Road Trip : les Pyrénées au sommet

Road Trip : les Pyrénées au sommet
Canyon d'Anisclo © Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement - Marion Liautaud

Pas besoin d’aller outre-Atlantique, ni forcément bien loin, pour vivre des road trips d’anthologie. Pour cela, direction le sud de la France, dans les Hautes-Pyrénées qui, avec Pyrénées Trip, proposent de séduisants itinéraires entre France et Espagne.

Sommets majestueux, vallées aux flancs de velours, lacs de montagne et profondes forêts de résineux… De superbes paysages sont à admirer autour de sites majeurs comme le Pic du Midi, le cirque de Gavarnie ou Cauterets-Pont d’Espagne.

Au fil de la route, faites des haltes dans les villes et les villages du coin, poussez la porte d’un resto ou d’un troquet. Car les Pyrénées ne sont pas qu’une collection de cartes postales, mais aussi une culture et des traditions pastorales préservées, à découvrir au fil de rencontres authentiques… celles qui font les plus beaux road trips !

Pyrénées Trip : 7 itinéraires entre France et Espagne

Pyrénées Trip : 7 itinéraires entre France et Espagne
Cauterets-Pont d'Espagne © Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement - Laurens

Pyrénées Trip, ce sont sept itinéraires conçus par le département des Hautes-Pyrénées et la province espagnole de Huesca. Ils permettent de visiter en 3, 4, 7 ou 8 jours les merveilles naturelles, mais aussi culturelles, du massif pyrénéen, à cheval entre la France et l'Espagne.

Outre des sites mondialement connus, comme Lourdes, le Pic du Midi ou Gavarnie, les parcours, rassemblés dans un roadbook téléchargeable, ont tout d’un best of des Pyrénées. Au fil des cols et des vallées, la route traverse des paysages montagneux spectaculaires et croise des villages où s’exprime l’art de vivre d’un terroir plus que millénaire.

En tout, pas moins de 2 pays, 3 sites classés au Patrimoine mondial de l’Humanité, 8 grands cols – dont 5 immortalisés par le Tour de  France –, 4 sites labellisés « Grands Sites Midi-Pyrénées », 13 lacs, 2 parcs nationaux, 2 parcs naturels, 1 réserve naturelle nationale et un vignoble se trouvent sur le Pyrénées Trip. De quoi s’en mettre plein les yeux !

Autre avantage, non négligeable : les distances parcourues ne sont pas importantes, entre 220 km et 673 km au total, selon les itinéraires et la durée du séjour. Il reste donc du temps pour sortir de sa voiture, visiter les sites, pratiquer des activités sportives (rando, parapente, rafting…) ou se relaxer dans l’un des 8 centres de balnéothérapie de la région.

Nous avons testé l’un des circuits du Pyrénées Trip, d’environ 200 km, à parcourir en 3 jours minimum, en boucle au départ de l’aéroport Lourdes-Tarbes. Principales étapes : Loudenvielle et la vallée du Louron, Pic du Midi, Gavarnie, Cauterets-Pont d’Espagne, Lourdes.

Dans la vallée du Louron

Dans la vallée du Louron
Fresque de l'église Saint-Barthélemy à Mont © Jean-Philippe Damiani

De l’aéroport de Lourdes-Tarbes, un peu plus d’une heure de route suffit pour se rendre dans la discrète vallée du Louron, à l’est du département, où débute le circuit « Intenses Pyrénées ». Au sud du charmant village d’Arreau, s’ouvre une large vallée glaciaire et peu peuplée, encadrée de sommets majestueux. Le Louron, longtemps isolé, séduit d’emblée par l’harmonie de ses paysages préservés et sa tranquillité.

Sur le flanc ensoleillé des montagnes, un chapelet de petits villages recèle des trésors du patrimoine local : les « églises peintes ». Ces petites chapelles romanes ont été décorées au 16s pour remercier Dieu du fructueux commerce de la laine et du cuir avec l’Espagne. Certaines fresques murales, qui ont conservé leur éclat à travers les siècles, sont de petits chefs-d’œuvre, comme celle du Jugement dernier de l’église Saint-Barthélemy, à Mont.

