Santé et sécurité Venezuela

Santé

Le système de santé est plutôt bon, bien que certains hôpitaux publics manquent un peu d’équipement et d’une petite rénovation. Les patients riches et ceux qui sont couverts par une assurance-maladie privée se font soigner dans les cliniques privées. Il y a une importante pénurie d’infirmières et les médecins ont tendance à s’installer dans les grandes villes. Par conséquent, le service de santé peut être assez précaire dans les campagnes.

Dans tous les cas, partez avec une assurance médicale et rapatriement.

Autrefois, on mourait beaucoup du paludisme (malaria) et du choléra. Ces maladies sont aujourd’hui en recul grâce aux mesures préventives. En revanche, le sida est en hausse dans les grands centres urbains.

Les vaccins

Il est comme partout conseillé d'être à jour de ses vaccins universels (DTCP, hépatite B). Aucun vaccin n’est obligatoire, à moins que vous ne vous rendiez dans la région amazonienne, les Llanos et la Grande Savane. Dans ce cas, prévoir les vaccins contre la typhoïde et l'hépatite A.

Le certificat international de vaccination contre la fièvre jaune ne sera demandé que si vous provenez d’une zone déclarée zone endémique de la fièvre jaune (comme la Guyane), mais le vaccin est fortement recommandé dans tous les cas.

Les maladies transmises par les moustiques

La dengue

La dengue est une maladie virale aiguë qui se propage par le biais d’un moustique qui pique la journée. Elle peut atteindre plusieurs niveaux de gravité. Sa forme la plus grave, la forme hémorragique, est désormais endémique dans certaines régions du Venezuela, notamment à Caracas. On pense que sa prolifération serait due à une urbanisation accélérée.
En l'absence de vaccin, il convient de se protéger des piqûres de moustiques.

Le paludisme

La maladie est présente toute l’année dans l'est et le sud du Venezuela, en particulier dans les régions reculées d'Amazonie, les zones rurales en-dessous de 1 000 m dans les États de Bolívar à l'est et d’Amazonas au sud. L’État de Bolívar est classé en zone 3 ; partout ailleurs, le Venezuela est classé en zone 1.

Le virus Zika

En raison de la présence du virus Zika transmis par des piqûres de moustiques-tigres, il est recommandé aux femmes enceintes ou ayant un projet de grossesse de différer leur séjour, et de se protéger contre les piqûres de moustiques.

Protection contre les moustiques

Portez des vêtements recouvrant le maximum de surface corporelle, utilisez des répulsifs anti-moustiques efficaces sur les parties non couvertes, restez loin des lumières électriques le soir, et dormez sous une moustiquaire pré-imprégnée d’insecticides.

L'hygiène alimentaire

Préférer l’eau en bouteille à celle du robinet évite de prendre des risques (surtout à Caracas où le taux de chlore est trop important). Prévoyez de quoi purifier l’eau en région reculée. Évitez les glaçons. Risques de bilharziose également : voir notre dossier sur l’eau en voyage. Ne pas se baigner dans les eaux douces et stagnantes sans s’être préalablement renseigné sur les risques.
Veiller à manger les aliments bien cuits.

Le mal aigu des montagnes (soroche)

Il est provoqué par l’élévation trop rapide en altitude qui peut se traduire par un simple mal de tête, des vomissements, une gêne respiratoire comme par un œdème pulmonaire aigu. Pour éviter cela, faire le moins d’efforts possible et monter très progressivement, ne pas trop manger, ni boire d’alcool ou fumer.

Petite particularité

- Le chagas est une maladie parasitaire transmise par une espèce de cafard noir qui habite dans les zones rurales, déshéritées des vallées et de l’Amazonie, notamment dans les maisons rustiques. Cette maladie grave est heureusement en nette régression depuis quelques années, et n’a jamais atteint que très exceptionnellement les touristes.

