Transports et déplacements Afrique du Sud

L'Afrique du Sud bénéficie d'une très bonne infrastructure routière, ce qui simplifie la visite des lieux même les plus reculés.

Voitures de location

- Pour louer une voiture, il faut être en possession d’un permis de conduire national en cours de validité (le permis international n’est pas demandé), conduire depuis au moins 5 ans et être âgé de plus de 25 ans (mais cet âge varie selon les compagnies).
Plus que dans d’autres pays, certaines agences de location ont la fâcheuse manie d’essayer de tirer parti au maximum de votre bourse lors de la restitution : on voudra vous facturer une invisible bosse sur le capot, un dépoussiérage de l’intérieur du véhicule, etc., alors soyez vigilant de la prise en charge à la remise du véhicule et tenez bon si vous sentez qu’on essaie de vous rouler !

- Tarifs : tout dépend de la compagnie et du type de voiture que vous désirez louer. Compter à partir d'environ 550 R (environ 32 €) par jour pour une voiture de petite catégorie. Certaines agences offrent l’usage d’un téléphone portable.

- Attention : conduite à gauche ! Bien attention ! Surtout, ne pas baisser la vigilance une fois qu’on se sent à l’aise, car alors, hop, immanquablement, à un moment ou un autre, on se recolle sur la droite ! Faire surtout attention dans les carrefours, les ronds-points, les échangeurs et les bretelles en périphérie des villes. Les routes sont généralement en bon état, voire en très bon état, mais gare aux pistes de terre et aux nids-de-poule (potholes) dans les endroits plus reculés.

- Sur la route, les grandes nationales disposent d’une voie d’arrêt d’urgence, signalée par une bande jaune. La plupart des véhicules n’hésitent pas à s’y déporter pour laisser passer les voitures les plus rapides. Ce système fonctionne bien et c’est très courtois.
Toutefois, attention aux piétons et cyclistes qui utilisent aussi largement la bande d’arrêt d’urgence pour circuler !
À l’intersection des routes moyennes, on rencontre souvent des croisements à quatre stops (chaque voie et chaque sens a le sien) : tout le monde s’arrête, et les gens passent à tour de rôle, tranquillement, en fonction de l’ordre d’arrivée. Cela marche très bien et l’on se prend à rêver d’un tel système sur les routes françaises.

- La vitesse est limitée à 60 km/h en agglomération et 100 à 120 km/h sur les routes nationales et autoroutes. Ne vous étonnez pas, certaines sections de routes nationales peuvent être limitées à 120 km/h. Les sections à péage ne sont pas très nombreuses (et pas bien chères non plus) et inégalement réparties sur le territoire.

- Sur les autoroutes, curieusement, tout le monde se colle sur la voie rapide, créant des ralentissements alors que les autres voies sont vides. Allez comprendre !

Dans les rues en centre-ville, des car attendants, avec un gilet fluo et parfois une petite machine à la main (à Cape Town), vous indiquent où vous garer. Ils surveillent les véhicules stationnés et, en repartant, selon le temps plus ou moins long que le véhicule sera resté stationné, on leur donne 2 à 5 R. Parfois, les car attendants ne sont présents que dans les secteurs des restaurants, à midi et le soir.

Bus directs

Confort, sécurité et ponctualité sont au rendez-vous dans pratiquement tous les cas. Les agences de voyages locales sauront vous indiquer les compagnies les plus réputées. C’est aussi le meilleur moyen de traverser l’Afrique du Sud et de rejoindre le Zimbabwe, la Namibie ou le Malawi. Réduction de 15 % pour les étudiants et des forfaits de voyage illimités pour un prix fixe. Les prix varient en fonction des saisons.
Réduction de 15 % pour les étudiants et des forfaits de voyage illimités pour un prix fixe. Les prix varient en fonction des saisons.