Au bout de la vallée, une impressionnante muraille de pics culminant à plus de 3 000 m barre la route. De l’autre côté, c’est l’Espagne, à l’ouest la station de Saint-Lary-Soulan. À leurs pieds, le lac de Génos et sa base de loisirs invitent à faire du canoë ou du pédalo, tandis que des courageux y atterrissent en deltaplane.

Juste à côté, le centre thermoludique Balnéa, véritable success story locale, comble ses visiteurs de bienfaits aquatiques. En extérieur et en intérieur, plusieurs bains thématiques (romains, incas, japonais…), une vaste piscine d’eau thermale, un bain musical et un spa offrent une parenthèse relaxante bienvenue face aux montagnes. Un vrai bonheur.

Le Pic du Midi par le col d’Aspin

Le Pic du Midi par le col d’Aspin
Panorama depuis le Col d'Aspin © Jean-Philippe Damiani

D’Arreau, à la sortie de la vallée du Louron, le col d’Aspin (1 489 m) permet de rejoindre la vallée de Campan et le fameux col du Tourmalet. En montant, la route, souvent empruntée par le Tour de France, traverse des paysages sauvages et ouverts sur de larges panoramas. Au sommet, un parking, foulé par les vaches profitant des pâturages environnants, forme un formidable belvédère sur la chaîne des Pyrénées.

En redescendant vers Campan, la route longe des forêts de sapins, tandis qu’en été, les flancs les plus élevés des montagnes ressemblent à des tapis de velours vert. Au 19e s, ce type de paysage idyllique avait donné naissance à la mode du « pyrénéisme », une approche contemplative de la montagne prisée des romantiques. On les comprend.

Panorama depuis le Pic du Midi © Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement - CRT - Viet

Après s’être rafraîchi au bord du lac de Payolle, il est temps de s’élancer, via la route du Tourmalet, vers l’un des géants des Pyrénées : le Pic du Midi qui, du haut de ses 2 877 m, semble défier l’ensemble de la chaîne de montagnes et l’immense plaine occitane.

Arrivé à la station de la Mongie, on atteint le sommet après un parcours vertigineux 15 minutes en téléphérique. En haut du pic, 750 m2 de terrasses aménagées et une passerelle suspendue au-dessus du vide permettent d’admirer par beau temps la région jusqu’à 300 km à la ronde. Des tables d’orientation aident à se repérer, tandis que des lunettes permettent d’observer le soleil.

Car le Pic du Midi est également dédié, depuis l’installation d’un observatoire en 1881, à l’étude de la voûte céleste grâce à la pureté de son air. On peut même passer la nuit au sommet de ce site exceptionnel pour y observer les étoiles. Pour en savoir plus, lire notre article Le Pic du Midi de Bigorre, jour et nuit.

Du Tourmalet à Luz-Saint-Sauveur

Du Tourmalet à Luz-Saint-Sauveur
Col du Tourmalet © Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement - Adélaïde Maisonabe

Au pied du Pic du Midi, un autre mythe attend le voyageur : le col du Tourmalet, le plus haut des Pyrénées (2 115 m), rendu mondialement célèbre par le Tour de France.

Au sommet du col, des cyclistes venus des quatre coins de la planète se font photographier devant la statue du « géant du Tourmalet ». Cette sculpture argentée rend hommage à Octave Lapize, le premier coureur français à avoir franchi le col en 1910, sans dérailleur.

Il a  fière allure, ce col du Tourmalet, notamment en redescendant vers Barèges, avec ses lacets serpentant à travers la vallée encadrée de cascades dévalant de pics acérés. Assurément l’un des beaux moments du voyage.

Passé Barèges, la route pénètre dans la vallée du Pays Toy, une région longtemps isolée et autonome, qui a préservé son identité et ses traditions pastorales. Fleuron de la production locale, le mouton AOC Barèges-Gavarnie, fêté à la fin de l’été lors de la foire aux côtelettes, est réputé pour sa viande parfumée.