- L’ankylostomiase et l’anguillulose, deux maladies parasitaires dues à des vers qui vont se nicher et causer des dégâts dans les intestins, causant une anémie (les conséquences sont plus graves sur les enfants). L’infection se fait par la peau, le plus souvent en se baladant pieds nus dans la terre humide ou la boue en région tropicale. Plusieurs médicaments existent. Mettez des chaussures !

- Il y a pas mal de serpents - faites particulièrement attention en vous promenant dans les plantations et à la campagne - et quelques poissons vénéneux.

Sécurité

Le Venezuela fait partie des pays au monde ayant le plus fort taux de criminalité, surtout à Caracas mais aussi dans les autres villes. Et la situation continue de se dégrader. Le Venezuela est l'un des plus violents d'Amérique latine, et l'un des pays au plus fort taux de criminalité du monde.

Et c’est sans compter les guérilleros colombiens qui enlèvent des ressortissants étrangers. Il est ainsi formellement déconseillé de se rendre à la frontière avec la Colombie.

En conséquence, le ministère des Affaires étrangères déconseille sauf raison impérative tout voyage dans la grande majorité du pays.

En particulier, la plus grande vigilance s'impose en particulier dans les secteurs suivants :

  • Caracas, la ville la plus dangereuse du pays, surtout dans les barrios ou bidonvilles, et le quartier de Chacaito (avenue de Sabana Grande) ;
  • Cumana et ses deux péninsules, Paria et Araya ;
  • Dans la péninsule de Paraguana, au nord de la ville de Coro ;
  • A l’entrée du lac de Maracaïbo ;
  • Sur les îles de Margarita et de Los Testigos ;
  • Aux frontières avec la Colombie et le Brésil, dangereuses en raison des guérillas ;
  • Dans les aéroports, notamment l'aéroport international Maiquetía de Caracas.

Si vous voyagez au Venezuela, il est conseillé d'informer régulièrement ses proches de ses projets et de sa situation.

Taxis à l'aéroport

De nombreuses agressions armées ont été signalées à l'aéroport international de Caracas (Maiquetia). N'utilisez que les taxis identifiés, des véhicules blancs avec plaque minéralogique jaune et portant sur leurs portières le logo jaune « Anfitriones de Venezuela ». Ils sont stationnés au premier étage de l'aéroport. Mieux vaut ne pas donner suite aux offres non sollicitées et aux intermédiaires qui vous guideraient vers d'autres niveaux de l'aéroport.

Les taxis se commandent et se règlent d’avance dans des guichets spéciaux dans le hall d’arrivée (pas de négociation des tarifs avec le chauffeur). N’acceptez en aucun cas de monter au niveau supérieur de l’aéroport pour rejoindre un taxi : ceux-ci se trouvent uniquement au niveau auquel s’effectue la sortie.

Criminalité urbaine

La prudence s’impose en particulier dans les quartiers centraux et les quartiers pauvres (barrios) de Caracas, la ville la plus dangereuse du pays et l’une des 3 plus dangereuses du continent. La majorité des crimes sont commis dans les barrios (bidonvilles qui ceinturent la ville), mais aucun quartier n’est épargné.

Les vols à la tire sont fréquents dans les autobus bondés et les stations de métro.

Une fois la nuit tombée, mieux vaut rejoindre ses pénates. Le plus simple, c’est d’observer la population : quand tout le monde part, faites de même. À Maracaibo, la désertion du centre le soir venu est assez impressionnante.

Malgré ces propos alarmistes, on peut très bien boire un verre ou manger au resto dans les quartiers animés de la capitale le soir.

En général, pour le citadin, Caracas semble accessible, notamment grâce au métro. Vous en retirerez un certain sentiment de sécurité en vous déplaçant assez aisément de jour.

Transports

Le hijacking (détournement de voitures) a augmenté. Sous la menace d’une arme, les agresseurs forcent la victime à sortir de sa voiture et s’emparent de tous ses biens. Lorsque vous conduisez, gardez vos portières verrouillées et vos vitres montées. Utilisez les services de taxi munis d’un permis et d’un système de liaison radiophonique à partir de stations de taxi reconnues qui affichent clairement un numéro d’identification.

