Sur les marchés de Lomé

Lomé la curieuse : le vieux quartier populaire Bê et sa forêt sacrée

Lomé la curieuse : le vieux quartier populaire Bê et sa forêt sacrée
Laure Delmoly

Véritable dépotoir il y a encore quelques années, ce quartier longeant la lagune a été entièrement réaménagé par une ONG allemande. Aujourd’hui, il est devenu un lieu de résidence fort agréable où plus de 60 % de la population est d’origine étrangère : des Ghanéens, Maliens et surtout des Nigériens. À l’entrée du quartier siège le fétiche protecteur de la communauté « Bè Légba ».

J’ai rendez-vous à dix heures devant le centre communautaire de Bê avec Nelson, un professeur de français du quartier. Au centre communautaire, un concert est organisé afin de récolter des fonds pour les enfants. Ce soir, une fête est organisée au bord de la lagune. Bê semble être un quartier très vivant où il est bon de faire un tour si l’on est amateur de musique. Je parcours la rue principale où l’on trouve des échoppes de cordonniers, de tapissiers, de tailleurs et de réparateurs en tout genre.

Mais c’est la forêt sacrée, située au milieu d’un couvent, qui fait la particularité du quartier. Les filles adeptes de cette forêt y résident pendant trois ans. Lorsqu’elles en reviennent, leur statut a changé. Elles portent alors sur la peau un signe de scarification. Les hommes, eux, y sont torse et pieds nus. Mais cette tradition a tendance à se perdre… Depuis quelques années, cette forêt attire de moins en moins de fidèles car le christianisme est en train de supplanter l’animisme. Elle commence même à être bétonnée. Il devient difficile de l’apercevoir, à moins de réussir à rencontrer le responsable du couvent afin de décrocher une visite privée.

Texte : Laure Delmoly

Mise en ligne :

Voyage Togo

Bons Plans Voyage

Services voyage