Eglise Saint-André © Office de Tourisme de Luz-Saint-Sauveur

Le pays Toy séduit par la beauté de sa nature, la majesté de ses vallées étroites et la tranquillité de ses villages. C’est une région idéale pour se ressourcer, notamment grâce à une autre tradition locale, celle du thermalisme.

Ce sont en effet les eaux thermales qui ont fait la réputation du village de Luz Saint-Sauveur qui, au 19e s, eut l’honneur d’être fréquenté par l’impératrice Eugénie venue y soigner sa stérilité. Au centre balnéaire Luzéa, que l’on rejoint par le pont Napoléon III (forcément), on peut encore voir sa baignoire.

Très bien situé au carrefour de trois vallées, Luz-Saint-Sauveur est un excellent camp de base pour explorer la région. Fort agréable, le village, traversé par le gave de Gavarnie, est particulièrement animé en été avec des festivals et des bars sympas, notamment sur la place Saint-Clément.

En son cœur, Luz-Saint-Sauveur recèle un trésor du patrimoine pyrénéen : l’église Saint-André, l’un des rares édifices religieux médiévaux fortifiés de France. Elle est entourée d’épais remparts au pied desquels reposent d’anciennes pierres tombales. Un vrai décor de cinéma.

Gavarnie et Troumouse : cirques grandioses

Gavarnie et Troumouse : cirques grandioses
Cirque de Gavarnie © Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement - Pierre Meyer

Il faut un peu moins d’une demi-heure de voiture pour se rendre à Gavarnie depuis Luz-Saint-Sauveur. La route, superbe, serpente entre les montagnes boisées de la vallée du gave de Gavarnie, qui file au fond d’une gorge encaissée. Les plus sportifs peuvent survoler le torrent avec la tyrolienne Luztyroline aux environs de Luz. Mais c’est quelques kilomètres plus loin, à Gavarnie, que le (plus) grand frisson donne rendez-vous aux voyageurs avec le fameux cirque…

Arrivé au village de Gavarnie, une bonne heure de marche est nécessaire pour arriver au cirque, en longeant la rivière. Très vite pourtant, le géant se dévoile aux yeux du promeneur, surgissant tel un mirage au fond de la vallée. C’est un choc ! On a beau l’avoir vu des centaines de fois en photo, ce site exceptionnel, classé au patrimoine de l’Unesco, laisse sans voix.

Hérité de l’ère glaciaire, l’amphithéâtre naturel parfait de Gavarnie, que Victor Hugo appelait « le Colosseum de la nature », sidère par ses dimensions : plus de 5 km de diamètre, une paroi verticale de 1 500 m de haut entrecoupée de gradins rocheux et striée d’innombrables cascades, dont la plus grande dépasse les 400 m de haut, le tout coiffé de sommets dépassant les 3 000 m. Dernière frontière, le cirque de Gavarnie sépare la France de l’Espagne.

Canyon d'Ordesa © Hautes-Pyrénées Tourisme Environnement - JG Soula

La randonnée classique longe le gave de Gavarnie jusqu’à l’Hôtellerie du Cirque, où l’on peut se restaurer face à cette merveille de la nature. Toutefois, d’autres chemins de randonnée, moins fréquentés, offrent des points de vue époustouflants, comme le bien nommé plateau de Bellevue.

La région de Gavarnie regorge d’ailleurs de superbes randos, de plusieurs heures à quelques jours. On peut rejoindre notamment la brèche de Roland depuis le col des Tentes, la vallée d’Ossoue ou le monte Perdido et le canyon d’Ordesa, de l’autre côté de la frontière.

Enfin, à Gavarnie, un cirque peut en cacher un autre, deux autres même. Eux aussi classés au Patrimoine mondial de l’Unesco, les cirques de Troumouse et d’Estaubé valent le détour. Moins connus que leur prestigieux confrère, ils forment tout autant de belles invitations à la balade au cœur d’une nature de rêve.