Baz Bus

Le hop-on, hop-off, comme on dit chez les anglo-saxons. Une idée géniale empruntée aux Australiens. On paie son billet de Cape Town à Durban, par exemple. En chemin, le bus marque plusieurs arrêts : vous pouvez descendre et remonter où bon vous semble pour des séjours illimités.

Le Baz Bus est la compagnie qui a initié ce mode de transport en Afrique du Sud.

Ce service de minibus privé présente pas mal d’avantages : sécurité, régularité, fiabilité et convivialité (on voyage entre backpackers).
Arrêts à la demande dans de nombreuses auberges de jeunesse du pays. Il suffit de s’inscrire à l’AJ et de réserver sa place pour un trajet donné (par exemple, de telle AJ de Durban à telle AJ du Cap) ou une durée fixée à l’avance (passes de 7, 14 ou 21 jours : respectivement 2 400, 3 700 et 4 600 R).

Les AJ desservies par le Baz Bus sont répertoriées dans les petits guides gratuits Coast to Coast et The Alternative Route. L’avantage majeur est qu’il vous dépose directement à la porte. Si la ville choisie n’est pas sur la route du bus, on vous lâche en un point précis, et c’est l’auberge où vous avez réservé qui vient vous chercher en navette (surcoût à payer en général quand il y a un peu de distance).
Il y a environ 180 Baz Bus Stops dans tout le pays.

Inconvénients : le billet est assez cher, et les routards font quasiment tous le même trajet, cela entraîne une certaine « moutonnerie » et bride quelque peu le sens de la découverte. Par ailleurs, même si l’on se fait déposer à l’AJ, on perd du temps dans chaque ville à faire le tour des différents points de chute pour déposer les routards.

Faites donc votre calcul car pour les grandes distances, les bus traditionnels restent moins chers ; en revanche, pour ceux qui veulent passer d’une AJ à l’autre, le Baz Bus devient une solution intéressante.
La plupart de ces AJ sont également Baz Bus Agent, à savoir qu’elles vendent des billets de bus de compagnies nationales.

Train

La compagnie nationale s’appelle Shosholoza Meyl. C’est un moyen de transport assez long, mais il est ponctuel et idéal pour profiter des paysages.
Petit topo des différentes sortes de trains :

- Shosholoza Meyl : pour les trains « longue distance ». Les lignes Johannesbourg-Le Cap, Johannesbourg-East London, Le Cap-Durban et Johannesbourg-Port Elizabeth proposent une classe « touristique » (tourism class, avec couchettes), en plus de la classe économique (economy class, places assises seulement).
Compter environ 690 R (environ 40 €) pour un billet Jo’burg-Le Cap en classe touristique. Compter 27h de trajet tout de même ! Pour les autres lignes, il n’y a que la classe économique, environ deux fois moins chère que l’autre.
On peut y prendre ses repas, soit au wagon-restaurant, soit en attendant que passe le chariot...

- The Premier Classe Train : entre Johannesbourg et Le Cap, deux fois par semaine, ainsi qu’entre Johannesbourg et Durban, seulement une à trois fois par semaine. Compartiment de deux couchettes, salon à bord, tous les repas sont inclus, mais c’est nettement plus cher que le Shosholoza Meyl.
À partir de 1 230 R pour Durban et 3 120 R par personne pour Cape Town.

- Blue Train : de Pretoria à Cape Town ainsi que de Pretoria à Hespruit, une ligne de très grand luxe relancée en 1997. Quelques trajets par mois, capacité limitée. Plutôt pour faire une croisière terrestre que pour relier ces deux villes, vu le coût du voyage...

- Rovos Rail : même genre (et même itinéraire) que le précédent, et encore plus luxueux. La grande majorité de nos lecteurs peuvent l’oublier...

