Le meilleur du Costa Rica

Le meilleur du Costa Rica : Tamarindo et la péninsule de Nicoya

Le meilleur du Costa Rica : Tamarindo et la péninsule de Nicoya
© Olga Gabai - Adobe Stock

On ne parle plus ici que d’océan, de plage, de surf, de plongée, de pêche et de farniente. S’étendant sur environ 130 km de long pour 1 075 km2, la péninsule de Nicoya mêle terres d’élevage et forêts sèches, tapis de sable grisé, caps, îles et baies.

La région a été soumise par les Espagnols dès 1520, valant à la petite ville de Nicoya son air de vieille coloniale oubliée sous un soleil de plomb. Au-delà, on rejoint différentes stations au gré d’un réseau de pistes souvent cabossées partagées avec des chars à bœufs.

Parmi les plus connues, citons Playa del Coco et ses voisines Playa Ocotal et Hermosa, portes d’accès au parc national marin de Las Baulas. Là, les nuits d’octobre à mars, les colossales tortues luths viennent pondre sous haute surveillance.

L’ex-bourgade de pêcheurs de Tamarindo s’est, elle, muée en une station balnéaire animée. À la mi-journée, sur le sable, l’iode de l’air le cède aux effluves du coco. Pas celle des noix que l’on peut acheter déjà rafraîchies aux petits vendeurs, mais de l’huile à bronzer, dont se tartinent les chicas en bikini fluo. Planche sous le bras, tatouage au mollet ou sur l’épaule, les machos draguent sans timidité. Rendez-vous fixé, après la douche, au bar El Garito ou à la discoteca Acqua.

Les tortues de Playa Ostional:

Au sud de Tamarindo, la playa Ostional est célèbre, elle aussi, pour ses flotas (arribadas) de tortues olivâtres. C’est en octobre qu’elles sont les plus nombreuses : entre 200 000 et 1 million d’animaux selon les années et les sources.

Plus d’infos : www.nicoyapeninsula.com

Texte : Claude Hervé-Bazin

Costa Rica Les articles à lire

Voyage Costa Rica

Bons Plans Voyage

Services voyage