Cauterets-Pont d’Espagne : entre nature et culture

Cauterets-Pont d’Espagne : entre nature et culture
Gare de Cauterets © Jean-Philippe Damiani

Par les étroites gorges de Luz, l'itinéraire rejoint la route de Cauterets, une élégante station de montagne à l’atmosphère délicieusement Belle Époque.

Jadis fréquentée par les grands de ce monde, - notamment Chateaubriand, Hugo, Baudelaire, Debussy et des têtes couronnées –, Cauterets a gardé de nombreuses traces de son âge d’or : son établissement thermal, bien entendu, mais aussi de belles bâtisses d’antan, comme le casino aux murs jaunes, l’ancien hôtel Continental aux magnifiques caryatides ou l’hôtel d’Angleterre qui abrite maintenant le musée 1900. Comme sortie d’un western, la gare de Cauterets a conservé sa structure en bois de la fin du 19e s. Toujours en service, elle a été transformée en gare routière.

Lac de Gaube © Jean-Philippe Damiani

La région de Cauterets constitue surtout un fabuleux terrain de jeux pour les amateurs de randonnées. De nombreux sentiers de tous niveaux partent ainsi du Pont d’Espagne (à 7 km), classé « Grand Site Midi-Pyrénées », au cœur d’un paysage de montagnes idyllique où l’on peut apercevoir marmottes, bouquetins et isards.

Accessible en télésiège, un sentier panoramique conduit au lac de Gaube, l’un des plus beaux des Pyrénées. Ses eaux miroitantes, aux couleurs changeantes selon la lumière, reflètent parfaitement les sommets pyrénéens, au pied du massif du Vignemale (3 298 m), le plus haut d’entre tous. Sublime.

Autre balade recommandable, à faire en une journée : la vallée de Marcadau, sur fond de crêtes acérées et traversée par le gave.

D’Argelès-Gazost à Lourdes

D’Argelès-Gazost à Lourdes
Eglise de Saint-Savin © Jean-Philippe Damiani

Après avoir tutoyé le ciel depuis les sommets, direction Lourdes, que l’on rejoint via la coquette station thermale d’Argelès-Gazost. En chemin, le joli village de Saint-Savin mérite le détour pour sa superbe abbaye romane (10e-12e s) et le panorama sur la vallée.

Autre halte agréable, le parc animalier des Pyrénées ravira petits et grands avec ses oiseaux, bouquetins, lynx, loutres, ours bruns, loups et autres animaux en semi-liberté. On peut même se faire photographier en train de nourrir des marmottes !

Funiculaire du Pic du Jer © Office de Tourisme de Lourdes - P. Vincent

Dernière étape du voyage : Lourdes, que l’on ne présente plus. Le monde entier connaît cette petite ville devenue lieu de pèlerinage depuis que la jeune Bernadette Soubirous, en 1858, y aurait vu apparaître la Vierge Marie. Phénomène de société, Lourdes attire chaque année des millions de visiteurs et de pèlerins venus de toute la planète.

Lourdes, même pour le profane, c’est aussi un sacré (eh oui !) spectacle, avec ses processions aux flambeaux au pied de la basilique, les foules devant la grotte de Massabielle, les bondieuseries kitsch de ses marchands du temple et son impressionnante basilique souterraine pouvant accueillir jusqu’à 25 000 personnes.

Toutefois, la ville ne se résume pas aux messes et aux prières. On peut aussi profiter de son passage à Lourdes pour visiter son château fort médiéval. Surplombant la cité du haut de son piton rocheux, la forteresse, qui fut la résidence des comtes de Bigorre, abrite un intéressant Musée pyrénéen. Une alternative pour prendre de la hauteur : le funiculaire plus que centenaire du pic du Jer qui offre, depuis le sommet, un beau panorama sur la région et de nombreuses possibilités de balades à pied et en VTT.

Enfin, pour ramener chez soi de délicieuses victuailles locales, un passage par les halles de Lourdes s’impose. Porc noir de Bigorre, haricots tarbais, foie gras, confitures, gâteau à la broche, miel et vin de Madiran… Ce ne sont pas les nourritures terrestres qui manquent !

