Transports Tunisie

Le bus

La Société nationale de transport SNTRI dispose de bus qui vous conduiront dans les villages les plus isolés du pays. Sans oublier la dizaine de sociétés de transport régional (SRT Bizerte, SRTG Nabeul, SRT Le Kef, Jendouba...) et la nouvelle compagnie semi-privée STCI, aux tarifs légèrement plus élevés que ceux des compagnies nationales. Les prix demeurent un peu plus intéressants que ceux du train.
Dans le Sud, prendre le bus devient une expérience enrichissante, en particulier lorsqu'il s'arrête dans tous les villages.
La plupart des bus (notamment ceux de la SNTRI) sont très confortables et même climatisés. Pour les autres, les places assises sont rares.
En règle générale, pensez à réserver.

Le train

Le réseau ferroviaire compte environ 2 000 km de voies. Il existe plusieurs types de trains, l'autorail (confortable et rapide), les DC (climatisés), les AEX (express) et les omnibus.

Les trains, lents mais économiques, disposent de trois classes : la « confort », la première et la deuxième (qui est donc la dernière), celle-ci étant la plus bondée, mais, pour certains, la plus intéressante (sociologiquement, financièrement...). Assez peu de différences entre les deux autres classes : pour un dinar de plus (en classe confort), vous disposerez d’un fauteuil plus large et basculant.

La carte Bleue (rien à voir avec la carte de paiement française !) offre la possibilité d'un nombre illimité de voyages pour une durée de 7, 15 ou 21 jours. Elle coûte respectivement 30 Dt, 60 Dt et 90 Dt, en 2e classe. Aucune restriction d'âge ni de nationalité pour son obtention.
On peut aussi se procurer une carte de réduction allant de 25 à 35 % : la carte Jeune (pour 10 Dt - 5 €) à laquelle ont droit les jeunes jusqu'à 25 ans et les étudiants jusqu'à 30 ans.
Ou encore la carte de fidélité, qui offre des réductions de 20 à 30 % pour à peine 5 Dt (2,50 €) : rentable dès le premier aller-retour !

Les chemins de fer tunisiens sont ponctuels.

Renseignements auprès de la SNCFT.

Le taxi

De couleur jaune et équipé d'un compteur. Exigez absolument sa mise en marche. Le tarif officiel des taxis de ville est de 0,8 Dt/km (0,50 €) plus une prise en charge de 0,50 Dt. Dans l'ensemble, c'est un moyen de transport économique.
En dehors (et encore...) des trajets au départ des aéroports où les arnaques sont plus fréquentes, les chauffeurs sont très corrects. La nuit, les taxis qui ont une petite lumière rouge sont libres. Si elle est verte, inutile de les héler. En journée, ils sont libres si... il n'y a personne dedans... Les tarifs doublent entre 21h et 5h.

Le taxi collectif ou louage

Le taxi collectif est appelé « louage » en Tunisie. C’est un moyen de transport populaire, à peine plus cher que le bus et un peu plus rapide. Il s’agit de fourgonnettes qui partent une fois pleines, il n’y a donc pas d’horaires, mais la fréquence est assez élevée. Dans chaque ville, il existe une station de louages, souvent à proximité de la gare routière principale.
Les louages à bande bleue relient les localités importantes à l'intérieur d'un même gouvernorat, ceux à bande rouge desservent les longues distances. Il existe aussi une catégorie à bande jaune desservant les petites localités.

La voiture

Si on entre en Tunisie avec sa voiture, il faut présenter sa carte grise, une attestation d'assurance (carte verte) et son permis de conduire. Le permis international est souhaité mais non exigé. La réglementation peut changer, il convient de se renseigner avant le départ.
Si le véhicule n’est pas à votre nom, la douane exige une procuration du propriétaire, dûment légalisée par la mairie de votre domicile. La douane délivre un permis de circulation de 3 mois au maximum, exigé à la sortie du territoire.

La location de voitures

Les loueurs sont implantés partout et on n’a aucune difficulté à trouver une voiture.
Il faut avoir 21 ans (25 ans pour certaines compagnies) et le permis depuis plus d'un an (parfois 2 ans, renseignez-vous). Le permis de conduire national suffit. Une carte de paiement internationale (Visa ou MasterCard) au nom du conducteur est indispensable.
Les prix ne sont pas donnés, contrairement à certains pays. Ils peuvent beaucoup varier d’une agence à l’autre et aussi selon la saison, n’hésitez pas à faire votre marché.

L’assurance ne couvre généralement pas la casse et le vol n’est pas compris non plus. Elle ne jouera pas non plus si vous vous aventurez sur les pistes...
Les véhicules de location sont souvent sans option (à cause des vols), même dans les agences internationales.
Il est préférable de réserver sa voiture depuis la France lors de l'achat du billet d'avion, les tarifs sont plus avantageux.
Vérifiez le bon état du véhicule avant de partir.

