnière. Avant de vous lancer dans les rues de la cité, il faut absolument se promener sur les remparts qui l’enserrent. L’entrée est chère (10€), mais la promenade vaut le coup : superbes perspectives sur les toits rouges, surmontés de clochers ou de coupoles, se détachant sur le bleu de la mer.

Une fois l’une des portes de la ville franchie, la machine à remonter le temps se met en marche. C’est un régal ! Commencez par remonter la Placa (Stradun), l’avenue principale dallée de calcaire poli et bordée de magnifiques demeures des XVIe et XVIIe s., dont les façades claires prennent des teintes dorées au soleil.

En chemin, le monastère des franciscains abrite l’une des plus vieilles pharmacies d’Europe (1317) et un cloître de style roman tardif. Au bout de Placa, voici le coeur de Dubrovnik, dominé par la tour de l’horloge : l’église Saint-Blaise consacrée au patron de la ville (dont on retrouve des statues partout), le palais Sponza, de style Renaissance, qui abritait la douane et l’académie de Raguse, et à quelques mètres, le palais des Recteurs, où siégeait le gouverneur de la ville.

Après, laissez vous aller au hasard des ruelles très étroites ou des escaliers escarpés du nord de la ville, où les chats se prélassent et le linge pend aux fenêtres. On dirait le Sud... Le cloître des dominicains (XVe) entourant une cour plantée d’orangers et de citronniers, est un havre de paix. Le trésor de la cathédrale recèle nombre de reliques de saint Blaise, toutes d’or et d’argent. Les escaliers qui conduisent à Saint-Ignace évoquent ceux de la place d’Espagne à Rome.

Îles et campagne : de superbes excursions

A partir de Dubrovnik, plusieurs excursions sont à conseiller. Quand il fait beau, cap sur les îles qui font face à a la ville. A 15 mn de bateau, Lokrum est un petit paradis sans voiture, ni maison. Plus éloignées, les îles Elaphites sont aussi plus désertes. En été, ce sont de petits paradis pour se baigner (pas de plage de sable) dans l’eau translucide.

Autre site recommandable : le village balnéaire de Cavtat, à une vingtaine de km de Dubrovnik, accessible en bateau, en bus ou en voiture. Belles maisons Renaissance inspirées du style de Raguse, en pierre blanche de Brac. Après une balade dans les ruelles de Cavtat et un crochet par la belle maison du peintre Vlaho Bukovac, on peut faire le tour à pied de la presqu’île de Rat qui s’avance dans le bleu de l’Adriatique. Splendide point de vue sur la côte et les montagnes dominant la mer avec, au loin, Dubrovnik.

Enfin, si vous êtes en voiture, explorez la campagne environnante dans le Konavle, qui se trouve entre Cavtat et la frontière monténégrine. Une splendide région de collines et de plaines, au pied des sévères montagnes de karst qui filent vers la Bosnie et le Monténégro. Le paysage est ponctué de pins, de cyprès, d’oliviers, de vignes et de champs.

Le long de la rivière Ljuta, on trouvait des moulins à eau, dont l’un d’entre eux est encore en action. Faites une halte dans une konoba (taverne) pour goûter aux produits locaux (excellentes viandes cuites sous cloche sous la cendre). Plus loin vers le sud, la péninsule de Prevlaka, ancienne base militaire, est aujourd’hui rendue à la nature. Tout au bout, un phare. C’est l’entrée des bouches de Kotor, un fjord grandiose classé au patrimoine naturel de l’Unesco. Ici s’achève la Croatie, face à vous, voici le Monténégro.

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Croatie.

Office national croate du tourisme

Office du tourisme de Dubrovnik

Office de tourisme de Cavtat Konavle

Comment y aller ?

Vol direct Paris CDG – Dubrovnik avec Croatia Airlines, assuré les vendredi et dimanche en hiver. Idéal pour un séjour week-end avec départ le vendredi matin et retour le dimanche en fin d’après-midi. Durée : 2 h 15. L’aller-retour est à partir de 119 €.

Climat

En hiver, Dubrovnik jouit d’un climat méditerranéen relativement doux, avec des températures dont la moyenne oscille entre 8° (janvier) et 15 ° (novembre).

Quelques fêtes à ne pas manquer

En décembre, marché de Noël et animations du Nouvel An dans la vieille ville et sur le Stradun. Du 2 au 4 février, Dubrovnik célèbre son patron lors de la populaire fête de la Saint-Blaise. Février est un mois très festif avec également un carnaval très coloré.

Où dormir ?

On trouve de nombreuses chambres chez l’habitant dans la vieille ville de Dubrovnik, ou dans les quartiers modernes de Lapad et Gruz (moins chers). Compter de 35 € à 70 € selon l’emplacement et la saison.

On a bien aimé la Villa Sigurata pour son emplacement près de Placa, le charme de ses (petites) chambres et l’accueil super sympa de Nikolina.

Où manger ?

- Lucin Kantun : Od Sigurate 8, à Dubrovnik. Tél : +385-20-321-003. Cuisine inventive dans une ruelle du centre. Menu dégustation 200 Kn (28 €) pour six plats.
- Dans le Konavle, ne pas manquer de déguster viandes ou poissons cuits sous la cendre dans une konoba. A Ljuta, la Konavoski Dvori est une excellente adresse (assez chic) au bord de la rivière. Plus abordable, la Konoba Vinica Monkovic (Tél +385-20-791-244) propose de bonnes viandes et de la truite en saison

Commencez votre voyage en musique, écoutez notre playlist Routard Balkans.

Playlist Routard Balkans

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Croatie Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage