Le Pic du Midi de Bigorre, jour et nuit

Le Pic du Midi de Bigorre, jour et nuit
© Dominique Viet - Pic du Midi

Du haut de ses 2 877 m, le Pic du Midi fascine par ses paysages, sa nature, son histoire et son observatoire astronomique plus que centenaire. Il trône au milieu de la chaîne des Pyrénées, une position privilégiée pour admirer l’environnement tout autour, des vallées à la Voie Lactée. Ouvert au public toute l’année, il impressionne, de jour comme de nuit, les amateurs de montagne comme les passionnés d’étoiles. Visite guidée d’un site aux multiples facettes, qui se réinvente constamment.

De jour, un belvédère sur les Pyrénées

De jour, un belvédère sur les Pyrénées
Ponton dans le ciel © Pic du Midi

La très grande majorité des visiteurs du Pic du Midi vient la journée, pour embrasser le panorama incroyable de toute la chaîne des Pyrénées, s’étirant sur 300 km : si les conditions sont bonnes, on peut distinguer, de part et d’autre, le Pays basque et la Catalogne !

Pas moins de 750 m2 de terrasses aménagées permettent d'observer ce fascinant paysage. Les tables d’orientation, ainsi que des animateurs, aident à déchiffrer la frise majestueuse des sommets : ici, la brèche de Roland se découpe nettement dans l’azur ; là, le Mont Perdu passe une tête ; en bas, le lac d’Oncet est un miroir de poche où le Pic se reflète.

Clou de la visite : le ponton dans le ciel, une structure métallique ajourée de 12 mètres de long qui s'avance dans le vide du côté nord du pic. Au bout de la passerelle, une plateforme vitrée accueille le visiteur avec, au-dessous, 1 000 mètres de vide. Vertigineux !

L’hiver, le spectacle est plus clair, car l’air n’est pas flouté par la chaleur. La neige souligne également la beauté des reliefs. Et, même si le mauvais temps bouche la vallée, avec un peu de chance, le pic domine la mer de nuages. Septembre peut s'avérer aussi un bon mois.

La nature réserve d’autres surprises, avec une faune discrète mais bien présente en altitude : les vautours fauves ou les très rares gypaètes barbus tournent autour du Pic ; les marmottes sifflent depuis les pentes rocheuses ; les isards défient la gravité. On peut les apercevoir lors de la montée en télécabine de 12 mn, qui laisse béat d'admiration.

Espace Expériences © Camille Espigat

Pour découvrir les 140 années d’histoire et les coulisses de ce site exceptionnel, direction l'Espace Expériences qui est le musée le plus haut d’Europe. Totalement réaménagée, l'exposition ludique et interactive fait le point sur les recherches menées au pic du Midi sur le soleil, les rayons cosmiques, les étoiles ou l'atmosphère. Une salle est consacrée à la Réserve Internationale de Ciel Etoilé du Pic du Midi et une autre aux instruments et objets utilisés sur le site à travers les époques.

Juste à côté, un planétarium, lui aussi le plus haut d'Europe. Assis confortablement sous sa coupole (8 m de diamètre), on y assiste à un programme de films qui nous initient à l'histoire du Pic, ainsi qu'aux mystères de l'univers et des étoiles. Chaque séance dure une heure avec la projection de 2 films différents. De quoi apprendre en s'amusant...

Car la vocation du Pic du Midi, qui abrite aujourd'hui le plus grand téléscope de France dans une tour de 10 m à flanc de montagne, est avant tout liée à la recherche et à l'astronomie, et ce depuis longtemps. Les premiers scientifiques à être montés en haut du Pic, dès 1774, venaient étudier la pression atmosphérique. Un siècle plus tard, fut installée une station météo et l'observatoire. En 1908, les astronomes ont construit la première coupole, nommée Baillaud, où se trouve aujourd’hui le planétarium. 

Quant aux chercheurs, ils bénéficient toujours de la pureté de l’air et de la stabilité de l’atmosphère sur le site pour mieux explorer le ciel et analyser la lumière des étoiles. Ce n’est qu’en l’an 2000 que le Pic a été ouvert au grand public : l’activité touristique a permis d’éviter sa fermeture, envisagée au milieu des années 1990 car les coûts d’exploitation étaient devenus trop élevés et les scientifiques trop peu nombreux sur place…

De nuit, un balcon sur le ciel

De nuit, un balcon sur le ciel
© Paul Compère

Depuis 2006, les touristes peuvent même passer la nuit entière en haut du Pic du Midi pour observer les astres. Une expérience unique et inoubliable où, sous la voûte céleste, on tutoie les étoiles à près de 3 000 mètres d'altitude. Pas besoin d’être un grand connaisseur, l’animateur très pédagogue, qui fait partie de la Ferme des Etoiles, guide non sans humour les néophytes dans l’immensité de notre galaxie. Et c'est passionnant !

Maximum 27 personnes par nuit, car les chambres sont en nombre limité, le reste étant réservé à l’hébergement des chercheurs et du personnel technique. Il est donc conseillé de réserver au moins 6 mois à l'avance, voire un an pour septembre.

À 17 h, l’heure où les visiteurs diurnes sont repartis, on commence par une collation suivie de la présentation de la soirée. Ensuite, direction sa chambre pour déposer ses affaires, où l'on est agréablement surpris par le confort du lit surelevé et la qualité des prestations.