Enfin, prudence avant de louer un GPS ! D’abord ils coûtent cher, et sont rarement réactualisés... donc peu efficaces.

Essence

On trouve de l’essence partout. Elle est moitié moins chère qu’en Europe. Les pompes à essence sont moins nombreuses dans le Sud : aux environs de Matmata, il n’est pas rare de faire plus de 100 km avant d’en rencontrer une.

Routes, cartes et conseils divers

Dans le Nord, le réseau est assez dense, les routes sont goudronnées et bonnes. L'autoroute est payante.
Dans le Sud, le réseau routier s'est également amélioré et le goudron a gagné du terrain. Sur les routes secondaires et les pistes, attention aux nids-de-poule qui peuvent survenir après de fortes pluies.

- Conduire en Tunisie n'est pas de tout repos, surtout en ville : mobylettes à contresens, piétons marchant sur la rue et traversant n'importe où sans regarder, klaxons pour vous avertir que le feu va bientôt passer au vert, usage du clignotant anecdotique (conducteurs qui déboîtent sans avertir ou qui freinent d’un coup et s’arrêtent en plein milieu de la rue)... et on en passe.
Lorsque vous arrivez au niveau d’un rond-point, cédez le passage, même si cette priorité n’est pas toujours bien respectée. On vous recommande beaucoupdonc un haut niveau de vigilance. Toutefois, il ne faut pas trop noircir le tableau !

Sur route, la conduite est relativement rapide, et il faut prendre en considération le travers vraiment pénible des automobilistes qui consiste à se garer n’importe où et même en sortie de virage.

Pour finir, la signalisation est assez floue. Il y a bien des panneaux, parfois bilingues (arabe-français), mais souvent contradictoires et pas toujours placés au bon endroit.

- Se méfier des enfants qui traversent sans regarder. Les troupeaux de chèvres et les dromadaires constituent aussi des obstacles ambulants imprévisibles. Attention également aux mules attelées (de grandes oreilles mais pas de clignotant), et surtout aux bus, qui roulent souvent très vite.

- Votre attention devra augmenter d'un cran à la tombée de la nuit pour repérer piétons, vélos, mobylettes, charrettes, chameliers et autres cavaliers qui circulent sur le bord de la route. Ils n'ont pas de lumière pour se signaler et les routes elles-mêmes sont peu (ou pas) éclairées...

- Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire.

- Attention, la vitesse est limitée à 90 km/h, sauf à Djerba (70 km/h). Sur l'autoroute, la barre est à 110 km/h et, dans les agglomérations, à 50 km/h. La police veille.

- Pensez à emporter une bombe anticrevaison, car on peut facilement crever deux fois de suite dans le Sud, et trouver un réparateur n'est pas toujours évident.

- En cas de tempête de sable, arrêtez-vous tout de suite sur le bas-côté, dos au vent, et attendez que ça passe. Le sable peut faire de gros dégâts dans les filtres et sur le pare-brise.

- Une bonne carte routière est nécessaire.

Circuler dans le Grand Sud

Dans l'extrémité sud du pays, certains secteurs (à proximité des frontières libyenne et algérienne) sont des zones militaires et/ou fortement déconseillés par le ministère des Affaires étrangères en raison de l'instabilité de la situation avec les pays limitrophes ; toute circulation nécessite une autorisation préalable délivrée par les autorités. Prenez contact avec le gouvernorat de Tataouine ou le commissariat du tourisme de cette même ville. De nombreux détails vous seront demandés... et il vous faudra être patient (délai de 4 à 6 semaines).
Les environs proches de Tataouine (circuit des ksour, Ksar-Ghilane), Douz et Tozeur ne nécessitent aucune autorisation. 

On rappelle que le ministère des Affaires étrangères déconseille formellement tout déplacement dans le Grand Sud tunisien, au sud de la ligne Bir Rijm Maatoug - Borj Bourguiba - Ben Guardane.

L'avion

L’avion
Il existe plusieurs aéroports internationaux : Tunis, Djerba, Sfax, Tozeur et Monastir. Celui d’Enfidah, au sud d’Hammamet, accueille quelques vols charters en provenance de Belgique, des Pays-Bas et d’Allemagne, principalement.

  • Tunisair.
  • La compagnie Tunisair Express (filiale de Tunisair) assure au départ de Tunis des liaisons vers Djerba, Gafsa, Sfax, Gabès, Tozeur et Monastir.

Services voyage



Forum Tunisie

Voir tous les messages
Transport

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Les dernières discussions du forum Transport Tunisie

Vos discussions préférées du forum Transport Tunisie

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ?

Petites annonces Tunisie

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Tunisie

Agenda Tunisie

Tunisie Les articles à lire