Étonnante Moulins

Étonnante Moulins
Jean-Marc Teissonnier / Ville de Moulins

Un week-end à Moulins ? À 2 h 30 de Paris, la préfecture de l’Allier saura vous surprendre. Beautés architecturales, musées inédits sur l’art sacré, le costume, l’illustration Jeunesse et les cabinets de curiosités environnent le célèbre tryptique du Maître de Moulins. De quoi bien remplir un séjour, en n’oubliant pas de déguster un tendre bœuf Charolais et des chocolats Palets d’Or.

Moulins, un riche patrimoine à découvrir

En centre-ville, depuis la gare de Moulins, tout se fait à pied. Le parcours mène au beffroi où les Jacquemart sonnent les quart d’heure depuis 1655. Arrêt inévitable à l’adorable boutique 1900 des Palets d’Or pour ces chocolats recouverts de pépites d’or, un régal depuis 1898…

La proche cathédrale Notre-Dame fait face aux toits de guingois du donjon de La Mal-coiffée. Levez la tête vers la façade religieuse restaurée au 19e siècle… Des animaux de pierre, tout droit sortis de l’imaginaire de Viollet-le-Duc, posent leurs pattes sur le balcon, voisins de curieux Bourbonnais sculptés sur les toits peuplés de gargouilles.

Dans la pénombre de la crypte, le triptyque du Maître de Moulins (1502) vous attend. Un grand moment devant tant de perfection cachée derrière les belles grisailles des panneaux d’ouverture.

À quelques pas, la Maison Mantin révèle les collections hétéroclites de ce riche Moulinois qui fit jaser au 19e siècle. Elle jouxte les collections lapidaires du musée Anne-de-Beaujeu.

Passant par la chapelle de la Visitation et son plafond en trompe-l’œil, il faut se rendre au musée de la Visitation qui expose sur cinq étages les collections, uniques en France, des Visitandines.

Prenez votre temps pour admirer les soies, les brocarts, les reliquaires, les tableaux, sans oublier les émeraudes et les coraux du Trésor à n’en plus finir. Un régal de beauté et de ferveur, rassemblé par un passionné, Gérard Picaud, et cité avec admiration par le couturier Christian Lacroix.

Une ville à la mode

Toujours en ville, le musée de l’Illustration Jeunesse explique l’évolution des éditions et des dessins pour les jeunes depuis le 19e siècle, sauf la BD. Des livres présentés sous vitrines, des ateliers et des expositions à thème comme celle sur les animaux de « Benjamin Rabier et la Vache qui Rit », sont à découvrir dans cet ancien hôtel dont les murs colorés annoncent le dynamisme intérieur.  

Passant par l’intéressante façade Art nouveau classée du Café Américain, on rejoint la grande place d’Allier où le sourire de la jeune Coco Chanel s’est longtemps reflété dans les dizaines de miroirs baroques laqués blanc du Grand Café. L’ambiance reste inimitable dans ce lieu où Gabrielle Chanel chantait à 18 ans devant les militaires en garnison : « Qui qu’a vu Coco ? », ce qui lui valut son surnom !

Il est temps de rejoindre les berges de l’Allier, aménagées pour la promenade avec un panorama sur la ville et ses clochers, dont l’église du Sacré-Cœur et sa Vierge noire dédiée aux mariniers.

De l’autre côté de l’imposant et unique pont Régemortes (18e s) en grès rouge, le superbe Centre national du Costume de scène conserve près de 10 000 costumes de théâtre, d’opéra et de ballets. Cette ancienne garnison voisine le bâtiment moderne réalisé par Wilmotte.

À l’intérieur, accompagnant l’espace permanent sur le danseur russe Rudolph Noureev et un café décoré par Lacroix, des salles d’exposition permettent aux costumes de sortir de l’obscurité des réserves.

Balades dans le Bourbonnais

À l’ouest de Moulins, les vallons de la campagne bourbonnaise abritent des villages aux églises intéressantes. Si le plan d’eau des Ozières, à Yzeure, invite à une baignade ou une balade en bateau, les modillons de la façade de l’église amusent avec « Jean-qui-pleure » et « Jean-qui-rit ».

Ne manquez pas la frise d’ours et de loups de l’église grise et rose d’Agonges, ni le curieux « debrédinoire » de Saint-Menoux. Ce dernier est réputé guérir les simples d’esprit qui passent leur tête par l’ouverture du sarcophage (13e s) situé dans le chœur. Nous avons essayé, sait-on jamais ?

La somptueuse église prieurale Saint-Pierre et Saint-Paul de Souvigny (10-15e s), cinquième fille de Cluny, abrite les tombeaux des Bourbons, un jardin historique et, dans la Grange, la très célèbre colonne du Zodiaque, unique au monde, chef-d’œuvre de l’art roman clunisien.

Elle est sculptée d’animaux fantastiques et de peuples étranges. De quoi rêver en s’asseyant sur l’un des nombreux bancs publics du village : ce sont tous des créations originales !

Plus au nord, les amateurs de châteaux visiteront celui d’Avrilly et ses jardins à Révol, et celui du Riau à Villeneuve-sur-Allier. Sur cette même commune, l’arboretum de Balaine, l’un des plus anciens de France, s’étend sur 20 hectares, avec une collection d’arbres coniques Nyssa sylvatica aux magnifiques couleurs automnales.

L’original Davidia involucrata, ou « arbre aux Mouchoirs », s’épanouit en mai-juin de fleurs tombantes et blanches qui expliquent son surnom. 

Fiche pratique

Pour préparer votre séjour, consultez notre fiche Auvergne
Office du tourisme d'Auvergne
Allier Tourisme

Ville de Moulins  Visites guidées à Moulins. Festival Jean Carmet sur les seconds rôles du cinéma, début octobre.

À ne pas manquer

. Musée de la Visitation. Nombreux ouvrages de G. Picaud et J. Foisselon. Expositions thématiques.

. Musée de l’Illustration Jeunesse, pour les petits et les grands.

. Centre national du Costume de scène. Expositions.

. Les Palets d’Or à la ganache Sérardy. Tél. : 04 70 44 02 71.

. Le Pal, 600 animaux en milieu naturel protégé, pour les enfants, à Dompierre-sur-Bresbre.

Où se loger, se restaurer ?

- Hôtel-restaurant Le Parc, face à la gare. Doubles 69-86 €.

- Le Grand Café, place d’Allier. Classé Monument historique.

Idées de randonnées

 L’Allier à pied,éd. FFRP, 2009

 

 

Texte : Anne-Marie Minvielle

Mise en ligne :

Auvergne Les articles à lire

Services voyage