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, infos pratiques et adresses dans le Routard Midi toulousain, Pyrénées, Gascogne en librairie.

Consulter notre guide en ligne Midi-Pyrénées

Site officiel de Tourisme Hautes-Pyrénées

Site de Pyrénées Trip

Site du Pic du Midi

Tourisme Vallée de Luz et Pays Toy

Lourdes Tourisme

Comment y aller ?

HOP ! Air France opère de 2 à 3 vols quotidiens entre Paris-Orly et l’aéroport de Lourdes-Tarbes.

Liaisons ferroviaires directes depuis Bordeaux, Toulouse,  Montpellier,  Marseille,  Nice,  Lyon, Genève,  Hendaye, Irun TGV Atlantique 

Location de voiture à l’aéroport ou en gare.

Les différentes formules du Pyrénées Trip

En tout, sept itinéraires sont proposés de 3 à 8 jours dans les Hautes-Pyrénées ou bien à cheval sur les versants français et espagnols. Tous les détails sur le site de Pyrénées Trip.

Carnet d’adresses

- Chez Rogé : 11, chemin Clarabide à Loudenvielle. Institution de la vallée du Louron, un authentique bistrot de pays tenu par la même famille depuis 1930. On s’y retrouve volontiers autour d’un verre pour bavarder, jouer à la belote ou, certains soirs, entonner des chants pyrénéens.

Hôtel de Londres : 8, rue du Pont de Luz à Luz-Saint-Sauveur. Au cœur du village et au bord du gave, un hôtel traditionnel, installé dans une demeure du 19e s et disposant d’un parking privé. Chambres rénovées avec goût et joli panorama sur le village et les montagnes. Doubles 65-110 €. Signalons aussi le coquet Hôtel les Templiers dans une belle maison de village face à l’église Saint-André.

Le mouton noir : 4, avenue de Barèges à Luz-Saint-Sauveur. En plein centre de Luz, un bar à vins convivial où l’on peut aussi déguster, dans un cadre moderne et lumineux, des tapas et de bonnes planches de charcuteries locales ou de fromages des Pyrénées.

La Tasca : place Saint-Clément à Luz-Saint-Sauveur. Un bar-resto sympa avec terrasse où siroter des bières artisanales concoctées par le patron british, également propriétaire de la brasserie du Pays Toy. L’une d’entre elles a été primée au salon de l’agriculture en 2018 !

Bar-restaurant du col du Tourmalet : au sommet du col à Barèges, tél. : 05 62 91 94 02. Pour se remettre de ses efforts dans une salle décorée sur le thème du vélo ou profiter d’un superbe panorama en terrasse. Tout près, signalons aussi L’étape du berger, réputée pour ses excellentes viandes et particulièrement appréciée par le Président de la République qui, dans sa jeunesse, était un habitué de la station de La Mongie !

Hôtel du Lion d’Or : 12, rue de Richelieu à Cauterets. Le plus ancien hôtel en activité de la station thermale. Ambiance familiale et cosy, charmant accueil, bonne cuisine et petit déj copieux. Un authentique coup de cœur.

Le Viscos : 1, rue Lamarque à Saint-Savin. Dans cette auberge de village, on est restaurateur depuis 7 générations. L’une des meilleures tables des Hautes-Pyrénées.

Hôtel Chapelle et Parc : 24, avenue Bernadette Soubirous. À deux pas du sanctuaire, un hôtel élégant et classique dans une belle demeure historique. Prestations de qualité et chambres très confortables.

- Pour manger en terrasse (salades, charcuteries et fromage locaux, magret…) devant deux sites exceptionnels : l’hôtellerie du cirque à Gavarnie et l’hôtellerie du lac de Gaube à Cauterets-Pont d’Espagne.

Trouvez votre hôtel dans les Hautes-Pyrénées

Texte : Jean-Philippe Damiani

Mise en ligne :

Midi-Pyrénées Les articles à lire

Voyage Midi-Pyrénées

Bons Plans Voyage

Services voyage