Également une compagnie privée :

- Metrorail : les trains de banlieue. Changement de standing ! Ils possèdent deux classes : la 1re et la 3e. C’est étrange, mais c’est ainsi ! On peut choisir de se serrer sur les durs bancs de bois de la 3e ou s’offrir le « luxe » d’un tout petit peu plus de rembourrage en 1re. Pas très sûrs le jour, pas du tout sûrs la nuit.

Vols et agressions ont souvent lieu pendant les trajets. Évidemment, bon marché.

Avion

Les compagnies South African Airways, SA Airlink et SA Express relient toutes les villes majeures et certaines villes moins importantes. British Airways, en partenariat avec Comair, assure des vols réguliers entre les grandes villes comme les compagnies low-cost Kulula Airlines et Mango.

  • Kulula Airlines : les vols parmi les moins chers du marché pour Jo’burg, Le Cap, Durban, Port Elisabeth, East London et George (Western Cape).
  • Mango : autre compagnie low-cost, qui dessert Johannesbourg, Le Cap, Durban, Port Elizabeth et Bloemfontein.

En ville

- Rikki's taxi : comme un taxi normal, les véhicules de la compagnie Rikki viennent vous chercher là où vous leur donnez rendez-vous. C'est une petite société privée qui transporte les touristes à la demande, dans un curieux véhicule, mélange d'un pick-up nain et d'un rickshaw indien.
Toutes les AJ pour backpackers conseillent leurs services aux clients.
Le prix des courses est fixe et s’entend par personne. Intéressant jusqu’à quatre personnes. Mais ils peuvent prendre jusqu’à huit personnes.
Le chauffeur prend donc des clients en route avant de rejoindre votre destination. Moins rapide que les taxis donc, mais plus convivial !

- Les taxis : nombreuses compagnies de taxis dans toutes les villes. Demandez à vos hôtes de vous en conseiller une. Prix au kilomètre. Les taximen mettent le compteur sans problème.

- Les minibus : vous connaissez le principe du taxi-brousse ? C’est pareil. On entasse le plus de monde possible dans un minibus qui ne démarre qu’une fois plein à craquer.
Un peu de prudence s’impose : des chauffeurs parfois en état d’ébriété, des minibus souvent bons pour la casse... Toutefois, ces dernières années, le gouvernement a sévi pour que le système des taxis collectifs soit géré de façon plus rationnelle. En principe, ils ne doivent pas embarquer plus de 14 passagers (sauf les « sprinters », plus grands et conçus pour 20 passagers).
Pratique pour effectuer de courtes distances en ville ou vers des quartiers sûrs, et très bon marché.
Ils sillonnent sans relâche grandes villes et campagne en klaxonnant. Ils n’affichent pas de numéro de ligne ni de destination, on ne sait pas d’où ils viennent ni où ils vont.
Les destinations s’indiquent par un signe de la main : par exemple, pour aller au centre d’une grande ville, l’index levé (qui symbolise les tours) suffira. Le chauffeur vous embarquera s’il a de la place. Mieux vaut donc les prendre avec une personne qui connaît bien le système. Sinon, évitez.

- Les bus urbains : ils sont relativement sûrs. À éviter cependant une fois la nuit tombée. Peu coûteux et fonctionnement presque impeccable.

Forum Afrique du Sud

Voir tous les messages
Transport

FILTRER LE FORUM SUR UN THÈME

Vos discussions préférées du forum Transport Afrique du Sud

Ils cherchent un compagnon de voyage

Voir toutes les annonces

Vous cherchez un compagnon de voyage pour un trek, un voyage itinérant ou un tour du monde ? Un routard pour louer avec vous une maison à l'autre bout de la terre ? Cherchez et trouvez ici votre compagnon de route.

Petites annonces Afrique du Sud

Voir toutes les annonces

Déposez gratuitement vos annonces concernant la vente, l'achat, l'échange ou le don de guides, cartes, sacs, objets utiles, souvenirs de voyage...

Actus Afrique du Sud

Agenda Afrique du Sud

Afrique du Sud Les articles à lire