Selon la saison, on part ensuite contempler le coucher du soleil (ou après le repas en été). Après un dîner du terroir particulièrement savoureux servi dans le nouveau restaurant 2877, on se rassemble autour du télescope posé sur la terrasse panoramique, puis celui, puis puissant, qui se trouve dans la couple Charvin. Si le ciel est couvert, on se regroupe dans le planétarium pour la projection de films ou d'animations sur les galaxies, les étoiles et l'univers. 

L'observation commence par les bases : la grande et la petite ourses, l’étoile polaire, la Voie lactée, visibles à l’œil nu. Puis le télescope permet d’admirer la galaxie d’Andromède ou des rémanentes de supernova : ces explosions d’étoiles créent des volutes de gaz blanches, appelées dentelles du cygne. Selon la saison, différentes planètes sont au rendez-vous : Saturne, Uranus, Neptune, Vénus ou Jupiter. Le temps file très vite, presqu'autant que les étoiles...

Télescope Bernard Lyot © Paul Compère

Quand on baisse la tête, d’autres « constellations » apparaissent, beaucoup plus proches de nous et très terre à terre : les lueurs des villages, de Tarbes, de Toulouse et même le halo de Saragosse et Barcelone.

Face à cette pollution lumineuse, a été instaurée, en décembre 2013, une réserve de ciel étoilé autour du Pic, la première à avoir été décrétée en France. Les communes environnantes s’engagent à mettre en place un éclairage public plus économe et moins « perturbant ».

Le froid et la fatigue finissent par gagner les derniers curieux célestes, qui regagnent leur lit pour une nuit plus ou moins courte, certains souffrant de l’altitude. À presque 3 000 m, l’air est très sec et la pression moins élevée de 30 %, ce qui équivaut à une perte d’un tiers d’oxygène. Le souffle manque souvent en gravissant les escaliers.

Au réveil, on est récompensé par le lever du soleil, dans un silence serein, puis par la visite d’espaces et de coupoles accessibles normalement aux seuls scientifiques. On découvre ainsi le télescope Bernard Lyot, le plus grand de France, utilisé pour analyser la lumière des étoiles et le coronographe qui permet d’étudier la couronne solaire.

Les visiteurs peuvent également participer à la vingtaine de soirées étoilées par an, qui se déroulent de 17 h à 22 h 30, sans nuit au sommet. Au programme : coucher du soleil, visite du musée, dîner et observation des astres, bien sûr.

Pour les sportifs, un tremplin vers les sensations fortes

Pour les sportifs, un tremplin vers les sensations fortes
© Jef MUGUET

Les randonneurs accèdent au Pic du Midi par des sentiers qui partent du col du Tourmalet. C’est une marche d’environ deux heures qui ne peut s’effectuer qu’en été.

Les amateurs de vitesse sont grisés par la descente qui se parcourt de deux manières. De juillet à septembre, les fans de VTT dévalent 10 km avec 1 700 m de dénivelé, après avoir pris de la hauteur avec leur vélo grâce à deux téléphériques par jour qui leur sont réservés.

En hiver, c’est à ski ou en surf que les férus de glisse filent sur les versants enneigés, après être montés en téléphérique. Un espace 100 % free ride qui existe depuis décembre 2013, ni aménagé, ni balisé, ni surveillé. Mais on peut se satisfaire du domaine skiable du Grand Tourmalet-Barèges-La Mongie, le plus vaste de la chaîne pyrénéenne côté français, proposant 67 pistes pour le ski alpin et quelques-unes pour le ski nordique.

Fiche pratique

Retrouvez tous les bons plans, infos pratiques et adresses dans le Routard Midi toulousain, Pyrénées, Gascogne en librairie.

Consulter notre guide en ligne Midi-Pyrénées

Le site du Pic du Midi de Bigorre

Site touristique de la zone du Grand Tourmalet-Pic du Midi

Site du tourisme dans les Hautes-Pyrénées

Lire également notre article Où observer les étoiles ?

Où dormir ?

Trouvez votre hôtel dans les Hautes-Pyrénées

Où manger ?

Le 2877 : un resto de qualité au sommet du Pic du Midi. Cuisine régionale à base de produits locaux (foie gras, magret, poule noire...). Menu 30-36 €.


Comment y aller ?
- On prend le téléphérique depuis La Mongie, qui atteint le Pic en un quart d’heure. Tarifs : 40 € par adulte, 24,50 € par enfant de moins de 12 ans ; gratuit pour les 3-5 ans ; 98 € pour deux adultes avec deux enfants de moins de 18 ans. Tous les tarifs sont sur cette page.
- Des navettes en car relient Argelès-Gazost, Lourdes et Bagnères-de-Bigorre à La Mongie.
- On peut aussi monter à pied, en été, par des sentiers de randonnées en 2 h de marche depuis le col du Tourmalet. Au sommet, la terrasse Baillaud est en libre accès. Payant pour le reste du site.

Tarifs des activités :
- Soirée étoilée, avec repas : 129 € par adulte et 99 € par enfant de moins de 12 ans.
- Nuit étoilée, avec repas et hébergement : à partir de 339 € en chambre individuelle et à partir de 399 € en chambre double..

Musique au Pic : des concerts au sommet

L'été, plusieurs concerts sont programmés sur la terrasse panoramqiue du Pic du Midi. Piano, tango, électro... Il y en a pour tous les goûts dans un cadre grandiose. Voir l'agenda du Pic du Midi.

Texte : Stéphanie Condis et Jean-Philippe Damiani

Midi-Pyrénées Les articles à lire

Bons Plans Voyage

Services voyage