Dans les bus reliant une ville à une autre, renseignez-vous au préalable sur le coût du voyage et prévoyez la somme exacte en petites coupures : le personnel du bus rechigne généralement à vous rendre la monnaie, même si vous protestez. Prévoyez d’arriver avant la nuit.

Et il faudra se faire une raison : ne pas faire d'auto-stop !

Les îles et les plages

Des vols et agressions ont été signalés sur l’île de Margarita. Évitez le centre de Porlamar et ne vous fiez pas à l’apparente sécurité des complexes hôteliers. Prudence également sur l’îlot de Coche, les plages El Yaque, celles entre Choroni et Higuerote (est de l'État d'Aragua et État de Vargas), ainsi qu’entre Puerto la Cruz et Cumana (État de Sucre).

Des actes de piraterie sont également régulièrement signalés sur les côtes vénézuéliennes, et aux abords de l'île de Margarita. La navigation de plaisance comporte donc des risques. 

En province

La violence, les enlèvements, la contrebande et le trafic de drogue transfrontaliers étant fréquents, mieux vaut être sur ses gardes dans les États de Zulia, Tachira, Barinas, Bolivar et Apure. C’est là que les guérilleros colombiens et les mafias spécialisées dans le trafic de stupéfiants et l’enlèvement viennent cueillir le touriste.

Carte de crédit

À utiliser le moins possible en raison d'arnaques par clonage de cartes, et restez vigilants aux abords des banques lorsque vous vous apprêtez à retirer de l’argent.

Instabilité politique

Les tensions persistent entre le gouvernement et ses opposants. Au Venezuela, les choses peuvent vite déraper. Des manifestations peuvent parfois être accompagnées de violences, et tourner mal avec mise en place d’un couvre-feu, etc. Évitez d'aller au Venezuela en période d’élections, et suivez les infos.

Drogue

Les autorités vénézuéliennes surveillent de près les voyageurs empruntant les aéroports. Outre la douane aux frontières, vous rencontrerez parfois sur les routes des check-points de la garde nationale : ils vérifieront votre passeport et sont en droit de vous fouiller. Les sanctions encourues pour possession ou trafic de drogue sont le plus souvent de 10 ans (même pour de faibles quantités)... Les feuilles de coca, en vente libre dans certains pays andins, sont ici considérées comme des stupéfiants. Les contrevenants encourent 5 à 10 ans d’emprisonnement pour une infusion (mate de coca).

Risques sismiques

La cordillère littorale du Venezuela (et notamment Caracas) constitue une région de forte activité sismique.

Derniers conseils

- Ne pas porter d’objets de valeur.
- Toujours porter un document d’identité sur soi, ainsi qu’emporter une photocopie des papiers.
- Éviter de conduire soi-même à Caracas.
- Éviter les endroits déserts et limiter les déplacements nocturnes.
- Ne retirer de l’argent qu’en plein jour, dans les quartiers sûrs et jamais seul.
- Ne jamais résister à une agression à main armée.
- Ne pas négliger les avertissements des Vénézuéliens : vous en avez peut-être vu d’autres, mais ils ont certainement vu pire.

Équipez-vous pour votre voyage

Consultez la boutique du voyageur pour bien préparer vos vacances, vos week-ends, vos séjours : Tous les Guides du Routard, les produits santé & hygiène pour le voyage, le matériel Rando & Trek, les bagages et sacs à dos, Équipement & Vêtements voyage, Accessoires de voyage, mais aussi les produits Insolite & idées cadeaux pour voyageurs...

Services voyage



Forum Venezuela

Voir tous les messages
Santé et sécurité

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Santé et sécurité Venezuela

Vos discussions préférées du forum Santé et sécurité Venezuela

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Venezuela

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Venezuela

Agenda Venezuela

Venezuela Les articles à lire